Gustave Bloch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gustave Bloch
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Maître
Distinctions

Gustave Bloch, né à Fegersheim (Bas-Rhin) le et mort à Bourron-Marlotte (Seine-et-Marne) le , est un historien français et professeur d'université en histoire ancienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Alsace, il opte pour la France à l'issue de la guerre franco-allemande de 1870. Il est reçu à l'École normale supérieure en 1868[1] et réussit premier à l’agrégation de lettres en 1872[2]. Il devient membre de l'École française de Rome en 1873 puis il est élève de l'École française d'Athènes en 1874. En 1883, il soutient à l'université de Paris une thèse intitulée Les origines du Sénat romain : recherches sur la formation et la dissolution du sénat patricien[3].

Professeur d'antiquités grecques et latines à la faculté des lettres de Lyon à partir de 1884[a], il est également chargé des fonctions de maître de conférences d'histoire à l'École normale supérieure à partir de 1888[5]. A partir de 1904, il est professeur d'histoire romaine à la Faculté des lettres de Paris[6].

Il rédige l'un des tomes de l'Histoire de France depuis les origines jusqu'à la Révolution d'Ernest Lavisse, intitulé Les Origines ; La Gaule indépendante et la Gaule romaine, et publié en 1900.

Famille[modifier | modifier le code]

Gustave Bloch est le père de l'historien médiéviste Marc Bloch, co-fondateur avec Lucien Febvre de l'École des Annales.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (Thèse) Les origines du Sénat romain, E. Thorin, 1883.
  • Les origines, la Gaule indépendante et la Gaule romaine, tome 1-2 de l’Histoire de France des origines à la Révolution d'Ernest Lavisse, Hachette, 1900, 455 p. Prix Thérouanne en 1901
  • La République romaine. Les conflits politiques et sociaux, Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique, 1913 [1].
  • L'Empire romain. Évolution et décadence, Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique, 1922, 313 p. [2]

Distinction[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur[5]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est soutenu par son ancien professeur Joseph-Émile Belot, ainsi que par Charles Bayet et Léon Clédat[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire de l'école.
  2. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1950 », sur Ressources numériques en histoire de l'éducation (consulté le 19 juin 2014).
  3. Thèse de lettres (1883), notice Sudoc consultée en ligne le 4 juillet 2015.
  4. Carole Fink, MARC BLOCH : Une vie au service de l'histoire, Presses universitaires de Lyon, , 306 p. (ISBN 978-2729705862), p. 14.
  5. a et b « Cote 19800035/200/26191 », base Léonore, ministère français de la Culture
  6. Christophe Charle, « 10. Bloch (Gustave) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 29–30 (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]