Trédias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trédias
Trédias
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Broons
Intercommunalité Lamballe Terre et Mer
Maire
Mandat
Marie-Pierrette Poilve
2014-2020
Code postal 22250
Code commune 22348
Démographie
Population
municipale
482 hab. (2016 en diminution de 8,19 % par rapport à 2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 30″ nord, 2° 14′ 08″ ouest
Altitude 70 m
Min. 37 m
Max. 111 m
Superficie 11,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trédias

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trédias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trédias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trédias

Trédias [tʁedja] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Trédias fait partie de l'arrondissement de Dinan, le chef-lieu du département étant Saint-Brieuc.

Le territoire de Trédias est constitué d'un bourg autour duquel se trouvent des lieux-dits. On peut citer : Kermehen, la Nouette, la Marche, l'Hôtellerie, le Douet-Robert, Launidel, la Bouyère, Ville-Jouy, le Bignon, la Sauvagère, Dinannetz, la Chapelle-Fougeraye, Fredsac.

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Trédias
Mégrit Languédias
Trédias
Trémeur Broons Yvignac-la-Tour

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Trediarn en 1148, Tredyas en 1249, Tredriam vers 1330, Trediem en 1354, Tredias en 1365, Trediar au XVe siècle, Tredias en 1490[1].

Trédias vient du breton treb (village) et tiarn, variante de tiern (chef)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la paroisse constituait une entité territoriale, religieuse et administrative. La paroisse de Trédias était inscrite dans le diocèse de Saint-Malo.

La loi du 14 décembre 1789 portant sur la création des communes modifie ce schéma : d'un point de vue administratif, Trédias cesse d'être une paroisse pour devenir une commune qui élit sa première municipalité dans les tout premiers jours de janvier 1790.

Par ordonnance du 23 juin 1819, la commune de Sainte-Urielle est rattachée à Trédias[2]. A partir de 1793, Trédias est inscrit dans le canton de Mégrit, puis il intégrera celui de Broons en 1801[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Trédias Blason De gueules à la croix d'argent cantonnée de quatre croissants du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Appartenant à la Communauté de communes du Pays de Du Guesclin jusqu'au 31 décembre 2016, Trédias est rattaché depuis le 1er janvier 2017 à la Communauté de communes de Lamballe Terre et Mer

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 avril 2014 Jérôme Le Breton   Enseignant
avril 2014 en cours Marie-Pierrette Poilvé DVG Infirmière-puéricultrice retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 482 habitants[Note 1], en diminution de 8,19 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
275300341666717717694743731
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
612691704726790779820816824
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
813805817735703684656615605
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
560544532510478442450502491
2016 - - - - - - - -
482--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Le club Trédias-sports évolue en championnat départemental et dispute ses rencontres sur le terrain municipal de la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre.
  • Église Saint-Pierre[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Trédias »
  2. Préfecture des Côtes-du-Nord, Éléments d'histoire et d'archéologie, communes de l'arrondissement de Dinan, Saint-Brieuc, 1975
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui [archive] sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :