Énergie grise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’énergie grise est la quantité d'énergie nécessaire au cycle de vie d'un matériau ou d'un produit : la production, l'extraction, la transformation, la fabrication, le transport, la mise en œuvre, l'utilisation, l'entretien puis pour finir le recyclage. Chacune de ces étapes nécessite de l'énergie, qu'elle soit humaine, animale, électrique, thermique ou autre. En cumulant l'ensemble des énergies consommées sur l'ensemble du cycle de vie, on peut prendre la mesure du besoin énergétique d'un matériau ou d'un produit. Cette connaissance peut guider ou renseigner les choix notamment en vue de réduire l'impact environnemental.

Dans la filière du bâtiment, la recherche d'économies d'énergie permet d'atteindre depuis les années 2000 le stade du « Bâtiment passif » c'est-à-dire sans chauffage central, ou encore du « Bâtiment Basse Consommation ». Leur performance énergétique a atteint un tel niveau qu'il n'y a pratiquement plus besoin d'énergie pour les chauffer ou les éclairer. Les enjeux se sont maintenant déplacés sur l'énergie grise : il y a beaucoup d'énergie grise incorporée dans les matériaux et dans la construction du bâtiment. Elle représente de 25 à 50 ans de consommation dudit bâtiment.

La connaissance de l'énergie grise incorporée dans un bâtiment permet d'apprécier la pression que sa construction exerce sur les ressources naturelles.

En théorie, un bilan d'énergie grise additionne l'énergie dépensée lors :

  • de la conception du produit ou du service ;
  • de l'exploitation de la ressource ou de la matière première ;
  • de l'extraction et du transport des matières premières ;
  • de la transformation des matières premières et la fabrication du produit ou du service ;
  • de la commercialisation ;
  • de l'usage ou la mise en œuvre du produit ou lors de la fourniture du service ;
  • de l'entretien, des réparations, des démontages du produit dans son cycle de vie ;
  • du recyclage du produit en fin de vie.

L'énergie incorporée désigne généralement l'énergie nécessaire à la fabrication du matériau (mais non à sa mise en œuvre ou fin de vie).

Énergie grise appliquée au bâtiment[modifier | modifier le code]

Exemples de bilan d'énergie grise[modifier | modifier le code]

Les métaux et les matières synthétiques incorporent beaucoup d'énergie grise. Les produits qui viennent de loin également. Les matériaux les moins transformés et consommés proches de leur lieu de production contiennent peu d'énergie grise.

Dans le bâtiment, pour minimiser l'énergie grise, on recherche autour du lieu de la construction les matériaux végétaux (chanvre, bois, paille, lin, liège), animaux (laines de mouton, plumes de canard) ou minéraux (terre crue, pierres, galets).

Les matériaux suivants ont été classés dans l’ordre du moins gourmand au plus gourmand en énergie grise :

Attention cependant à ne pas confondre le volume du matériaux et l'utilisation qu'on en fait, la performance de ce matériaux. Par exemple si 1 mètre cube de bois a une énergie grise inférieure à 1 MWh alors qu'un mètre cube d'acier représente plus de 50 MWh, les utilisations et performances de ces matériaux sont difficilement comparables.

Exprimée en kWh/m3[modifier | modifier le code]

Source: ecoconso.be en mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Énergie grise des métaux[modifier | modifier le code]

Énergie grise des canalisations[modifier | modifier le code]

  • tuyau en grès: 3 200 kWh/m3 ;
  • tuyau fibrociment: 4 000 kWh/m3 ;
  • tuyau PVC: 27 000 kWh/m3 ;
  • tuyau d’acier: 60 000 kWh/m3 ;

Énergie grise des murs porteurs[modifier | modifier le code]

  • béton poreux (cellulaire): 200 kWh/m3 ;
  • brique silico-calcaire creuse: 350 kWh/m3 ;
  • brique terre cuite (nid d’abeilles): 450 kWh/m3 ;
  • béton: 500 kWh/m3 ;
  • brique silico-calcaire de parement: 500 kWh/m3 ;
  • brique terre cuite perforée: 700 kWh/m3 ;
  • brique ciment: 700 kWh/m3 ;
  • brique terre cuite pleine: 1 200 kWh/m3 ;
  • béton armé: 1 850 kWh/m3 ;

Énergie grise des enduits[modifier | modifier le code]

  • enduit argile ou terre crue: 30 kWh/m3 ;
  • enduit à la chaux: 450 kWh/m3 ;
  • enduit plâtre: 750 kWh/m3 ;
  • enduit ciment: 1 100 kWh/m3 ;
  • enduit synthétique: 3 300 kWh/m3 ;

Énergie grise de la charpente[modifier | modifier le code]

Énergie grise des cloisons légères[modifier | modifier le code]

Énergie grise de l’isolation thermique[modifier | modifier le code]

Énergie grise de la couverture[modifier | modifier le code]

Énergie grise d'une auto[modifier | modifier le code]

Cycle de vie d'une automobile En théorie, l'énergie grise rend compte de l'énergie mobilisée pour extraire, dans les mines, les matériaux qui servent à la fabrication des voitures, pour fabriquer les véhicules eux-mêmes, pour les transporter, assurer leur maintenance, pour transformer et transporter l'énergie (essentiellement essence et gazole), et in fine, pour recycler ces véhicules. En toute logique, il faudrait aussi tenir compte de l'énergie nécessaire à la construction et à la maintenance du réseau routier. Le processus à mettre en œuvre est tellement complexe que nul ne se hasarde à avancer un chiffre.

Énergie grise d'une auto, proprement dite[modifier | modifier le code]

Dans ces conditions, nous ne disposons que de chiffres qui reposent sur une base incomplète, et qui sont vraisemblablement sous-estimés. Dans le cas d'une Golf A3 à essence de Volkswagen, on peut estimer l'énergie grise à 18 000 kWh (c'est-à-dire 12 % des 545 GJ indiqués dans le rapport[1]). Dans le cas d'une Golf A4 (à moteur TDI), on obtient 22 000 kWh (soit 15 % des 545 GJ indiqués dans le rapport[1]). Selon Global Chance, dans le cas des véhicules électriques, l'énergie grise due à la batterie serait tout particulièrement élevée[2]. Une étude récente de l'ADEME [3] montre que l'énergie grise d'un véhicule thermique s’élèverait à 20 800 kWh tandis que celle d'un véhicule électrique serait de 34 700 kWh.

Énergie grise énergétique[modifier | modifier le code]

Pour la partie énergétique, l'EROEI du carburant est de nos jours de l'ordre de 8 (voir EROEI#Taux de Retour Énergétique des principales sources d'énergie). Cela signifie que l'énergie grise vaut environ 1/7 de l'énergie consommée. En d'autre termes, il faut ajouter 14% à la consommation d'un véhicule thermique, rien que pour l'énergie grise énergétique.

Énergie grise liée à la construction routière[modifier | modifier le code]

Les chiffres sont encore beaucoup difficiles à obtenir. L'énergie grise ne représenterait que 1 / 18 de l'énergie consommée par le véhicule [4], soit une consommation à majorer de 6 %.

Énergie grise au global[modifier | modifier le code]

Le calculateur de l'ADEME indique la consommation, au sens classique, des différents moyens de transport, en autres des autos. Si on tient compte d'une valeur moyenne d'énergie grise à la construction de 20 000 kWh, rapportée à une distance totale parcourue de 200 000 km par véhicule, il faut ajouter un litre d'essence pour 100 km aux chiffres classiques fournis par l'outil de l'ADEME.

Si, de plus, on tient compte d'une consommation de 6,4 l/ 100 km et qu'on y ajoute 14 % pour la production de carburant, et 6 % pour la construction routière, la consommation supplémentaire est de 1,3 l / 100 km. Au global, avec ces hypothèses, l'énergie grise d'un véhicule thermique s'élèverait à 2,3 l/ 100 km.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) Données sur l'énergie et les matériaux nécessaires à la fabrication d'une voiture Volkswagen Rapport environnemental 2001/2002 (en allemand) voir page 27
  2. Véhicule électrique site web Global Chance.
  3. Analyse du cycle de vie site web www.ademe.fr voir page 9
  4. (en) Énergie grise liée à la construction routière site web www.pavementinteractive.org

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Prospective et entreprise, Quelle place pour l’énergie dans la compétitivité industrielle ? Usages, énergie grise, efficacité énergétique. Mathieu Bordigoni et Marc Berthou. Chambre de commerce et d'industrie de Paris, 3 Avril 2014
  • moodlearchive.epfl.ch/2007-2008/file.php/721/EnerbatIntro07.pdf Énergétique du Bâtiment, Nicolas Morel (Laboratoire d'Energie Solaire et de Physique du Bâtiment (LESO-PB), ENAC), Edgard Gnansounou (Laboratoire des systèmes énergétiques (LASEN), ENAC)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]