Les Filles du botaniste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un film <adj> image illustrant français
image illustrant un film <adj> image illustrant canadien
Cet article est une ébauche concernant un film français et un film canadien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Les Filles du botaniste
Réalisation Dai Sijie
Scénario Dai Sijie
Nadine Perront
Sociétés de production EuropaCorp
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada
Genre Drame
Durée 97 minutes (h 37)
Sortie 2006

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Filles du botaniste est un film canadien et français de Dai Sijie, sorti en 2006.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans la République populaire de Chine des années 1980, Min, une orpheline russo-chinoise âgée d'environ vingt-cinq ans, a été choisie pour effectuer un stage d'un mois et demi chez un botaniste très réputé mais également très autoritaire. Celui-ci vit sur une île, où il travaille un immense jardin avec sa fille An (du même âge que Min), visités parfois par son fils Dan, devenu soldat et stationné au Tibet.

Petit à petit, An et Min se rapprochent et, nouant une relation homosexuelle, deviennent amantes. Pressée par monsieur Chen d'épouser son fils, Min finit par accepter : les deux femmes ont fait le vœu de n'être jamais séparées. Mais dès le voyage de noces, Dan découvre que son épouse n'est plus vierge. Min retourne alors vivre sur l'île de monsieur Chen, qui finira par découvrir la nature des relations amoureuses entre sa fille et sa belle-fille.

La nuit où il les surprendra, il s'attaquera physiquement à Min, qui sera défendue par An. Il fera alors une crise cardiaque, mais, avant de mourir à l'hôpital, dénoncera leur relation aux policiers venus recueillir sa déposition. Min et An seront ensuite condamnées à mort (l'homosexualité, tant féminine que masculine, étant alors punie de la peine capitale en République populaire de Chine) par un tribunal du Parti communiste chinois. Après leur exécution, la directrice de l'orphelinat de Min et un moine bouddhiste anonyme feront en sorte, par sympathie envers leur couple, de réunir leurs cendres près de la rivière où elles venaient parfois s'ébattre.

Bien que l'homosexualité ait été dépénalisée depuis 2001 en République populaire de Chine, le tournage du film a été interdit dans ce pays et fut réalisé intégralement au Viêt Nam.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Chine n'ayant pas donné l'autorisation de tournage sur son territoire

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]