Noyal (Côtes-d'Armor)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Noyal
Noyal (Côtes-d'Armor)
Siège de la mairie de Noyal.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Lamballe
Intercommunalité Lamballe Terre et Mer
Maire
Mandat
Robert Rault
2014-2020
Code postal 22400
Code commune 22160
Démographie
Gentilé Noyalais, Noyalaise
Population
municipale
889 hab. (2016 en augmentation de 5,96 % par rapport à 2011)
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 54″ nord, 2° 29′ 09″ ouest
Altitude 76 m
Min. 52 m
Max. 95 m
Superficie 7,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Noyal

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Noyal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyal

Noyal [nwajal] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Noal et Ecclesia de Noeal en 1232, Parrochia de Noyal en 1290, Noial vers 1330, Noeal en 1435, Noueal en 1473, 1480 et en 1536, Noeal en 1510 et en 1586[1].

Noyal semble venir de *Novio (« neuf, nouveau ») et de *Ialo (« clairière, lieu défriché, essart » ) désignant une « terre nouvellement défrichée »[2] ou du gaulois noue (« source ») et du suffixe al (« prés de »).

Son nom en breton est Noal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 2008 Michel Lapie    
2008 en cours Robert Rault PS Formateur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 889 habitants[Note 1], en augmentation de 5,96 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
454471419468578545472520543
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
515508515520524507503497490
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
463448416400393415450402390
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
443463508616754770800838865
2016 - - - - - - - -
889--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives des Cotes d'Armor, 1E 104 et 147
  2. Guy Souillet, Annales de Bretagne, vol. 61, 1954, pages 349-371
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. «  D'abord « Roche-Tanguy », puis « château Le Denays », le château a pris le nom de Roche-Goyon au XIXe siècle. Il est construit en 1728 avec des réemplois d'une bâtisse du XVIe siècle. Quatre membres de la famille de Goyon, propriétaire du château, se distinguent au XIXe siècle :

    1. Augustin, comte de Goyon, est préfet des Côtes-du-Nord pendant la première Restauration.
    2. Charles, son fils, est nommé aide de camp de Napoléon III en 1853, puis devient président du conseil général en 1861 et sénateur en 1862.
    3. Son fils, Charles lui aussi, devient duc de Feltre par décret impérial en 1866, et est élu député des Côtes-du-Nord de 1876 à 1889. En 1892, il achète le Fort-la-Latte.
    4. Suit Auguste, élu président de la chambre d'agriculture des Côtes-du-Nord en 1924. »
    Source 
    « Château de La Roche-Goyon, Noyal », sur fr.topic-topos.com (consulté le 31 mai 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :