Plurien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plurien
Clocher-porche de l'église paroissiale Saint-Pierre
Clocher-porche de l'église paroissiale Saint-Pierre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Pléneuf-Val-André
Intercommunalité Lamballe Terre et Mer
Maire
Mandat
Jean-Pierre Omnes
2014-2020
Code postal 22240
Code commune 22242
Démographie
Gentilé Pluriennais, Pluriennaise
Population
municipale
1 479 hab. (2014)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 36″ nord, 2° 24′ 10″ ouest
Altitude 43 m (min. : 3 m) (max. : 96 m)
Superficie 21,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plurien

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plurien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plurien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plurien

Plurien [plyʁjɛ̃] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plurien est à 30 min de Dinan, à 1 km de la mer.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté en tant que de Saint Rihen en 1181.

Le nom de la localité fait partie des nombreux toponymes en ploe « paroisse » en vieux breton (terme issu du latin plebs, plebis > PLEBE), témoignages d'une colonisation brittonique. Il prend occasionnellement la forme Plu- (à côté de Plou-, Ploe-, Plo-, Plé-, Pleu-, Ples-). Il est généralement suivi d'un nom de saint. Dans ce cas, il s'agit de saint Rihen, autrement dit Riain, Ryan ou Rhian, abbé gallois ou encore d'Urien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Maryvonne Esnaut    
mars 2008 en cours Jean-Pierre Omnes UDI Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 479 habitants, en augmentation de 5,95 % par rapport à 2009 (Côtes-d'Armor : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 036 1 050 1 121 1 054 1 206 1 171 1 326 1 302 1 274
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 308 1 358 1 446 1 452 1 492 1 509 1 516 1 526 1 402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 518 1 506 1 516 1 290 1 338 1 292 1 297 1 235 1 181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 241 1 263 1 350 1 309 1 289 1 235 1 354 1 437 1 479
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XIe siècle (vestiges d'architecture romane : campanile, travée avec contreforts), agrandie et remaniée dès le XIVe avec l'édification de la partie haute de la nef côté est et de la chapelle. Adjonction d'un clocher-porche au XIXe siècle. Édifice classé.
  • Station balnéaire des Sables d'Or les Pins: une petite partie de la station se trouve sur la commune (la majeure partie étant sur la commune de Fréhel)
  • Casino

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Lemoine, Trouvailles d'objets en bronze de l'époque larnaudienne dans la commune de Plurien (Côtes-du-Nord), dans Société d'émulation des Côtes-du-Nord, 1888, p. 39-45. Dessins en fin de volume. (environ 900 haches).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]