Sévignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sévignac
Sévignac
Le château du XVIIIe siècle de Limoëlan.
Blason de Sévignac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Lamballe Terre et Mer
Maire
Mandat
Yvon Berhault
2020-2026
Code postal 22250
Code commune 22337
Démographie
Gentilé Sévignacais, Sévignacaise
Population
municipale
1 097 hab. (2018 en diminution de 2,83 % par rapport à 2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 01″ nord, 2° 20′ 14″ ouest
Altitude 60 m
Min. 30 m
Max. 152 m
Superficie 43,25 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Broons
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Sévignac
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Sévignac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sévignac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sévignac
Liens
Site web Site officiel de la commune de Sévignac

Sévignac [seviɲak] Écouter est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sévignac est limitée au Nord par Dolo et Jugon (l'ensemble formant aujourd'hui Jugon-les-Lacs, commune nouvelle) et Mégrit, à l'Est par Trémeur et Broons, au Sud et au Sud-Est par Rouillac, Eréac, Lanrelas, Plumaugat, et à l'Ouest par Plénée-Jugon, cette localité est d'une superficie de 4.325 hectares ; le point culminant est de 152 mètres. La Rieulle borde la commune de Sévignac en sa partie Ouest et sert de limite entre Sévignac et Plénée-Jugon, la Rosaie s'écoule tout près du bourg, et arrose l'ancien moulin de Cachegrain, quant à la Rosette elle délimite Sévignac de Broons et de Trémeur en sa partie Est. On découvre dans le sous sol du schiste talqueux et du quartzite (carrière de Guitternel). Bois des Touchelles, de la Brulette, des Aunas et de la Cranne.

Biographie :

-Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne : Jean Ogée

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sévignac dérive manifestement d'un toponyme qui doit être regardé comme une dédicace à un certain Sabinius. Lieu connu sous le nom de S'vigna en langue gallèse, et Seviniec sous la variante bretonne. Les habitants des localités voisines surnommaient les habitants de Sévignac les pataus -prononcer pata(ou), ce qui désigne en gallo des gens maladroits. Le nom de la localité est attesté sous les formes Plebs Seminiaca en 869, Sivingac en 1212, Sevinar en 1218, Syvignac en 1239, Sevignac en 1256, 1262 et 1266, Sivingnac en 1269, Sevignac en 1271, Seguignac en 1278, Sevignac en 1289, Saint Vingnac en 1303, Sevignac vers 1330 et en 1340.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période Gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Un domaine a été attribué à Sabinius, ressortissant gallo-romain, lors de la transition entre le Haut-Empire et le Bas-Empire romain. Dans la contrée environnante, ces anciens domaines désignés fundi étaient concentrés entre la Rance et l'Arguenon. Des gisements de tegulae ou tuiles à crochet ont été découverts aux villages du Printel et de Brondineuf. Ces antiquités révèlent la présence d'habitats disparus remontant à la période Antique. Pourtant ces premières traces de civilisation avaient été elles mêmes précédées dès le Néolithique, il y a environ 6.000 ans par la présence de tribus, ainsi s'explique la découverte d'une sépulture mise à jour vers 1898 en un point culminant qui pourrait être identifié comme étant situé au sommet de la côte de Guitternel ; du reste les landes de Guitternel ont livré au cours des années soixante-dix, ce qui semblait être une allée couverte, hélas le monument fut détruit aussitôt après découverte par l'exploitant de la carrière, craignant que des fouilles archéologiques ne vinrent importuner ses carriers.

Biographies :

-Recherches sur l'origine de la propriété foncière et des noms de lieux : Henry Arbois de Jubainville, Georges Dottin

-Centre archéologique d'Alet.  

Haut-Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Au cours du Haut-Moyen-Âge, la paroisse primitive bretonne de Sévignac relevait de l'évêché d'Alet, et comprenait très certainement les localités actuelles de Rouillac, Trémeur, et une très petite partie sud de Dolo bordée par la rivière Rosaie. Mentionnée sous la forme de Seminiaca Plebs dans une charte de Redon en date du 29 septembre de l'an 869. Une noble dame y est mentionnée, elle se nommait Roiantdreh, et exerçait une charge de machtiern. Cette charge héritée de la tradition en vogue Outre-Manche équivalait à celle du magistrat et du notaire. Quant à la dite Roiantdreh, elle est donnée fille de Louwenan, veuve du comte Combrit et c'est à la mort de son fils unique Ewen qu'elle eut recours à adopter le roi Salomon de Bretagne qui régna de l'an 857 à l'an 874. Une croix monolithique visible au hameau de Pengave est un témoin de cette lointaine époque.

Biographies :

-Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor: origine et signification : Bernard Tanguy

-La chronologie du Cartulaire de Redon : Arthur de la Borderie.

La Bretagne des saints et des rois : Ve-Xe siècle : André Chédeville, Hubert Guillotel

-Cartulaire de l'abbaye de Redon en Bretagne : Aurélien de Courson de la Villeneuve

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Lors de la période féodale, un certain nombre de familles aristocratiques disposait de fiefs dans les paroisses. Ces domaines résultaient des attributions dont ces chevaliers avaient été récompensés en échange de services rendus à la couronne ducale. En la paroisse de Sévignac, maintes maisons honorables disposaient de fiefs, la famille Gouyon était l'une d'entre elles. Au cours de l'an 1211, il est mention de Etienne Goyon, celui-ci accorda à l'abbaye cistercienne de Boquen, sa dîme de Sévignac ; laquelle donation se fit avec le consentement de son épouse Lucie de Matignon,  ainsi que celui de ses fils Alain, Etienne et Jean,  pour le salut de l'âme de leurs défunts fils Guégon et Geoffroy.  Un deuxième fief était La Bouillière à Sévignac, il était détenu par Guillaume du Chastelier de Eréac. Le troisième domaine appartenait à la très puissante Maison de Dinan. Il était situé entre Pengly et Pengave, ce lieu est devenu la Grange aux Moines, un second endroit est nommé à présent les Granges. Quant à la chapelle de saint Cado, elle est mentionnée dans une charte datée de 1274 sous la forme de  capellam Sancti Kadroci. Au cours de cette période, à travers la campagne de e de Sévignac des défrichements furent entrepris, et à flan de coteau des vignes furent plantées comme le rappelle ce lieu que l'on distingue en se rendant sur le site de Rochereuil. En août 1475 les commissaires, Henry de Queslen, auditeur à la Cour des comptes et Bertrand du Val maître des requêtes, mentionnent pour la paroisse le chiffre de 282 sujets contributifs ; 33 pauvres et 6 francs-archers.

Biographie :

-Anciens Évêchés de Bretagne, histoire et patrimoine : J. Geslin de Bourgogne et A. de Barthélémy.  

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

La paroisse de Sévignac nous est ainsi décrite par l'ingénieur géographique Jean Ogée 1728-1789, auteur de l'ouvrage Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne publié en 4 volumes, à Nantes, de 1778 à 1780. Sévignac est situé à 8 lieues de Saint-Malo son évêché ; à 11 lieues et demie de Rennes ; à 4 lieues et demie de Lamballe ; sa subdélégation ; cette paroisse ressort à Dinan et est dépendante du doyenné de Plumaudan. Cette paroisse renferme 2.500 communiants, la cure est à l'alternative et son territoire renferme des terres bien cultivées, des prairies et des landes, et beaucoup d'arbres fruitiers. On y connaissait des maisons nobles à Limoëlan, la Ville-es-Blancs, la Rivière, la Guénochais, les Salles, Saint-André, Brondineuf, la Touche-Anisan, le Margaro et Bougueneuf au quartier de Rouillac, Pembro, Millia, le Bignon, la Chapelle, la Ville-Billi, le Chaucheix, la Ville-Neuve, Quenna, le Plessix Gautron, la Ville Léart, Couevenneuc, Pengave. .

Dans les actes anciens on évoque la Grand-Rue, au bourg de Sévignac, probablement s'agit-il de la rue du Manoir, mais aussi la Place Saint Eloi, qui empruntait son nom au cimetière entourant alors l'ancienne église, la Cohue. Un auditoire de justice se dressait à l'emplacement du parking proche de la Place Pierre Henry, un acte daté de 1769 nous décrit le lieu « Autre corps de logis avis du précédent, couvert d’ardoises, consistant dans une écurie, chambre au dessus servant d’auditoire de la juridiction de Beaumanoir-Limoëlan...»

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux Morts porte les noms des 153 soldats morts pour la Patrie[1] :

  • 141 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 10 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.
  • 1 est mort durant la Guerre d'Algérie.
  • 1 est mort durant la Guerre d'Indochine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Faisant partie de la Communauté de communes du Pays de Du Guesclin jusqu'au , Sévignac est rattaché depuis le à la Communauté de communes de Lamballe Terre et Mer

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971   Maurice Després    
mars 2001 En cours Yvon Berhault PS Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2018, la commune comptait 1 097 habitants[Note 1], en diminution de 2,83 % par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,42 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3752 4732 4622 5042 6342 8162 7432 8942 715
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5972 5802 8052 9483 0673 1293 0142 8592 838
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8472 8892 7772 4252 3232 1982 1732 0121 806
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 7321 5071 3071 1771 0751 0421 1061 1141 099
2018 - - - - - - - -
1 097--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château disparu de la Rivière Moussaye était aménagé en un lieu cerné de douves, proche du hameau de Saint-Trillac, un temps abandonné avant les guerres de la Ligue au profit de la Moussaye en Plénée-Jugon, l'endroit était habité par le dernier possesseur connu sous l'ancien régime, à savoir le sieur Jacques Joseph  de La Motte, décédé à Broons, à l’âge de 59 ans en 1789 . La plupart des maisons anciennes de ce village furent construites semble-t-il avec les restes de cette défense disparue. Un buste féminin datant de l'époque de la Renaissance a été retrouvé dans le jardin d'une ancienne ferme ; ici et là le visiteur peut observer une porte plein-cintre, une cheminée en provenance du pays des faluns, un cadran solaire et autres éléments intéressants. L'ancien cimetière fut reconverti en jardin, quand au vivier mentionné sur le cadastre napoléonien, il n'est plus aujourd'hui qu'un vague souvenir. Le lieu fut possédé par les familles de la Moussaye, Gouyon de la Moussaye, Franquetot du Coigny et de la Motte..
  • Les châteaux de Limoëlan. Le plus ancien château, est constitué d'une maison forte auquel un pont levis donnait accès, l'ensemble est entouré de douves et date en partie des XVe et XVIIe siècle il est désigné la Basse-Cour de Limoëlan,  la Malouinière qui lui fait face date de 1779, elle a été construite avec du matériau provenant de l'ancien château. Aménagé sur le site de Limoëlan, l'ancienne seigneurie dite de Beaumanoir-Limoëlan fut possédée dès la fin du XIIIe siècle par la famille de Rousselot de Limoëlan. Cette famille Rouxelot disposait pour armoiries "d'argent à trois hache de sable", qui sont devenues les armoiries de Sévignac. Cette famille comprenait au sein de ses membres : Eon Rouxelot, vivant vers 1270 ; Guillaume Rouxelot qui fut l'un des exécuteurs testamentaires de Roland III de Dinan en 1304 ; Raoul Rouxelot qui devint évêque de Saint-Malo en 1310 ; Jehan Rouxelot qui prit part au Combat des Trente lors de la Guerre de Succession de Bretagne et se distingua lors du Combat des Trente l'an 1351. La seigneurie de Beaumanoir-Limoëlan passa ensuite par alliance aux familles de Dinan, de Kersaliou, de la Chapelle des Beuves, du Guémadeuc, de Beaumanoir, d'Espinay, de Lorainne, Picot de Limoëlan
  • Le château de la Ville-es-Blancs se dresse au milieu d'un tapis verdoyant, l'ensemble des bâtiments date en partie des XVIe XVIIe et XVIIIe siècle, la chapelle domestique du lieu, remarquablement restaurée remonte au XVe siècle. L'endroit protégé de douves fut possédé dès la fin du XIVe siècle par la famille Ferré de la Ville-es-Blancs dont plusieurs des membres occupèrent des charges diverses sous les ducs de Bretagne : Jacques Ferré, exerçait la charge d'auditeur des Comptes de Bretagne, il fut également secrétaire du duc et conseiller maître en la Chambre des Comptes en 1420 ; Pierre Ferré, Chevalier, Seigneur de la Ville-es-Blancs vivait en 1450, il avait été nommé Sénéchal de Rennes en 1466, puis Ambassadeur du duc de Bretagne François II, auprès de la Cour de Londres. Cette famille Ferré disposait également de la terre de la Garaye en Taden.
  • Le château disparu de Brondineuf fut possédée dès le milieu du XIIe siècle par la famille de Bron. Le domaine seigneurial passa par alliance aux familles de Carmené, de Derval et de Saint-Pern. Si le corps de logis daté du XVIIe siècle a disparu au début du XXe siècle, subsistent des communs datant des XVe XVIe et XVIIe ainsi que la chapelle domestique dédicacée à Saint Gilles datée de 1641, cette chapelle a fait l'objet d'une intéressante restauration voici quelques décennies. Dans le parc voisin subsiste un tulipier de Virginie rapporté d'Amérique par le tout puissant possesseur du lieu : Bonaventure de Saint-Pern. Ce dernier fut présent en 1758 lors de la bataille de St Cast, puis en 1776 lors de la Guerre d'Indépendance des Etats Unis d'Amérique. Au cours des premiers mois de l'année 1870, sur les terres du domaines de Brondineuf furent découverts des fragments d'épées, deux poignards, quatre pointes de lances, deux fragments de haches à talon et des fragments de lame non identifiés.
  • Le manoir disparu du Plessix-Gautron, situé dans le voisinage de Guitternel, l'endroit en ruines est connu dès le XIIIe siècle travers les chartes de Boquen. Les familles Batailles, Gauteron, de Tréal, de Nevet, Locmaria du Parc, du Rocher de Saint-Riveul disposèrent du lieu. Le manoir disposait jusqu'au début des années soixante d'une remarquable porte ogivale datant du XVe siècle et d'une souche de cheminée de même époque.
  • Le château de la Béchardière, est en réalité un ancien relais de chasse converti à la fin du XIXe siècle en hôtel particulier désigné château.. L'endroit fut successivement possession des familles de Chappedelaine et de Launay.
  • Heurteloup qui conserve la chambre qui vit naître Monseigneur Augustin Le Mintier.
  • Saint-André, la terre de Saint-André passa par alliance aux Le Mintier par le mariage en 1460 de Pierre le Mintier avec Jeanne de La Motte. Cette famille de la Motte, regardée comme étant issue de la famille de Bron, posséda vers le milieu du XIVe siècle la terre de la Ville-es-Blancs.
  • Le Bois de la Touche, l'endroit conserve un fronton triangulaire dont le tympan  porte les armoiries de la maison Le Mintier, à savoir .« De gueules à la croix  engreslée d’argent ». Heurteloup, Saint-André et le Bois de la Touche furent propriétés au cours des XVIIe et XVIIIe siècles de la famille Le Mintier
  • Badouard, est situé face à la mairie au bourg de Sévignac, le soubassement d'une tour dominant jadis l'endroit ainsi que des éléments défensifs de type "bouche à feu" sont autant d'indices sur le riche passé du lieu. Badouard doit son nom à une famille issue de la petite noblesse, mentionnée au cours du XVe siècle dans les réformation de la paroisse. En façade on observe un des rares éléments rappelant une certaine richesse architecturale : une porte surmontée d'un élégant fronton triangulaire; près du jardin se trouve un puits intéressant. L'endroit fut possédé par les familles Chevré, Bodin de Beaurepaire, de Carné et d'Avoust.
  • Le manoir des Granges était situé à proximité du chemin antique connu sous le nom de Sente Pavée. Les ruines de l'ancien manoir des Granges sont impressionnantes, l'endroit fut aménagé vers la fin du XVIe siècle comme on peut le constater avec ces ouvertures chanfreinées. Ce manoir à cour close, était possession de la famille de la Villausant, regardée comme issue de cadets de la famille Ferré de la Ville-ès-Blancs. Dans le voisinage immédiat du lieu un appareillage identique à celui des Granges laisse supposer des éléments provenant du lieu ; sans doute que ce manoir fut construit à partir des restes d'une grange dont disposait l'abbaye de Boquen.
  • Au lieu dit Le Manoir à la sortie du bourg se dresse une partie de l'ancien manoir aménagé à la fin du XVIe siècle, le lieu fut successivement possédé par les maisons du Margaro, les Ferré de la Ville-es-Blancs, et les Goudelin.
  • A Milia une maison présente une élégante souche de cheminée rappelant son passé, les familles Bardoul et Le Borgne disposèrent du lieu du quinzième au dix septième siècle, à Quenna, propriété de la famille Ferron de la Sigonnière, une maison conserve au-dessus de sa porte un buste féminin du XVIe siècle. On observe aussi des bâtisses anciennes dans les villages de la Ville-Marie, Kerbras, Pengly, Pengave, l'Aulnes, la Touche Joubin, La Basse Crételle, Trouvra, le Grognet, la Fosselière, le Beaujosse, la Ville Peureux, la Douve, et aussi rue du Fournil ainsi que sur les arrières de la rue du Manoir aux abords de Badouard...
  • Gentilhommière des Aulnais, construite sous Louis-Philippe, possession de la famille Frélaut Ducours.
  • Ancien presbytère, construit également sous Louis Philippe, l'accès est orné d'un remarquable escalier en colimaçon, le parc abrite une cuve baptismale à pans coupés datant du XVIe siècle. Sur un cartouche se lit le nom du desservant alors en poste M. Robert et celui du maire de Sévignac M. Olivier Méheust :
  • REBATI EN 1836 PAR ME ROBERT RECTEUR ET MR MEHEUST MAIRE
  • Les premières mention d'un presbytère au bourg de Sévignac sont connues, dès la fin du XIIIe siècle, les chartes de Boquen parlent du fief dont disposait Roland de Dinan, entre l'église et le presbytère.
Église Saint-Pierre de Sévigna
  • Église Saint-Pierre, un édifice néo-gothique en forme de croix latine domine le bourg de Sévignac. La première pierre fut bénie le 19 avril 1874. Quelques un des vitraux de l'édifice actuel rendent hommage aux Poilus tombés durant la première guerre mondiale. Sur le parvis, une petite croix bicéphale datée par Jean Gourbil du XVIe siècle; présente sur une de ses faces un Christ en croix, et sur l'autre un pèlerin. Cette croix provient des environs de la Métairie des Aulnais et de la Bouillère. Un calvaire du XVe siècle, qui se tenait jadis devant l'ancienne église a été depuis transféré au cimetière Sainte-Catherine. Ce cimetière aménagé en 1868 conserve souvenir de la chapelle Sainte Catherine et de l'hôpital dédicacé à Saint Armel ; cette léproserie desservie par les moines de Boquen avait été fondée le 20 septembre 1416 Guillaume du Margaro seigneur du Margaro à Rouillac et sa femme Plossette de Bréhant. En 1667 il est encore mention de cette léproserie.
  • Le cimetière Sainte-Catherine. abrite en sa partie centrale un carré dans lequel on peut distinguer quelques tombes remarquables, il s'agit de celles des possesseurs de Limoëlan, la Ville-es-Blancs et la Béchardière,. Une tombe ancienne porte la date de 1840, elle fut transférée ici lors de la suppression de l'ancien cimetière saint-Eloy en 1868. Il s'agit de la tombe de Jean-Baptiste de Chappedelaine qui fut promu maire sous la Restauration ainsi que celle de son épouse Marie-Thérèse Picot de Limoëlan, sœur du chef chouan Joseph Picot de Limoëlan, auteur de l'attentat de la Machine Infernale. . Ailleurs se trouve les tombes de familles aisées : Lecorgne, Mallet, Oeillet-Duval, Frélaut-Ducours.
  • La mairie de Sévignac, de style moderne fut inaugurée en janvier 2004 ; au fond de la cour se dresse un bâtiment restauré avec gout, qui hébergea à partit de 1910 l'ancienne école saint-Yves destinée à l'instruction des jeunes filles.
  • Site de Rochereuil, est un lieu réputé pour ses affleurements rocheux, son étang et son moulin, mais aussi pour la kermesse qui s'y déroule chaque 15 août. Sur les arrières, on devine l'étang de Rochereuil et le bois des Touchelles.
  • Le moulin de Rochereuil, d'une superficie de 2,8 hectares, cet étang se situe en la partie Sud de Sévignac, il est bordé du bois des Touchelles, qui sert de limite naturelle avec la localité voisine de Rouillac. L'endroit est alimenté par la Rosaie, laquelle rivière prend  sa source au ruisseau du Glais en un lieu situé en dessous de Frilouze, puis cette rivière emprunte le nom de ruisseau de la Mare aux Pas. La Rosair est ensuite enjambée par le Pont-Fouchet, puis par le Pont des Maffrais et celui du Gué de Rouillac, enfin ellle passe sous le Pont-Rouxel avant de se jetter dans cet étang de Rochereuil. En contre-bas de la digue; une cascade alimente l'ancien moulin de Rochereuil reconverti en gîte, puis la rivière sillonne le charmant sous bois, fournissant au second moulin de la Ville-es-Brets, le nécessaire en eau qui servaitt jadis à l'entretien du second bief.
  • Jardin Botanique de la Ville-es-Brets, l'endroit planté de diverses essences, abrite des bassins, et communique avec le sous bois qui conduit au village de Rochereuil.-Les rabines de la Ville-es-Blancs, le chêne séculaire et le pin d'Autriche de Limoëlan.
  • -Le vivier de la Gresse. Situé à un quart de lieue à l’ouest de Limoëlan, une vieille gentilhommière enfouie dans les terres et sans grand caractère, la Grèsse, une simple ferme, l'endroit ainsi décrit au XVIIe siècle hébergeait le fermier général de Beaumanoir-Limoëlan ; le sieur Tirel de la Martinière. Le vivier de la Gresse proposait aux habitants, sous l'Ancien Régime, la possibilité de se ravitailler en poisson, les jours de jeûnes étant nombreux. Ce vivier toujours alimenté est témoin de ce temps lointain. D'autres viviers étaient visibles à Saint Trillac, proche le site de la Rivière Moussaye, à la Métairie des Aulnais et aussi à Brondineuf.
  • Les lavoirs de Milla, de Cachegrain et du Gaynid
  • Le four de la Ville-Maze à l'ombre d'un if séculaire.
  • Une trentaine de croix et de calvaires se dressent ici et là à travers la campagne, des Alleux, de la Ville-Peureux, des Champs Queneux, de la Douve, de la Brousserais et de Kerbras.
  • Les chapelles , jadis on voyait les chapelles de Saint-André XVIIe ; Quenna XVIIe ; Quihériac XVe avec son cimetière protestant hélas détruit lors du remembrement entrepris vers lz milieu des années 1970 ; Saint-Sébastien de Rouillac XIIe-XIXe ; Sainte-Catherine XV  ; Plessix-Gautron ; Saint-Trillac Toutes ces chapelles sont à présent disparues. Subsistent aujourd'hui celles de Limoëllan, dédicacée à Sainte Barbe elle date de la fin du XIXe siècle ; Saint-Cado XVe-XVIe et XVIIe siècle ; Saint-Gilles de Brondineuf XVIIe et la Ville-es-Blancs XVe.%

À la veille de la Révolution, plus de 10 prêtres assurent l’encadrement religieux. Sous le Premier empire, Sévignac comptait 3 000 habitants, dont la majorité d’agriculteurs.

Biographies :

-Mémoires de Charles Gouyon, baron de la Moussaye (1553-1587), publiés, d'après le manuscrit original, par G. Vallée et P. Parfouru.

-Le Poudouvre et le canton de Dinan-Est : Henri Frotier de La Messelière

-Vieilles Croix du Pays de Dinan : Jean Gourbil.

-Châteaux, manoirs et paysages ou Quinze promenades autour de Dinan : Mathurin Monier.

-Société d'Émulation des Côtes du Nord 1939, répertoire des églises et chapelles : René Couffon

-Sanctuaires Croix et fontaines Nouvelles promenades autour de Dinan: Mathurin Monnier-

-Mémoires de la Société archéologique et historique des Côtes du Nord  : Gaultier du Mottay

-Livre de comptes de 1756 de la seigneurie du Plessix-Gautron

-Bulletins et mémoires, Société d'émulation des Côtes-du-Nord, Saint-Brieuc· 1881 .


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri de Carné naquit à Limoëlan le 17 janvier 1835, puis devint maire de Sevignac, il succédant à son père pareillement prénommé Henri, élu conseiller général du canton de Broons, M. de Carné fut pour la première fois élu sénateur des Côtes du Nord le 10 octobre 1880, par 270 voix sur 487 votants. Le sénateur de Carné, propriétaire du domaine de la Ville-es-Blancs mourut le 23 janvier 1912

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue historique de l'Ouest - Volume 7 : Gaston Louis Michel Marie baron de Carné · 1890
  • Le Combat de trente Bretons contre trente Anglais - D'après les documents originaux des XIVe et XVe siècles : Pol Potier de Courcy
  • Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Livre premier, Les bretons. 14, FER-FRET : par René Kerviler,... ; (continué par l'abbé Chauffier) Kerviler, René (1842-1907).
  • Prosper Levot, Biographie bretonne : recueil de notices sur tous les Bretons qui se sont fait un nom soit par leurs vertus ou leurs crimes, soit dans les arts, dans les sciences, dans les lettres, dans la magistrature, dans la politique, dans la guerre, etc., depuis le commencement de l'ère chrétienne jusqu'à nos jours, Cauderan, (lire en ligne)
  • Histoire du pays de Dinan de 1789 à 1815 : Abbé Auguste Lemasson
  • Combat de Sidi-Brahim, 23, 24, 25 & 26 septembre 1845 :François Arthur Pernot ·
  • a Seconde Chouannerie Juin 1795-Juillet 1796, article publié dans la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord en 1933
  • Recueil des actes du Comité de salut public. France. Convention nationale. Comité de salut public : François-Alphonse Aulard · 1893
  • Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922): historien de l'Eglise, directeur de l'Ecole française de Rome : Brigitte Waché
  • Annales du Sénat et de la Chambre des députés. 1876 1880
  • Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne : Jean Ogée

Biographie :

-L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne

Moulins divers :

Moulins à eau de Rochereuil, du Pessix Gautron à présent désigné de la Ville-es-Brets ; de la Ville-Marie, de Saint-Cado ; de Badalin devenu Pirouette ; le Moulin Neuf à la Touche-Joubin ; du Bordage ; de Cachegrains ; du Glavet.

Les hameaux de Pomelin ( le toponyme Pomelin est issu du breton pont-melin qui désigne le pont du moulin) et de Permelin, (altération de Ker melin, qui désigne en breton le village du moulin).Dans ces deux cas, il s'agissait de moulins à vent. Un moulin à vent est également signalé dans la lande du Plessix Gautron au cours du XVIIIe siècle, un autre moulin, possédé par l'abbaye de Boquen est mentionné au bourg de Sévignac au Moyen Âge.

Biographie :

-Vieux moulins de Bretagne : Jean Gourbil

-Conférence sur l'abbaye de Boquen Le 27 octobre  2017 par Fadila Hamelin

La minoterie de la Chesnaie, conçue en moellons de schiste, cette minoterie compte deux étages carrés couverts d'un toit à croupes en ardoises. Elle fut aménagée au début du XXe siècle à l'entrée du bourg de Sévignac quand on prend la route conduisant à Broons, et était alors exploitée par la société Hergrot et Morin, formée en 1926. Les derniers exploitants connus étaient les deux frères Sicot encore en activité à la fin des années soixante

Biographie :

Minoterie de Sévignac, D.25 près de la Chesnais à Sévignac. L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le 5 mars 2021)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.