Jugon-les-Lacs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jugon-les-Lacs
Jugon-les-Lacs
La mairie.
Blason de Jugon-les-Lacs
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Intercommunalité Communauté de communes Arguenon - Hunaudaye
Statut Commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Roger Aubrée
2016-2020
Code postal 22270
Code commune 22084
Démographie
Gentilé Jugonnais, Jugonnaise
Population 1 817 hab. (2013)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 36″ nord, 2° 19′ 15″ ouest
Altitude Min. 17 m
Max. 116 m
Superficie 26,15 km2
Élections
Départementales Plénée-Jugon
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Jugon-les-Lacs - Commune nouvelle
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Jugon-les-Lacs
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Jugon-les-Lacs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Jugon-les-Lacs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Jugon-les-Lacs

Jugon-les-Lacs [ʒygɔ̃ le lak] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France. Elle fait partie des Petites Cités de Caractère et des Villages étapes.

Le , elle fusionne avec Dolo pour former Jugon-les-Lacs - Commune nouvelle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé près de l'axe Dinan - Saint-Brieuc, le village de Jugon borde un étang de 70 ha, alimenté par quatre rivières, la Rosette, la Rosaie, la Rieule et le Vau Déhy. L'étang rejoint ensuite la rivière l'Arguenon, laquelle se déverse dans un premier lac de 40 ha, le Réservoir de Lorgeril, puis dans un second lac de barrage de 200 ha, la Retenue de l'Arguenon. À Plancoët, la rivière Arguenon passe en domaine maritime et se jette dans la Manche à Créhen au niveau du château du Guildo. C'est un haut lieu de pêche, labellisé Station Pêche en 2016, on y recherche les carnassiers, poissons blancs et carpes en étang et la truite fario en rivière. La Maison Pêche et Nature des Côtes d'Armor propose des animations de découverte de la pêche et de l'environnement. Le site est également réputé pour la qualité de ses randonnées pédestres et VTT, avec des parcours bien balisés et de différents niveaux de difficulté, une Station Sport Nature y propose des activités nautiques et VTT toute l'année.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Castrum Jugon vers 1110, Gigun en 1177, Lanjugon en 1208 et en 1209, Jugun en 1225 et en 1234, Sanctus Maclovius de Jugonio, ecclesia Beate Marie de Jugon en 1237[1], Notre Dame de Jugon en 1428, Sancto Malo de Jugon en 1516 [2].

C'est le breton lann au sens de « lande » et non pas d'« ermitage » dans ce cas, qu'il faut identifier dans Lanjugon, terre mentionnée en 1208 et 1209[1]. Selon Hervé Abalain, Jugon représente un hagionyme sans doute breton car il existe un Saint-Jugon (Morbihan, La Gacilly) qui tient son nom d’un saint Jugon (< ancien breton Iudcon), qui selon la légende aurait été berger. La présence de plusieurs microtoponymes Jugon en Bretagne semble confirmer l'existence du nom de personne Jugon. Le patronyme Jugon est bien attesté en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes-d'Armor.

La première mention de Jugon fait référence au château, situé sur un éperon abrupt encadré par deux étangs[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Près du camping du Lac, fut trouvé un gisement gallo-romain, connu depuis le siècle dernier, il a livré des tegulae et des tessons de poteries. Il est situé au bord du Chemin de Létra, ancienne voie romaine Corseul-Vannes.

Révolution française[modifier | modifier le code]

De Boishardy, un chef chouan, prit Jugon en 1794 : ses 400 hommes coupèrent l'Arbre de la liberté, crièrent « Vive le roi ! » et emportèrent les armes de la brigade[4].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux Morts porte les noms de 28 soldats morts pour la Patrie[5] :

  • 19 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 7 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.
  • 2 sont morts durant la Guerre d'Algérie.

La période contemporaine[modifier | modifier le code]

Jugon-les-Lacs a été créé le par la fusion des communes de Jugon, Lescouët-Jugon et Saint-Igneuc[6]. Depuis 1975, la ville est jumelée avec Lenzkirch en Allemagne, un square en l'honneur du jumelage a été édifié.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'hermine au château de gueules ajouré et maçonné de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Jugon
Période Identité Étiquette Qualité
1938 1962 Jean Orveillon   Greffier, huissier, agent d'affaires
1962 avril 1973 Pierre Josse    
avril 1973 juin 1995 Fernand Hamon DVG puis PS Inséminateur
Conseiller général de Jugon-les-Lacs (1967 → 1992)
juin 1995 mars 2001 Humbert Boulin   Agriculteur-éleveur
mars 2001[7] avril 2014 Daniel Hamon DVG Professeur d'économie et gestion, ancien adjoint
avril 2014[8] décembre 2015 Roger Aubrée DVD Retraité de la fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
402408392460508519531530539
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
571597565597533547553556534
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
527534494455446444428459372
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
3894151 2921 3511 2831 3481 5041 7311 817
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le manoir de Lorgeril, fondé à la fin du XVe siècle, dans la seigneurie de Follideuc en Saint-Igneuc.
  • L'église Notre-Dame et Saint-Étienne est l'église d'un prieuré de l'abbaye de Marmoutier dont la première pierre fut posée en 1108 par Olivier de Dinan. Elle fut reconstruite en grande partie en 1850 par l'architecte J. Ramard en conservant des éléments anciens : baies à remplages, clocher et bras sud du transept du XIVe siècle, portail ouest du XVIe siècle[11]. Le clocher couvert d'un toit en bâtière de type normand est d'un type rare en Bretagne[12]. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1926[13],[14]. Voir aussi : Bénitier de Jugon-les-Lacs.
  • L'église Saint-Ignace de Saint-Tigneuc.

Archives[modifier | modifier le code]

Seigneurie de Lorgeril, en Lescouët-Jugon, Plorec-sur-Arguenon, cotes 15 J 89 à 15 J 93 → Fonds de Langle (15 J), Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Sports[modifier | modifier le code]

Le club de football de Jugon s'est associé en 2009 avec le club de football de Dolo (commune voisine) pour former l'Entente des Lacs. L'équipe fanion joue dans le championnat de D3 du district des Cotes d'Armor. L'équipe B joue en D4. Le club possède également une école de foot.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes d'Armor, Chasse-Marée. Ar Men, 1992.
  2. Erwan Vallerie, Traité de toponymie historique de la Bretagne, 3 volumes, Éditions An Here, 1995.
  3. « Étymologie et Histoire de Jugon-les-Lacs », sur infobretagne.com (consulté le ).
  4. Jean Gallet, Les paysans en guerre, Rennes, éditions Ouest-France, , 143 p. (ISBN 2-7373-0157-2)
  5. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le )
  6. fusion sur le site du Code officiel géographique
  7. « Daniel Hamon dans le fauteuil de maire », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  8. « Roger Aubrée est élu nouveau maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  11. « Eglise paroissiale Notre-Dame », sur patrimoine-religieux.fr
  12. « Eglise paroissiale, rue Saint-Etienne (Jugon-les-Lacs fusionnée en Jugon-les-Lacs - Commune nouvelle en 2016) », sur patrimoine.bzh
  13. « église Notre-Dame et Saint-Étienne », notice no PA00089207, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Jules Henri Geslin de Bourgogne, Anatole de Barthélemy, Anciens évêchés de Bretagne. Histoire et documents, 1864, Saint-Brieuc, Librairie Guyon Frères imprimeurs, tome 4, chapitre VI, Prieuré de Notre-Dame de Jugon, p. 329-340 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]