Plémet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plémet
Plémet
Chapelle Saint-Lubin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Loudéac Communauté − Bretagne Centre
Maire
Mandat
Chantal Névo
2020-2026
Code postal 22210
Code commune 22183
Démographie
Gentilé Plémétais
Population
municipale
3 697 hab. (2019)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 40″ nord, 2° 35′ 37″ ouest
Altitude Min. 70 m
Max. 241 m
Superficie 56,64 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Loudéac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Loudéac
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Plémet
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plémet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plémet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plémet
Liens
Site web http://www.plemet.fr/

Plémet ([plemɛ]; dénommée Les Moulins jusqu'au 31 décembre 2017) est une commune nouvelle française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Elle est née le de la fusion des deux communes de Plémet et La Ferrière.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Parrochia de Ploemet en 1246, ecclesia de Plemet vers 1330, Plemet en 1371, 1393 et en 1405, Ploemael au XIVe siècle, Plesmet en 1407, Plehemet en 1513.

Plémet tire son nom de saint Démet, d'origine galloise et ayant vécu dans la région de Brest[réf. nécessaire].

Le nom de la commune est Pllémé en gallo, Plezeved en breton.

Géographie[modifier | modifier le code]

La N 164, axe central breton, future voie express passe au sud de Plémet.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 12 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 842 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Loudeac », sur la commune de Loudéac, mise en service en 1987[7] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,4 °C et la hauteur de précipitations de 901,3 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985 et à 43 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[11] à 11,2 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Plémet est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Plémet, une unité urbaine monocommunale[17] de 3 649 habitants en 2017, constituant une ville isolée[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Loudéac, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[20],[21].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme le bassin de Rennes, Plémet constitue une sorte d'îlot relativement sec (moins de 700 mm de précipitations annuelles, moins de 150 jours de pluie par an). La commune, en appartenant à la zone climatique « intérieur » de Bretagne, bénéficie d'un climat océanique tempéré caractérisé par des étés doux et des hivers assez pluvieux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts porte les noms de 204 soldats morts pour la Patrie[22] :

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Afin de sauvegarder le montant des dotations d’État, favoriser le maintien des équipements tels que Poste et gendarmerie, permettre une mutualisation des services, Romain Boutron, maire de Plémet, a proposé en 2015 de fusionner sa commune avec celle de La Ferrière, ainsi que d'autres collectivités qui viendraient à le souhaiter[23]. La fusion est demandée par les deux conseils municipaux[24].

La création de la nouvelle commune, le 1er janvier 2016, a entraîné la transformation des deux anciennes communes en « communes déléguées » dont la création a été entérinée par arrêté du 9 décembre 2015[25]

Le conseil municipal du 10 mars 2016 a souhaité toutefois reprendre le nom de Plémet,[26]. Le retour au nom de Plémet intervient le [27],[28].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle se trouve dans l'arrondissement de Saint-Brieuc du département des Côtes-d'Armor[28].

Elle est rattachée au canton de Loudéac[28].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle était membre, à sa création, de la communauté intercommunale pour le développement de la région et des agglomérations de Loudéac (CIDERAL).

Celle-ci fusionne avec des intercommunalités peu peuplées, pour former, le , la communauté de communes dénommée Loudéac Communauté − Bretagne Centre.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes. Les anciens maires des deux communes deviennent maires délégués de chacune des anciennes communes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016[29] novembre 2020 Romain Boutron LR Dirigeant de société
Conseiller départemental de Loudéac (2015 → )
Vice-président du conseil départemental des Côtes-d'Armor (2015 → )
Ancien maire de Plémet (2014 → 2015)
novembre 2020[30] En cours
(au 18/03/2021)
Chantal Névo   Retraitée

Liste des communes déléguées[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle a été constituée par la réunion des communes suivantes, qui sont devenues des communes déléguées :

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Plémet (commune déléguée)
(siège)
22183 CC Cideral 41,00 3 212 (2013) 78


La Ferrière 22058 CC Cideral 15,64 458 (2013) 29

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 3 697 habitants[Note 8].

Évolution de la population  [ modifier ]
2014 2019
3 6493 697
(Sources : Insee à partir de 2014[31].)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Plémet comporte quatre monuments historiques immobiliers :

  • La chapelle Saint-Lubin et son calvaire, inscrits en 1925
  • Trois croix de chemin, inscrites en 1927 :
    • une croix de chemin du XVIIe siècle, situé à la Fourchette,
    • une croix de chemin située à la Pierre Longue,
    • une croix du XVIIIe siècle.

Plémet possède aussi un important patrimoine bâti inventorié.

  • L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, construite de 1894 à 1896 par Ernest Le Guerranic. À l'intérieur, se trouve un reliquaire de Saint-Pierre ou l'Ange en bois, qui fut la première œuvre réalisée à Plémet par Roland Guillaumel et, que l'on promenait lors des processions.
  • Les Forges Saint-Éloi fondées en 1675 et le Moulin Choiseul.

Les Châteaux : le château aux Landelles, à Bodiffé, à Launay Guen et au Vaublanc, ainsi que des maisons et fermes ont également été inventoriés.

Les sanatoriums de Bodiffé et de Bel-Air construits au début des années 1930. C’est aujourd’hui un centre de rééducation fonctionnelle.

L'ancienne gare de Plémet a été transformée en gîte d'étape.

Outre ces monuments, Plémet comporte :

Musée Artcolle[modifier | modifier le code]

Le musée Artcolle consacré à l'art du collage et de l'assemblage qui est l'un des rares musées au monde à présenter une collection entièrement dédiée à ce courant artistique : « L'art qui met la peinture au défi » selon Louis Aragon. Le musée, qui se situe dans l'ancienne marie de la ville, présente notamment des œuvres de certains de ses représentants les plus connus dont Jiří Kolář, Bernard Mandeville, Jacques Villeglé, Fitzia, Ivan Coaquette, Gérard Siémons...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle, qui ne possède pas de blason, a adopté un nouveau logo en mai 2018. Selon le maire, le « logo puise sa source dans les forces et le dynamisme [du] nouveau territoire, né de la fusion de Plémet avec La Ferrière. Cette énergie, portée par les habitants de la commune, est le point de départ de cette création. À partir du P de Plémet, c'est tout un territoire qui s'exprime ». Un point central bleu et vert, cercle bicolore, évoque le rassemblement et le bel équilibre, entre richesses naturelles, patrimoine et ambition collective partagée. La partie verticale du P rappelle le lit du Lié et ses sinuosités, et donne les dimensions d'une arabesque à l'ensemble. Elle se transforme en outre en accent aigu du É de Plémet. « Des lignes en noir et blanc traduisent [la] situation géographique au cœur de la Bretagne. Il suggère le rayonnement de Plémet, au-delà de ses frontières, et arme sa volonté d'ouverture au monde »[32].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Loudeac - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Plémet et Loudéac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Loudeac - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Plémet et Trémuson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Plémet », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  23. « Une commune nouvelle en réflexion avec la Ferrière : Le maire est très volontariste. La création pourrait être effective au 1er janvier 2016. Des réunions publiques auront lieu en octobre », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Commune nouvelle. Plémet et La Ferrière deviennent Les Moulins : Elle s'appellera Les Moulins et comptera près de 3.800 habitants. Au , les communes de Plémet et La Ferrière, à l'est de Loudéac, deviendront une commune nouvelle. Une décision entérinée ce lundi soir, en séance de conseil municipal de Plémet. », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Arrêté préfectoral du 9 décembre 2015 portant création de la commune nouvelle « Les Moulins » », Recueil des actes administratifs de la préfecture des Côtes-d'Armor, no 96,‎ , p. 46-48 (ISSN 1152-5851, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  26. « Délibérations du conseil municipal du 10 mars 2016 : 7. Réflexion sur le nom de la commune », Infos Plémet - La Ferrière (Bulletin municipal),‎ , p. 6 (lire en ligne [PDF]).
  27. « Les Moulins. La commune nouvelle va retrouver le nom de Plémet », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Nous avions fait appel à la population pour choisir le nom de la commune, mais la participation avait été assez faible », se souvient Romain Boutron, maire de Plémet. « Nous avons eu une information erronée. Nous avions compris que nous étions obligés de choisir un nouveau nom, ce qui n’était pas vrai ».
  28. a b et c « Commune de Plémet (22183) Commune actuelle », Code officiel géographique (COG), sur https://www.insee.fr, (consulté le ).
  29. « Romain Boutron élu maire de la commune nouvelle, Les Moulins », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Mardi soir, lors de la séance d’installation du conseil municipal de cette commune nouvelle, Romain Boutron a été élu maire. Il coiffait déjà ce rôle dans la commune de Plémet depuis 2014. Anne Charles, jusqu’à présent maire de la Ferrière y a été nommée de droit maire déléguée et Romain Boutron maire délégué de Plémet ».
  30. « Chantal Névo est le nouveau maire de Plémet », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. « Municipalité. Présentation du nouveau logo », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).