Ichtratzheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ichtratzheim
Ichtratzheim
La mairie.
Blason de Ichtratzheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Intercommunalité Communauté de communes du Canton d'Erstein
Maire
Mandat
Grégory Gilgenmann
2020-2026
Code postal 67640
Code commune 67217
Démographie
Gentilé Ichtratzheimois, Ichtrtatzheimois [1]
Population
municipale
345 hab. (2018 en augmentation de 26,37 % par rapport à 2013)
Densité 112 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 40″ nord, 7° 40′ 44″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 151 m
Superficie 3,09 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Erstein
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Ichtratzheim
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Ichtratzheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ichtratzheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ichtratzheim

Ichtratzheim est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ichtratzheim se situe à 15 km au sud de Strasbourg et à 8 km au nord d'Erstein, sur les rives de la Petite Ill  et de la «Scheer, en bordure du bois du Niederwald.

Communes limitrophes d’Ichtratzheim
Lipsheim [ Fegersheim
Hindisheim Ichtratzheim Eschau
Limersheim Hipsheim

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ichtratzheim est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (61,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,9 %), forêts (29,4 %), zones urbanisées (8,6 %), zones agricoles hétérogènes (1,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Présence d'un habitat de l'âge de bronze sur la commune (1000 à 900 ans av. J.-C.). Une dizaine de structures d’habitation, à savoir des fosses, un silo et deux fours à pierres chauffantes ont été découverts par les archéologues lors de fouilles dans un lotissement en 2011.
  • Attestation de la présence de cultures sur la commune lors de la période romaine aux Ier et IIe siècles apr. J.-C.
  • Présence d'une nécropole médiévale sur une période allant du VIIe au XIIe siècle. Cette dernière se compose d’une cinquantaine de tombes superposées, ce qui est exceptionnel et qui s’explique peut-être par la présence d’un édifice de culte à proximité. Les sépultures sont orientées est-ouest, les têtes étant dirigées vers l’ouest, comme le voulait la tradition de la fin du IVe siècle au début du Ve siècle. Toutes les tombes correspondent à des quadrilatères. La nécropole devait être délimitée par quelque chose qui n’a pas laissé de traces. Elle a dû être abandonnée au Xe siècle, moment où les paroisses apparaissent et où les tombes sont installées autour des églises.
Cuillère en argent portant le nom de sa propriétaire Ibuda.
C'est dans cette nécropole qu'a été découverte Ibuda, une riche aristocrate mérovingienne.
Il s'agit de la première sépulture de femme issue de l’élite mérovingienne dont on connaît le prénom mis au jour en Alsace. C'est aussi l’une des tombes les plus riches, voire la plus riche, connues actuellement dans cette région. La défunte portait un bracelet en argent, une bague en or ornée de deux feuilles centrales d’une valeur remarquable, qui confirme son appartenance à l’aristocratie mérovingienne, un anneau et une boucle de fer, une paire de fibules, un collier de perles, une ceinture à boucle, un peigne en mauvais état, une boule en cristal de roche sertie de bandelettes d’argent qui devait être suspendue à l’extrémité d’une cordelette attachée à une ceinture.
Autre trésor inestimable, une cuillère en argent qui a dû être fabriquée dans l’espace byzantin. Il en existe peu en France. Sur sa tige, précédé d’une croix grecque, figure en inscription latine le nom de Matthieu, un des quatre évangélistes. Les deux faces du curon (partie où sont déposés les aliments) ont été gravées de deux inscriptions runiques, une écriture très ancienne originaire de Scandinavie. Sur la face interne se trouve le terme de lapela, qui signifie cuillère. Fait exceptionnel, sur le revers, on trouve le prénom de la femme, Ibuda, à qui appartenait cet objet. Comme les autres défunts du site, elle a été inhumée dans un coffrage de bois.
Des offrandes alimentaires, un porcelet entier, une cuisse de porc, des côtes de castors, deux poulets, un brochet, étaient également disposées de l’autre côté de sa tombe. Un sceau de bois et un bassin en bronze s’y trouvaient aussi. La sépulture d’Ibuda devait certainement être surmontée d’un petit édifice, appelé une memoria, dont on a retrouvé les fondations. Il permettait à la famille d’entretenir la mémoire de la défunte. C’est la première découverte de ce type en Alsace.
  • L'origine du nom d'Ichtratzheim provient d'une déformation de l'antroponyme germanique « Ic-Strad » (nom d'homme) et de l'allemand « Heim » (foyer).
  • Village acheté au XIVe siècle par les évêques de Strasbourg aux landgraves d'Alsace.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Ichtratzheim

Les armes d'Ichtratzheim se blasonnent ainsi :
« D'azur aux trois aigles d'argent, becquées et membrées d'or. »[9].

Le blason du village reprend les armes de la famille Albertini.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Albertine Nuss[10] UMP  
2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Grégory Gilgenmann [11]
Réélu pour le mandat 2020-2026
   
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2018, la commune comptait 345 habitants[Note 3], en augmentation de 26,37 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
170159177182239247224233210
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
221203217221239255252245222
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
206225207176178187179192210
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
221206286295280282292293270
2017 2018 - - - - - - -
327345-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population légale pour 2007 : 293.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison du XVIIIe siècle sur l'emplacement du château du XVIIe siècle, dont il reste la grange dîmière (portes et fenêtres Renaissance).
  • Église Saint-Gall de 1835 et orgue de Stiehr de 1837.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/bas-rhin-67
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Strasbourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  10. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :