Plurien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plurien
Plurien
Le clocher-porche de l'église paroissiale Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Lamballe Terre et Mer
Maire
Mandat
Jean-Pierre Omnès
2020-2026
Code postal 22240
Code commune 22242
Démographie
Gentilé Pluriennais, Pluriennaise
Population
municipale
1 532 hab. (2018 en augmentation de 4,57 % par rapport à 2013)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 36″ nord, 2° 24′ 10″ ouest
Altitude 43 m
Min. 3 m
Max. 96 m
Superficie 21,65 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Pléneuf-Val-André
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Plurien
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plurien
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plurien
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plurien
Liens
Site web commune-de-plurien.fr

Plurien [plyʁjɛ̃] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 39 km au nord-ouest de Dinan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Plurien
Côte de Penthiève Fréhel
Erquy Plurien
La Bouillie Hénanbihen Matignon

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Nombreux lieu-dits dont la Ville Tanvez, les Tertres Charbonnet, Sables d'Or les Pins.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Plurien est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[6]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (93,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66,2 %), zones agricoles hétérogènes (20,3 %), prairies (5,7 %), zones urbanisées (4,1 %), forêts (2,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,4 %), zones humides côtières (0,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes 1167 : Plurien; 1169 : Plurien; 1181 : de Sancto Rihen; 1263 : Plurian; 1516 : Plurien[11].

Le nom de la localité fait partie des nombreux toponymes en ploe « paroisse » en vieux breton (terme issu du latin plebs, plebis > PLEBE), témoignages d'une colonisation brittonique. Il prend occasionnellement la forme Plu- (à côté de Plou-, Ploe-, Plo-, Plé-, Pleu-, Ples-). Il est généralement suivi d'un nom de saint. Dans ce cas, il s'agit de saint Rihen, autrement dit Riain, Ryan ou Rhian, abbé gallois ou encore d'Urien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux Morts porte les noms de 64 soldats morts pour la Patrie[12] :

  • 53 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 8 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.
  • 2 sont morts durant la Guerre d'Algérie.
  • 1 est mort durant la Guerre d'Indochine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Maryvonne Esnaut    
mars 2008 En cours Jean-Pierre Omnès UDI Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2018, la commune comptait 1 532 habitants[Note 2], en augmentation de 4,57 % par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,42 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0361 0501 1211 0541 2061 1711 3261 3021 274
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3081 3581 4461 4521 4921 5091 5161 5261 402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5181 5061 5161 2901 3381 2921 2971 2351 181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 2411 2631 3501 3091 2891 2351 3541 4371 509
2018 - - - - - - - -
1 532--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte Pierre (XIe – XIXe siècle). L'édifice a conservé de l'époque romane une longue nef bâtie au XIe siècle, qui se caractérise par ses contreforts plat et ses petites fenêtres à linteau monolithique. Le mur nord a conservé ses dispositions d’origine[17]. Le mur sud a été profondément modifié : au XVIIe siècle, on le dote d’un porche sud du XVe siècle en réemploi, appelé  "le Chapitré", et on le perce de larges baies au XVIIIe siècle après avoir rebouché les fenêtres romanes. La nef est prolongée vers l’est au XVe siècle, doublant la longueur de l'édifice.  A l’intérieur, la jonction des deux parties est marquée par un arc diaphragme brisé surmonté à l’extérieur d’un clocher peigne à deux baies accessible par un escalier rampant. L’édifice s’achève par un chevet plat percé par une fenêtre axiale et une chapelle en retour au sud. Il estcouvert d’une charpente en berceau brisé. La tour-porche à l’ouest a été édifiée en 1835[18]. Elle contient plusieurs éléments de mobilier classé[19].
  • Station balnéaire des Sables d'Or les Pins: une petite partie de la station se trouve sur la commune (la majeure partie étant sur la commune de Fréhel)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Lemoine, Trouvailles d'objets en bronze de l'époque larnaudienne dans la commune de Plurien (Côtes-du-Nord), dans Société d'émulation des Côtes-du-Nord, 1888, p. 39-45. Dessins en fin de volume. (environ 900 haches).
  • Pierre Amiot, Histoire de mon village Plurien, Bannalec : Imprimerie Régionale, 1983

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  7. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  8. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 3 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 3 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. [1]
  12. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le 3 mars 2021).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Marc Déceneux, La Bretagne romane, Editions Ouest France, , p 43.
  18. « Église paroissiale Saint-Pierre, place de l'Eglise (Plurien) », sur patrimoine.region-bretagne.fr (consulté le 9 septembre 2019).
  19. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture.