Biomasse (énergie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Biomasse (écologie)
Unité de valorisation énergétique de la biomasse (Allemagne).
En Suède, pays froid, peu peuplé et très boisé, la biomasse est devenue la première source de chaleur urbaine (Source : Agence suédoise de l'énergie).

Dans le domaine de l'énergie, et plus particulièrement des bioénergies, la biomasse énergie est la partie de la biomasse utilisée ou utilisable comme source d'énergie ; soit directement par combustion (ex : bois énergie), soit indirectement après méthanisation (biogaz ou sa version épurée : biométhane) ou d'autres transformations chimiques (biocarburants, aussi appelés « agrocarburants »). La biomasse peut être toute matière organique d'origine végétale (microalgues incluses), animale, bactérienne ou fongique (champignons).

Cette énergie intéresse à nouveau les pays riches confrontés au changement climatique et à la perspective d'une crise des ressources en hydrocarbures fossiles ou uranium. Elle répond à des enjeux et objectifs de développement durable et potentiellement d'économie circulaire ; substituer la biomasse aux énergies fossiles contribue en effet à réduire (pour ce qui est du bilan global) les émissions de gaz à effet de serre, voire à restaurer certains puits de carbone (semi-naturels dans le cas des boisements et haies exploités). En 2014 selon l'AIE la biomasse pouvait fournir 90,2 GW d'énergie (10 % environ de l'énergie primaire consommée dans le monde) et elle fournissait 370 TWh d'électricité (en 2012, soit environ 1,5 % de toute l'électricité) et 4 % environ des carburants routiers[1].

Des filières industrielles nouvelles se développent rapidement (agrocarburants, granulés de bois, méthanisation industrielle), générant des tensions sur certaines ressources, avec de nouveaux risques de surexploitation de la ressource et/ou de substitution de cultures vivrières par des cultures énergétiques. En France une stratégie nationale de mobilisation de la biomasse vise à augmenter la quantité de biomasse collectée, en générant le moins d'effets collatéraux négatifs possibles sur la biodiversité, les paysages et d'autres filières dépendantes de la même ressource.

Trois modes de valorisations de la biomasse peuvent coexister : thermique, chimique et biochimique.

Définition en Europe et en France[modifier | modifier le code]

En Europe, une directive de 2001 définit la biomasse comme « la fraction biodégradable des produits, déchets et résidus provenant de l'agriculture (comprenant les substances végétales et animales), de la sylviculture et des industries connexes, ainsi que la fraction biodégradable de s déchets industriels et municipaux (...) la définition de la biomasse utilisée dans la présente directive ne préjuge pas de l'usage d'une définition différente dans les législations nationales, à des fins autres que celles fixées par la présente directive »[2].

En 2009, il s'agit de « la fraction biodégradable des produits, des déchets et des résidus d'origine biologique provenant de l'agriculture (y compris les substances végétales et animales), de la sylviculture et des industries connexes, y compris la pêche et l'aquaculture, ainsi que la fraction biodégradable des déchets industriels et municipaux ».

En 2010, cette définition est précisée par une autre directive[3] qui dit que cette biomasse comprend « les produits composés d'une matière végétale agricole ou forestière susceptible d'être employée comme combustible en vue d'utiliser son contenu énergétique ; les déchets ci-après : déchets végétaux agricoles et forestiers ; déchets végétaux provenant du secteur industriel de la transformation alimentaire, si la chaleur produite est valorisée ; déchets végétaux fibreux issus de la production de pâte vierge et de la production de papier à partir de pâte, s'ils sont co-incinérés sur le lieu de production et si la chaleur produite est valorisée ; déchets de liège ; déchets de bois, à l'exception des déchets de bois qui sont susceptibles de contenir des composés organiques halogénés ou des métaux lourds à la suite d'un traitement avec des conservateurs du bois ou du placement d'un revêtement, y compris notamment les déchets de bois de ce type provenant de déchets de construction ou de démolition ».

En droit français la biomasse énergie est définie comme « la fraction biodégradable des produits, déchets et résidus provenant de l'agriculture, y compris les substances végétales et animales issues de la terre et de la mer, de la sylviculture et des industries connexes, ainsi que la fraction biodégradable des déchets industriels et ménagers »[4].

Une définition (sans valeur officielle) donnée en 2013 par un rapport parlementaire (Assemblée nationale) sur la biomasse au service du développement durable était « toutes les matières organiques qui peuvent dégager de l'énergie par combustion directe ou suite à une étape de transformation. La biomasse représente donc aussi bien la fraction biodégradable des déchets industriels ou agricoles que le bois issu directement de la forêt »[5]

Typologies[modifier | modifier le code]

Culture expérimentale de sorgho sucré [Sorghum bicolor (L.) Moench]) au Royaume Uni pour le "Réseau européen Sorgho" et l'université de Rochester. Adaptée au stress hydrique et riche en sucre, il a un potentiel pour le bioraffinage (bioéthanol...)[6],[7]). Les impacts de sa culture sur les sols et l'eau sont étudiés (dans diverses conditions) en Europe (du sud principalement).

La source de biomasse peut être la nature sauvage et/ou cultivée (agrocarburants, agrocombustibles[8]). Sa production et combustion ont des coûts environnementaux, mais son utilisation pour produire chaleur et électricité a l'avantage de créer ou entretenir des emplois locaux et pérennes, de l’amont (approvisionnement) à l'aval de la filière (exploitation énergétique), de ne pas être intermittente et de sécuriser le réseau électrique (selon la Programmation pluriannuelle de l'énergie[9]. Elle repose sur plusieurs scénarios de besoins énergétiques, et pour la 2de période « fixera des objectifs comprenant des options haute et basse, pour tenir compte des incertitudes »[9]), et à condition de disposer de stocks suffisants, car sa production est souvent très saisonnière et dépendantes de contraintes météorologiques).

Turbine à vapeur à biomasse de 5 MW de puissance électrique. Entreprise Blohm & Voss, Allemagne

Filières de production[modifier | modifier le code]

Les principales filières sont forêt-bois, agricoles, déchets, pêche, algues et aquaculture, pour certaines encouragées par diverses collectivités.

État des lieux[modifier | modifier le code]

Dans le monde[modifier | modifier le code]

La biomasse énergie est utilisée depuis la préhistoire (maîtrise du feu). Elle reste la première énergie renouvelable utilisée dans le monde, pour le chauffage et la cuisson des plats de cuisine, mais essentiellement dans les pays peu industrialisés[10].

Dans les statistiques 2014 de l'Agence internationale de l'énergie, la consommation mondiale de « biomasse et déchets » représente 1 413 Mtep (millions de tonnes d'équivalent pétrole), soit 10,3 % de la consommation mondiale d'énergie primaire. Sur ce total, 6,7 % sont utilisés pour la production d'électricité, 4,1 % pour les chaufferies du chauffage urbain et 81,5 % pour la consommation finale directe, dont 60 % par le secteur résidentiel (chauffage individuel, cuisine) et 13,7 % par l'industrie[11].

Avec 15,6 % du total mondial, les États-Unis sont en 2014 le premier producteur d'électricité à partir de la biomasse, devant le Brésil (11,5 %), la Chine (11,1 %) et l'Allemagne (10,9 %). La part de la biomasse dans la production d'électricité reste modeste : 7,8 % au Brésil, 6,9 % en Allemagne, 5,8 % en Italie, 1,4 % aux États-Unis, 0,8 % en Chine[11].

Production d'électricité à partir de biomasse (TWh)
Pays 2010 2011 2012 2013 2014 % 2014
Drapeau des États-Unis États-Unis 52,4 53,7 55,5 58,5 62,4 15,6 %
Drapeau du Brésil Brésil 31,5 32,2 35,2 40,4 46,0 11,5 %
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 24,8 27,5 30,0 37,0 44,4 11,1 %
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 29,6 32,8 39,7 41,2 43,3 10,9 %
Drapeau du Japon Japon 25,5 25,7 26,8 28,2 28,9 7,2 %
Drapeau de l'Inde Inde 13,9 16,6 19,3 21,8 23,9 6,0 %
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 10,7 12,2 14,1 17,7 21,9 5,5 %
Drapeau de l'Italie Italie 7,4 8,6 10,3 14,9 16,4 4,1 %
Monde 286,2 305,2 333,7 366,9 399,3 100 %
source : Agence internationale de l'énergie[11]

En Europe[modifier | modifier le code]

Avec 60 % en 2013, c'est la première source d'énergie renouvelable, devant l'énergie hydraulique (17 %)[12].

En France[modifier | modifier le code]

Au sein du secteur en développement des énergies renouvelables, en France entre 2005 et 2013, la biomasse énergie est le secteur qui a grandi le plus vite. Il est encore encouragé par la PPE et par un projet de stratégie nationale de mobilisation de la biomasse[13].

Dans les années 2000-2010, la biomasse reste la première source d'énergie renouvelable (54,2 % en 2014), devant l'énergie hydraulique (24,3 %)[14] et elle compte parmi les secteurs en plein développement (cf. schéma ci-contre), au risque de voir apparaître des tensions sur la ressource).

En 2009 (hors biocarburants et combustion de déchets urbains) elle a fourni environ 9,6 Mtep, essentiellement via le bois énergie (9,1 Mtep en bois énergie dont 6,6 Mtep en bois « domestique »), le biogaz ne comptant que pour 0,5 Mtep environ.

Pour mieux organiser cette filière biomasse-énergie et limiter les risques de surexploitation ou de détournement de ressource, en application de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 une stratégie nationale de mobilisation de la biomasse a été lancée en 2016-2017, qui doit être déclinée dans chaque région, avec l'État, par un Schéma régional biomasse (SRB)[15], pour notamment contribuer à porter à 32 % la part des énergies renouvelables et de récupération dans la consommation d'énergie finale.

Limites et conditions de durabilité[modifier | modifier le code]

L'énergie issue de la biomasse n'est renouvelable et durable qu'à certaines conditions :

À ces conditions elle présente divers avantages sur le plan du développement local (ex : emplois non délocalisables pour les usages en filières locales, valorisation locale de déchets, etc.). Mais elle peut aussi être polluante (CO, fumées, goudrons) si mal utilisée ou si la biomasse utilisée est polluée par des métaux lourds, métalloïdes toxiques, radionucléidesetc. (sachant que les ressources fossiles, en particulier profondes, sont également naturellement contaminées par des métaux (mercure notamment[16]) et radionucléides, souvent plus que le bois). La biomasse énergie est notamment la première source de pollution de l'air par les particules fines en France.

Comme dans le cas des ressources fossiles, il s'agit d'une forme de stockage de l'énergie solaire par l'intermédiaire du carbone, provenant originellement du CO2 capté par les plantes ou le phytoplancton. En brûlant, elle libère ce CO2, comme le charbon, le gaz ou le pétrole, mais ce carbone a récemment été extrait de l'atmosphère via la photosynthèse et peut être à nouveau capté par les plantes, alors que ce processus a eu lieu il y a des millions d'années pour les ressources fossiles et que les plantes et algues marines ne suffisent plus à absorber le carbone issu des hydrocarbures fossiles.

Dans l'absolu, le bilan quantitatif CO2 d'une installation est nul quand toute l'énergie qu'il a fallu dépenser pour extraire du combustible de la biomasse provient elle aussi de la biomasse. En régime industriel établi, il est possible d'utiliser de la biomasse pour le fonctionnement de l'installation, en veillant à ne pas libérer d'autres gaz à effet de serre, comme le méthane (CH4) notamment qui a un pouvoir réchauffant environ 21 fois plus important que le CO2 à court terme, mais qui disparait plus vite que celui-ci. Une fuite sérieuse dans une installation de méthanisation rendrait son bilan GES très négatif.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est par le feu que l'Homme a d'abord utilisé de l'énergie de la biomasse, pour cuire et se chauffer ou s'éclairer (torche, lampe à huile) depuis plusieurs dizaines de milliers d'années.

Depuis le XVIIIe siècle, des machines à vapeur et des aérostats sont alimentés par du bois. À la fin du XIXe siècle, Rudolf Diesel, ingénieur thermicien, conçoit un moteur fonctionnant à l'huile végétale (et non au fioul) pour remplacer la machine à vapeur.

De récentes crises ont relancé l'intérêt pour la biomasse ; des gazogènes gazéifiant du bois ont équipé de nombreux véhicules quand le pétrole a manqué durant les deux guerres mondiales. Les deux dernières grandes crises pétrolières ont relancé l'usage du bois de chauffage, voire de la tourbe (en Irlande par exemple) ; Depuis le sommet de la terre de Rio, l'objectif de développement durable, puis avec Kyoto celui de lutter contre le changement climatique entretiennent ou renouvellent cet intérêt. En 2015, selon la FAO, 53 % du bois coupé dans le monde l'était pour le chauffage et la cuisson. De manière plus détaillée, ce taux était de 8 % en Amérique du Nord, 21 % en Europe, 53 % en Amérique du Sud, 77 % en Asie et 90 % en Afrique.

Prospective : l'INRA a annoncé en octobre 2014 avoir mis au point et breveté une « voie sèche » de préparation par fractionnement de la biomasse ligno-cellulosique de type paille de blé et paille de riz[17]. La matière est finement broyée puis un tri électrostatique la prépare pour la rendre plus accessible aux enzymes ou pour la valoriser en sous forme de lignine-hémicelluloses et/ou de minéraux. La méthode est applicable au bois/ligneux et aux sous-produits agricoles, aux cultures ligno-cellulosiques dédiée, qui pourrait servir à produire des agrocarburants, des molécules et matériaux biosourcés. Cette invention a été présentée dans deux revues scientifiques et techniques (Biotechnology for Biofuels et Green Chemistry)[17]. Cette méthode pourrait réduire les prétraitements chimiques polluants, consommateurs d'eau et générateurs d'effluents[17]. L'exportation de ces pailles prive cependant le sol agricole d'une protection naturelle et d'une source de carbone.

Constituants et mode de valorisation de la biomasse[modifier | modifier le code]

On en distingue trois principaux, auxquels correspondent des procédés de valorisation spécifiques :

Biomasse lignocellulosique[modifier | modifier le code]

La biomasse lignocellulosique, cellulose et lignine, est constituée par :

La valorisation se fait plutôt par des procédés par voie sèche, dits conversions thermochimiques.

Biomasse à glucide[modifier | modifier le code]

La biomasse à glucide, riche en substance glucidique facilement hydrolysable :

La valorisation se fait plutôt par fermentation ou par distillation dits conversions biologiques.

Biomasse oléagineuse[modifier | modifier le code]

La biomasse oléagineuse, riche en lipides :

Elle peut être utilisée comme carburant. Il y a deux familles de biocarburants : les esters d'huiles végétales (colza), et l'éthanol, produit à partir de blé et de betterave, incorporable dans le super sans plomb sous forme d'Ethyl Tertio Butyl Ether (ETBE, voir bioéthanol).

Valorisation de la biomasse[modifier | modifier le code]

Sous forme de chaleur : les bioénergies[modifier | modifier le code]

Cas du bois

Bois sous forme de bûches pour chauffage. Le bois énergie est un type de bioénergie utilisant la biomasse.
Article détaillé : Bois énergie.

L'énergie chimique du bois est libérée par combustion sous forme de chaleur utilisée pour le chauffage ou pour produire de l'électricité. Le bois de chauffage est utilisé à large échelle. La pyrolyse et la gazéification sont plus rares. Les usines de pâte à papier fournissent une matière première pouvant produire en cogénération simultanément chaleur et électricité.

D'autres bioénergies découlent directement des déchets organiques, avec par exemple des déchets utilisés en cimenteries comme combustibles solides de substitution (CSS) pour économiser le pétrole.

Menaces et inconvénients 
  • Les coûts et impacts du transport pour amener le bois là où la ressource manque,
  • Les risques de surexploitation et déforestation induites ou d'accaparement des terres pour y délocaliser une production de biocarburant pour les pays riches[18] (en Afrique, en 2010, 4,5 millions d’hectares de terres, l'équivalente du Danemark étaient en cours d'acquisition par des investisseurs étrangers pour y cultiver des agrocarburants, au détriment des cultures vivrières locales ou de la forêt[19].
  • Les problèmes de pollution atmosphérique induits par la combustion mal maîtrisée du bois, combustible solide (concerne notamment les anciens systèmes de chauffage non automatiques, particulièrement en zone d'habitat rapproché). L'utilisation de bois ou de charbon de bois dans des foyers mal conçus ou mal ventilés peut entraîner des problèmes de santé pour les habitants et riverains.
    « Dans le contexte international de forte dépendance aux énergies quelles que soient leurs origines, comme le charbon, le pétrole et le nucléaire, l'énergie biomasse prend une place de plus en plus importante […] Bien que les énergies dites vertes soient une excellente solution parce qu’elles sont neutres dans le cycle du carbone, la biomasse engendre des problèmes d’émissions de particules. Les bioénergies sont donc vertes en CO2 mais peuvent être polluantes en dégradant la qualité de l’air. »[20].
  • Le bois étant plus émetteur d'oxydes d'azote (NOx) que les combustibles fossiles de type gaz naturel et fioul, le développement de la biomasse énergie, dans le cadre du développement des énergies renouvelables, « joue un rôle prépondérant par rapport aux autres énergies dans l’évolution des émissions de NOx »[21].
Stratégies de réduction de ces inconvénients 

Une solution de substitution à la combustion directe de la biomasse est la torréfaction de la biomasse. En effet, la biomasse torréfiée, également appelée « Biocoal » ou « Biochar », est un combustible solide de haute qualité, idéal pour réduire les émissions de CO2 de nombreuses industries (production d’électricité, production de chaleur, cogénération, chauffage central...). C’est un nouveau combustible offrant de nouvelles perspectives aux énergies renouvelables. Plus précisément, en torréfiant la biomasse (bois par exemple) le PCI passe de 10-11 GJ/m³ à 18-20 GJ/m³ ce qui conduit à une économie de près de 50 % sur les coûts de transport.

Une autre solution de substitution à la combustion directe est la conversion du bois en gaz naturel de synthèse.

Si les surfaces dévolues aux forêts restent constantes, à proximité des lieux d'utilisation, et que la quantité prélevée est plus ou moins remplacée, alors l'utilisation n'aggrave pas la déforestation et a peu d'impact sur l'effet de serre (cf. le bilan carbone du bois énergie).

Les autres combustibles sont en principe des lignines. La valorisation énergétique est très variable.

Le Miscanthus (ou herbe à éléphant) fait l'objet d'études au Royaume-Uni, en Belgique[22] et aux États-Unis. Il présente l'avantage d'avoir un très bon rendement énergétique (supérieur à celui du charbon à volume égal). Il permet d'approcher un rendement de 10 kWh par mètre carré et par an.

Par conversion biologique[modifier | modifier le code]

Biogaz[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Biogaz.

On appelle biogaz les effluents gazeux, méthane essentiellement, issus de la fermentation de matières organiques contenues dans les décharges, les stations d'épuration des eauxetc. Le méthane est un puissant gaz à effet de serre et sa captation est de toute façon hautement souhaitable. Il peut être considéré comme une ressource énergétique[23], souvent via sa combustion pour produire de la vapeur et de l'électricité ; son utilisation directe dans des moteurs à gaz pauvres peut aussi être envisagée. Le biogaz est un gaz combustible, composé en moyenne de méthane (CH4) à 65 % et de CO2 à 35 %.

Sous forme de carburant : les biocarburants[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Biocarburant.

Il y a deux familles de biocarburants :

  • l'huile végétale brute, et les esters d'huiles végétales (colza...) ;
  • l'éthanol, produit à partir de blé et de betterave, incorporable dans le super sans plomb sous forme d'Ethyl Tertio Butyl Ether (ETBE, voir bioéthanol).

Comparaison des usages[modifier | modifier le code]

Risques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Traçabilité agroalimentaire.

Évaluer les différentes formes de valorisation nécessite de comparer les usages, ce qui suppose de mettre en place des méthodes d'évaluation et de traçabilité des filières intégrées.

La mise en place de la traçabilité en agroalimentaire fait l'objet de réglementations (notamment dans l'Union européenne). Elle est encouragée par des normes (ISO 22000).

La traçabilité permet également de réduire les risques, donc les coûts indirects pour la collectivité.

Gains en valeur carbone[modifier | modifier le code]

La valeur de la tonne de carbone en 2006 est de l'ordre de grandeur de 100 euros. La valeur marchande de la tonne d'équivalent CO2 est très volatile: elle dépend (entre autres) du prix du pétrole, des décisions politiques de Bruxelles (nombre de quotas, politique énergétique à long terme de l'UE) et de la spéculation. Au 13 mars 2008, la tonne d'équivalent CO2 valait 22 euros. En 2014, elle vaut environ 5 euros.

Voir : Bilan carbone

Comparaison de filières[modifier | modifier le code]

Pour fiabiliser ces évaluations, il est souhaitable de :

Soutien à cette filière énergétique[modifier | modifier le code]

Dans le monde, de nombreux programmes soutiennent ou ont soutenu les filières biomasse énergie.

En France, un plan biocarburant soutient depuis les années 2000-2010 les agrocarburants (biodiésel + bioéthanol surtout basés sur colza, tournesol, betterave et céréales) et la filière bois (depuis Colbert). Les agrocarburant de seconde génération et biocarburant de 3e génération peinent cependant encore à décoller : voie sèche (thermochimique BTL) ou humide (éthanol).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « New bioenergy roadmap guide released jointly by IEA and FAO », sur Agence internationale de l'énergie (consulté le 1er février 2017).
  2. Directive 2001/77/CE du 27 septembre 2001, relative à la promotion de l'électricité produite à partir de sources d'énergie renouvelables sur le marché intérieur de l'électricité relative aux déchets.
  3. directive no 2010/75 du 24 novembre 2010 relative aux émissions industrielles.
  4. « Article L211-2 du Code de l'énergie ».
  5. Rapport d'information déposé en application de l'article 145 du Règlement par la Mission d'information sur la biomasse au service du développement durable pour la Commmission du développement durable et de l'aménagement du territoire, présenté par François Michel Lambert et Sophie Rohfritsch, voir p 9/117.
  6. Saïed, N. (2016). Amélioration de l'extraction des sucres de la biomasse du millet perlé sucré et du sorgho sucré pour une éventuelle production de bioéthanol. Doctoral dissertation, Université Laval
  7. Gelebart, B. (2016). Optimisation de l'extraction, en réacteur" batch", de biomasse énergétique à l'aide d'émulsions ultrasoniques de solvants verts (résumé).
  8. Premiers résultats des expérimentations sur les agrocombustibles
  9. a et b Ministère de l'environnement (2016), Volet 1 : Synthèse de la Programmation pluriannuelle de l'énergie, PDF, 25 pages ; volet 2 : volet relatif à l'offre d'énergie, PDF, 83 pages et volet 3 : Stratégie de développement de la mobilité propre (PDF, 125 pages)
  10. Economie d'énergie, « La biomasse », sur www.economiedenergie.com (consulté le 30 octobre 2014).
  11. a, b et c (en)World : Electricity and Heat for 2014, Agence internationale de l'énergie, octobre 2016.
  12. Production primaire d'énergie renouvelable par type, Eurostat.
  13. d'après le données du SOeS cité par la Stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable
  14. [PDF] Bilan énergétique de la France pour 2014, page 43, sur developpement-durable.gouv.fr, juillet 2015.
  15. Décret no 2016-xxx relatif à la stratégie nationale de mobilisation de la biomasse et aux schémas régionaux biomasse
  16. David Kirchgessner ; Mercury in Petroleum and Natural Gas: Estimation of Emissions From Production, Processing, and Combustion (PDF), septembre 2001 (ou résumé US EPA, Office of Research & Development | National Risk Management Research Laboratory. Voir notamment le chap. 5 (Mercury in Petroleum and Natural Gas)
  17. a, b et c Philippe Collet (2014) Biomasse ligno-cellulosique : l'Inra a développé un procédé par voie sèche ; Actu-Environnement 20 octobre 2014
  18. Cartographie et liste de compagnies impliquées dans la culture délocalisée des agrocarburants en Afrique
  19. Rapport « Afrique : Terre(s) de toutes les convoitises » ; Amis de la Terre /Friends of the Earth Europe (juillet 2010).
  20. Vidéo sous-titrée – Salon Bois énergie 2011, Besançon, sur le site www.boisenergie.tv.
  21. [PDF] « Évaluation prospective 2020-2050 de la contribution du secteur biomasse énergie aux émissions nationales de polluants atmosphériques », sur ademe.fr (consulté le 21 septembre 2015), p. 44 et 54/54.
  22. Bilan environnemental et énergétique de la culture du miscanthus en Wallonie
  23. voir l'article Ressource naturelle et l'article Ressources et consommation énergétiques mondiales

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]