Penguily

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Penguily
Penguily
L'église Notre-Dame.
Blason de Penguily
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Lamballe Terre et Mer
Maire
Mandat
Karine Clément
2020-2026
Code postal 22510
Code commune 22165
Démographie
Gentilé Penguilais, Penguilaise
Population
municipale
607 hab. (2021 en diminution de 0,65 % par rapport à 2015)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 22″ nord, 2° 29′ 37″ ouest
Altitude Min. 80 m
Max. 159 m
Superficie 10,49 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Plénée-Jugon
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Penguily
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Penguily
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
Penguily
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
Penguily

Penguily [pɛ̃gili] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Finistère nord, caractérisée par une pluviométrie élevée, des températures douces en hiver (°C), fraîches en été et des vents forts[2]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Intérieur », exposée à un climat médian, à dominante océanique[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 11,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 800 mm, avec 13 jours de précipitations en janvier et 6,8 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Quintenic à 17 km à vol d'oiseau[4], est de 11,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 769,8 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Penguily est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66,5 %), zones agricoles hétérogènes (18,2 %), forêts (8 %), prairies (7,2 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Penguilly Aile des Hays au XVIIIe siècle[14], Penguili en 1273, Lele des Hays en 1424, Lele des Haes en 1426, Penguilly Aile des Hays en 1719[15], Aile des Hayes Pinguily le , Penguily le [14].

Penguily est d'origine bretonne, Pen signifiant Tête ou début, orée et Guilly de Goleu signifiant Lumière[14] ou de Killi signifiant bosquet.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La chapelle saint Théodule de L'Aile des Haies, trève de Landéhen, trop vétuste, laissa place le à l'église succursale Notre-Dame de Penguily bâtie et munie de tout le mobilier nécessaire au service divin, par Luc Le Bel de la Chevalleraye, seigneur du manoir de Penguilly sur les terres de ce même manoir. À la condition qu'au nom de l'Aile des Haies s'ajoute celui de Penguily[16].
  • Cette trêve était enclavée dans l'évêché de Saint-Brieuc, faisait partie du doyenné de Coëtmieux relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de saint Théodule.
  • 1790 : érigée en commune.
  • 1793 : rattachée au spirituel à la paroisse de Saint-Glen.
  • reprit le nom de L'Aile des Haies.
  • 1802 : son nom fut définitivement fixé en Penguily.
  • 1847 : érigée en paroisse.
  • 1856 : s'est accrue d'une section de Plénée-Jugon comprenant les villages de La Cantonnière, de La Ville-Bernier, Les Breuils, La Bretannière, La Ville-Pierre et Le Bel-Orient.
  •  : réunie à la commune de Saint-Glen, pour former Saint-Glen-Penguily.
  •  : redevenue commune autonome.
Les guerres du XXe siècle

Le monument aux Morts porte les noms de 29 soldats morts pour la Patrie[17] :

  • 21 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 8 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent aux trois fleurs de lys de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2008 Roger Lucas   Retraité
2008 2018 Alain Galliot DVD Retraité
8 juin 2018 25 mai 2020 Claudie Soulabail[18]    
25 mai 2020 En cours Karine Clément[19]   Agent de maîtrise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2021, la commune comptait 607 habitants[Note 2], en diminution de 0,65 % par rapport à 2015 (Côtes-d'Armor : +1,26 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
360353320369405428375401385
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
411588582606612608617618606
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
554569561505509487445421432
1962 1968 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2020
426371363422518528613611606
2021 - - - - - - - -
607--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame.
  • Château de la Sauldraye (son domaine est à cheval sur les communes de Penguily et de Saint-Glen).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Penguily et Quintenic », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Quintenic » (commune de Quintenic) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Quintenic » (commune de Quintenic) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a b et c infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Penguily ».
  15. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  16. « La seigneurie de Penguily », sur blog.com, poudouvre, (consulté le ).
  17. « MémorialGenWeb Relevé », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  18. Jacques Le Bruno, « Claudie Soulabail, nouveau maire de Penguily », Le Penthièvre,‎ (lire en ligne).
  19. « Penguily. Karine Clément endosse l’écharpe de maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :