EuropaCorp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Europa.
EuropaCorp
Image illustrative de l'article EuropaCorp

Création (25 ans)[1],[2]
Dates clés 2007
Fondateurs Luc Besson
Pierre-Ange Le Pogam
Personnages clés Luc Besson et Christophe Lambert
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de la France 20 rue Ampere La Cite du Cinema Saint-Denis FranceVoir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Marc Shmuger
Activité Producteur de cinéma et Distributeur
Société mère Frontline
Filiales EuropaCorp Télévision
EuropaCorp Distribution
EuropaCorp Cinemas
SIREN 384 824 041
Site web www.europacorp.com
www.europacorp-corporate.com

Fonds propres en diminution 155,2 millions € (2015)[3]
Chiffre d’affaires en diminution 147,3 millions € (2015)[3]
-35 % vs 2014
Résultat net en diminution -27,7 millions € (2015)[3]

EuropaCorp est un studio de cinéma français fondé par Luc Besson et Pierre-Ange Le Pogam, qui réunit les activités de production, distribution salle, vidéo, VàD, la ventes de droits TV pour la France, la vente des droits internationaux, mais aussi partenariats et licences, production et édition de musique, édition de livres, et production de films publicitaires.

EuropaCorp est une société anonyme inscrite au registre du commerce et des sociétés de Paris et son siège social se situe à Saint-Denis dans la Cité du cinéma. Depuis juillet 2007, EuropaCorp est coté en bourse sur Euronext Paris.

Elle s'est d'abord prénommée Leeloo Productions en 1992, avant de prendre pour nom EuropaCorp en 2000[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Luc Besson, cofondateur d'EuropaCorp

En 1985, Luc Besson et Pierre-Ange Le Pogam ont travaillé pour la première fois ensemble sur le film Subway, réalisé par Luc Besson. Pierre-Ange le Pogam était alors directeur de la distribution pour Gaumont.

Leur collaboration a continué jusqu'en 1999, avec de gros succès en salles en France pour chacun des films réalisés par Luc Besson (i.e. Le Grand Bleu, Nikita, Léon, Le Cinquième Élément, Jeanne d'Arc). De son côté, Pierre-Ange Le Pogam développait le département ventes internationales de Gaumont en proposant de nouvelles méthodes promotionnelles, qu’il mit en application pour la première fois sur le film Le Cinquième Élément, troisième plus grand succès international français à ce jour derrière Intouchables et Taken 2.

Pierre-Ange Le Pogam est nommé directeur adjoint chez Gaumont en 1997. Le 27 novembre 2000, les deux s’associent et créent EuropaCorp[4].

La société aurait dû, au départ, regrouper les sociétés de production ARP Sélection et Leeloo Productions[4], mais elle ne sera que la continuation de la seconde[1],[5], créée par Luc Besson en 1992[1],[6].

En juillet 2007, EuropaCorp est introduit en Bourse sur le marché Eurolist d’Euronext avec un prix de 15,50 euros par action[7].

Le CSA retient en mai 2008 la candidature d'EuropaCorp TV à la suite d'un appel d'offres concernant l'attribution d'un canal pour la télévision mobile personnelle (TMP).

En 2011, des pertes de 30 millions d’euros sont enregistrées en partie à cause des résultats médiocres à l’international de la série de films Arthur et les Minimoys[7].

En mars 2012, les résultats de l'exercice sont négatifs ce qui était déjà le cas des deux années précédentes. L'action d’Europacorp descend sous la barre des 1, 5 € en mai 2012, ce qui représente une baisse de 90 % par rapport à son prix d'introduction[7].

Sur l’exercice 2011/2012, le résultat opérationnel s’élève à + 6,8 millions d’euros contre une perte de 47,4 millions d’euros lors de l’exercice précédent. Le bénéfice net s’élève à 0,1 million d’euros[8].

En conséquence, il est décidé l'arrêt des films d'animation, de la production de films publicitaires, de l'édition littéraire et de la filiale japonaise. De plus, au début de l'année 2013, le groupe Habert Dassault Finances et la BPCE entrent au capital, réduisant la part de Luc Besson[9]. Christophe Lambert décide également de ne plus lancer un film s'il n'est pas pré-vendu à 80 % (à l'international ou aux chaînes de télévision), de développer une activité de séries télévisées dont les recettes sont plus récurrentes et sécurisées (grâce à EuropaCorp Télévision), et enfin de maîtriser toute la chaîne d'un film, de la page blanche à la salle de cinéma[10].

En février 2014, la société chinoise basée à Shanghai Fundamental Films accepte de distribuer quinze films d’EuropaCorp sur le territoire chinois, en échange d'une coproduction assurée sur trois d’entre eux[11].

En mars 2014, Europacorp et le studio hollywoodien Relativity Media (co-producteur des films à succès comme The Social Network ou Fast & Furious 6) décident de créer une entreprise commune qui permettra la distribution de films sur le marché américain[12]. Cette décision fait suite à la bonne entente entre les deux entreprises sur leurs deux co-productions (Malavita et 3 Days to Kill). La nouvelle société sera conjointement supervisée par Tucker Tooley (président de Relativity) et Christophe Lambert (directeur général d'EuropaCorp)[13].

Le , Luc Besson annonce à Cannes une levée de fonds de 450 millions de dollars sur cinq ans auprès de JPMorgan Chase, SunTrust Banks et OneWest Bank afin de développer des productions internationales[14].

Le , EuropaCorp annonce être entré en discussion exclusive avec les cinémas Gaumont Pathé pour la vente de son activité d'exploitation cinématographique qui comprend le multiplexe d'Aéroville à Tremblay-en-France et le projet de multiplexe de La Joliette à Marseille[15]. L'accord est finalisé le pour un montant de 21 millions d'euros[16]. EuropaCorp se recentre donc sur ses activités cœur de métier que sont la production et la distribution de films et de séries dans le monde.

Organisation[modifier | modifier le code]

Structure[modifier | modifier le code]

Digital Factory est apparentée à EuropaCorp via Luc Besson. La post-production son s’effectue sur un site en Normandie, le montage image a lieu dans les locaux de Paris.

EuropaCorp est une société à conseil d’administration présidée par Luc Besson.

Jean-Julien Baronnet en est le directeur général de novembre 2008 à juillet 2010, avant d'être remplacé par le publicitaire Christophe Lambert. Le 19 juillet, Emmanuelle Mignon, conseillère auprès du président de la République Nicolas Sarkozy, devient secrétaire générale du groupe[17].

Au 31 mars 2016, la société est détenue à 43,78 % par Luc Besson via Front Line et 0,01 % par lui directement, à 9,92 % par les héritiers de Christophe Lambert via Lambert Capital BV, à 9,09 % par le groupe Habert Dassault Finances, à 3,45 % par Equitis Gestion et à 2,23 % par BPCE[18].

Filiales[modifier | modifier le code]

Filiales d'EuropaCorp[18]
EuropaCorp, actionnaire minoritaire[18]
Abandons
  • Septième Choc, avait pour activité principale l’édition de bandes dessinées (liquidée en juin 2012)[21].
  • EuropaGlénat, avait pour activité essentielle la vente de droits d’exploitation cinématographique issue de l’univers de la bande-dessinée (déconsolidée en juin 2011)[22].
  • EuropaCorp Japan, avait pour activité principale la distribution de films au Japon[23].

Direction[modifier | modifier le code]

direction actuelle
anciens membres

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Au 21 décembre 2016[24] :

International[modifier | modifier le code]

EuropaCorp a notamment produit les films français à succès au box-office mondial : Lucy (463 millions $[25]), Taken 2 (376 millions $[26]), Taken 3 (326 millions $[27]), Taken (227 millions $[28]), Le Transporteur 3 (109 millions $[29]), Arthur et les Minimoys (108 millions $[30]) ou Hitman (100 millions $[31]).

Trois productions EuropaCorp ont déjà été à la tête du box-office américain : Le Transporteur 2 à l'été 2005, Taken début 2009 et Taken 2 pendant deux semaines en octobre 2012.

Plusieurs talents internationalement reconnus sont apparus au casting de productions EuropaCorp : Jet Li, Morgan Freeman, Penélope Cruz, Salma Hayek, Tommy Lee Jones, John Malkovich, Jason Statham, David Duchovny, Brittany Murphy, Liam Neeson, Madonna, Robert De Niro, Lou Reed, Jim Carrey, Ewan McGregor

EuropaCorp détient à 100 %, une filiale au Japon depuis le 1er avril 2010[23], pour la distribution de ses films sur ce territoire. Il s'agit d'une coentreprise avec les sociétés Asmik Ace, Sumitomo Corporation, Kadokawa et Cinema Gate Inc. (filiale de Mitsubishi Corporation)[32].

La société signe en mai 2012 un marché avec Relativity Media, pour la coproduction de deux films incluant la distribution[33]. Le premier des deux films est Malavita (2013), le deuxième est Three Days to Kill (2014)[33].

Cité du Cinéma[modifier | modifier le code]

Le 21 septembre 2012, EuropaCorp a rejoint la Cité du cinéma, située à Saint-Denis (93). Elle abrite neuf plateaux de tournage de 600 à 2 200 m2, et plus de 51 000 m2 de bureaux, ateliers, locaux de formation[34]. Le studio est locataire des bureaux de l’ensemble tertiaire financé par la Caisse des dépôts (75 %) et Vinci Immobilier (25 %)[34].

EuropaCorp est actionnaire minoritaire (40 %) sur les studios[21], dits Studios de Paris, aux côtés de Quinta, Euro Media Group, et FrontLine. C’est Euro Media Group, expert européen dans la gestion des studios, qui a la responsabilité d’exploiter les Studios de Paris[35].

Multiplexe nouvelle génération[modifier | modifier le code]

Le 17 octobre 2013, le premier multiplexe nouvelle génération de la société a ouvert ses portes, situé dans le centre commercial d'AérovilleTremblay-en-France et Roissy-en-France), il accueille 12 salles de cinéma pour 2 500 places au total : deux salles lounge de projection avec bar privatif, une salle live dédiée à la retransmission de spectacles vivants avec une piste de danse, deux salles au son immersif, une salle de spectacles gratuits avec des écrans à 360 degrés, un Europastore (boutique de produits liés à l'univers du cinéma), un système de réservation de fauteuils numérotés, un service à la place[9]. Un autre multiplexe EuropaCorp devait ouvrir à Marseille, dans la zone Euroméditerranée, au second semestre 2015[9].

Fin 2016, EuropaCorp vend ses salles de cinéma[15].

Filmographie[modifier | modifier le code]

sous le nom de Leeloo Productions[modifier | modifier le code]

EuropaCorp est la continuité de la société créée en 1992 par Luc Besson, sous la dénomination de Leeloo Productions[1],[6]. Elle a véritablement lancé son activité de production et de coproduction de films de long métrage en 1998.

sous le nom d'EuropaCorp[modifier | modifier le code]

Cette liste comprend les films qui ont été produits ou qui vont être produits par EuropaCorp (coproductions comprises), classés par leurs années de début d'exploitation.

De 2001 à 2009[modifier | modifier le code]

Depuis 2010[modifier | modifier le code]

Logos d'entreprise[modifier | modifier le code]

Le logo animé apparaît dès 2001 dans le premier film produit par EuropaCorp, Le Baiser mortel du dragon. Il montre un océan en pleine nuit où viennent apparaître, au-dessus de l'eau, des dauphins, laissant ensuite place à un ovale bleu turquoise sortant de l'eau, qui soudain se transforme en fée[36]. Le logo graphique est cette dernière image arrêtée de la fée avec ses deux grandes ailes déployées au-dessus du nom de la marque. Ces deux logos reliés par la même image représentent l'identité visuelle de l'entreprise depuis 2001.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Pierre-Ange Le Pogam aux côtés de Michel Gondry lors de l'avant-première française de Soyez sympas, rembobinez (distribué par EuropaCorp) diffusée à l'UGC Ciné Cité Les Halles, à Paris, le .

Récompenses[modifier | modifier le code]

Box-office international[modifier | modifier le code]

Légende:

  •       : indique les films en cours de diffusion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e [PDF] Europacorp-investors.com ; p. 33 "Créée par Luc Besson en 1992 sous la dénomination Leeloo Productions" Consulté le 11 septembre 2013
  2. a et b [PDF] Info-financiere.fr ; document de références p 33 Consulté le 28 septembre 2013.
  3. a, b et c « EuropaCorp : annonce ses résultats annuels 2015-2016 », Zone Bourse,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « EUROPACORP. », sur rafcart.free.fr (consulté le 11 septembre 2013)
  5. « Leeloo Productions », sur www.unifrance.org (consulté le 11 septembre 2013)
  6. a et b « LES FILMS DU DAUPHIN », sur rafcart.free.fr (consulté le 11 septembre 2013)
  7. a, b et c Emmanuel Schafroth, « Quand les placements plaisir virent au cauchemar », Yahoo Finance France,‎ (lire en ligne)
  8. « Europacorp crève l'écran après ses résultats annuels », sur EasyBourse, (consulté le 8 septembre 2013)
  9. a, b et c Hebdomadaire "Le Point" du 5 septembre 2013, no 2138 p. 91 Dossier "Besson & Cie, la résurrection"
  10. Hebdomadaire "Le Point" du 5 septembre 2013, no 2138 p. 92 Dossier "Besson & Cie, la résurrection".
  11. Nicolas Condom, « Le Transporteur : Déjà le reboot », sur Brain Damaged, (consulté le 11 mars 2014)
  12. Enguérand Renault, « Europacorp met un pied à Hollywood », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  13. « EUROPACORP crée une coentreprise avec Relativity Media aux Etats-Unis », sur Capital.fr, (consulté le 9 mars 2014)
  14. « Europacorp lève des fonds pour conquérir l'international », Challenges,‎ (lire en ligne)
  15. a et b « EuropaCorp, la société de Luc Besson, vend ses salles de cinéma », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  16. « L'histoire mouvementée des salles de cinéma de Luc Besson », BFM Business,‎ (lire en ligne)
  17. « Emmanuelle Mignon chez Luc Besson », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  18. a, b et c [PDF] EuropaCorp-investors.com ; dossier de références 2015/2016 Consulté le 30 décembre 2016.
  19. Roissy Films Lefigaro.fr ; le mauvais scénario boursier Consulté le 11 septembre 2013.
  20. [PDF] Info-financiere.fr ; document de références p. 34 Consulté le 28 septembre 2013.
  21. a et b [PDF] EuropaCorp-investors.com ; dossier de références p. 28 et 29 Consulté le 28 septembre 2013.
  22. [PDF] EuropaCorp-investors.com ; rapport financier 2011-2012, p. 13 Consulté le 28 septembre 2013.
  23. a et b [PDF] Inetbdif.amf-france.org, rapport "EuropaCorp" du 22 juillet 2011, p. 32 Consulté le 28 septembre 2013.
  24. « Informations sur la société EuropaCorp en bourse », sur bourse.latribune.fr (consulté le 30 décembre 2016)
  25. « Lucy (2014) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 30 décembre 2016)
  26. « Taken 2 (2012) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 30 décembre 2016)
  27. « Taken 3 (2015) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 30 décembre 2016)
  28. « Taken (2009) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 30 décembre 2016)
  29. « Transporter 3 (2008) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 30 décembre 2016)
  30. « Arthur and the Invisibles (2006) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 30 décembre 2016)
  31. « Hitman (2007) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 30 décembre 2016)
  32. [PDF] EuropaCorp-investors.com ; rapport 2008-2009 p. 64 Consulté le 28 septembre 2013.
  33. a et b (en) Elsa Keslassy, John Hopewell et contribution de Jeff Sneider, « EuropaCorp, Relativity ink for co-prods », Variety,‎ (lire en ligne)
  34. a et b [PDF]Caissedesdepots.fr ; pdf publicitaire, p. 22 et 23 Consulté le 28 septembre 2013.
  35. [PDF]Nguyen.pav.free.fr ; intro en bourse Euro Media Groupe, p. 18 Consulté le 28 septembre 2013.
  36. PATRICE498, « [vidéo] EuropaCorp logo - Original Version », (consulté le 30 décembre 2016)
  37. a, b et c [PDF] EuropaCorp.com ; dossier nominations "Césars 2010" Consulté le 29 septembre 2013.
  38. Quinzaine-realisateurs.com ; page édition 2009 Consulté le 29 septembre 2013.
  39. « Le palmarès des Teen Choice Award 2009 ! », sur actu.ados.fr (consulté le 29 septembre 2013)
  40. (en) « | Berlinale | Archive | Annual Archives | 2009 | Programme - Human Zoo », sur berlinale.de (consulté le 29 septembre 2013)
  41. « Human Zoo (2009) », sur unifrance.org (consulté le 29 septembre 2013)
  42. a et b Oia.co.za ; "The Chinese botanists" Consulté le 5 octobre 2013.
  43. a et b Tommy Lee Jones, Barry Pepper, Julio Cedillo et Dwight Yoakam, Three Burials, (lire en ligne)
  44. « Marie Sabbah Agency - Nathaniel Méchaly », sur marie-sabbah-agency.com (consulté le 29 septembre 2013)
  45. Goldentrailer.com ; palmares "Golden Trailer Awards" 2008 Consulté le 29 septembre 2013.
  46. Starpulse.com ; récompenses "Les filles du botaniste" Consulté le 5 octobre 2013.
  47. a et b Imdb.com ; page "Trois enterrements" Consulté le 5 octobre 2013.
  48. « Palmarès des César - Académie des Arts et Techniques du Cinéma », sur academie-cinema.org (consulté le 6 mars 2016)
  49. JPBox-Office.com ; Site Box-Office page France pour chaque film Consulté le 26 septembre 2013.
  50. Unifrance.org ; Site des films français dans le monde Consulté le 26 septembre 2013.
  51. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k [PDF]Unifrance.org ; bilan 2014 Consulté le 4 décembre 2015.
  52. Unifrance.org ; premier bilan 2015 Consulté le 24 janvier 2016.
  53. a, b, c et d [PDF]Unifrance.org ; bilan 2009 page 10 et 11 Consulté le 1er décembre 2013.
  54. Boxofficestory : Unifrance Boxoffice International semaine 7 de 2016 Consulté le 6 mars 2016.
  55. Cyril Coantiec, « Lucy : le plus gros succès français à l'étranger depuis 20 ans », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  56. [PDF]Unifrance.org ; bilan 2012 page 14 et 15 Consulté le 1er décembre 2013.
  57. « Box-office français dans le monde - Avril 2011 », UniFrance,‎ (lire en ligne)
  58. Fiche Unifrance -bilan septembre 2012 Consulté le 1er décembre 2013
  59. Estimation par 8,22 $ ; le billet moyen pour le film "Malavita" d'Europacorp sorti 5 mois avant.
  60. a et b [PDF]Unifrance.org ; bilan 2010 page 12 Consulté le 1er décembre 2013.
  61. Unifrance.org ; bilan novembre 2015 Consulté le 8 janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]