Alpiq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image illustrative de l'article Alpiq

Création 19 décembre 2008
Dates clés 1er février 2009, début effectif de la Société
Forme juridique Société anonyme (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Action SWX : ALPH
Siège social Drapeau de la Suisse Lausanne Voir et modifier les données sur Wikidata (Suisse)
Direction Jasmin Staiblin
Actionnaires EOS-Holding, ATEL, EDF, autres
Activité Production, transport, distribution, négoce et fourniture d'électricité
Filiales Alpiq Energy (d)
Effectif 8 277 (2014)
Site web www.alpiq.ch

Capitalisation 278,7 M CHF (2015)
Dette Decrease Positive.svg 1,9 G CHF (2014)
Chiffre d’affaires en diminution 8,058 G CHF (2014)
-14 %
Résultat net en diminution 147 M CHF (2014)
-47,1 %

Alpiq est un énergéticien suisse à orientation européenne. L'entreprise est numéro un de l'électricité en Suisse et gère 27 % de la production suisse et dispose du tiers de la puissance installée[1].

Son siège est à Lausanne. Elle est née de la fusion en 2009 d'Énergie Ouest Suisse (EOS) et de Atel Holding SA.

L’entreprise est active dans les domaines de la production, du transport, de la distribution, du négoce et de la fourniture d’énergie ainsi que dans celui des services énergétiques.

En 2013, plus de 7 800 collaborateurs[2] dans 26 pays ont réalisé un chiffre d'affaires annuel consolidé d'environ 9, 7 milliards de francs suisses[2] et vendu 101 446 GWh.

Mix énergétique (en capacité électrique installée)[modifier | modifier le code]

Alpiq dispose de 6 595 MW de puissance installée en Europe.

Son mix se répartit comme suit :

  • Hydraulique 49 % avec des barrages en Suisse, France, Italie et Norvège
  • Nucléaire 13 % avec les centrales suisses de Gösgen et Leibstadt[3], celle-ci produisant à elle seule plus de 15% de l'électricité consommée en Suisse[3]
  • Fossile 37 % dont :
    • 25 % gaz avec des centrales en Suisse, France (une de 408 MW), Espagne (une de 400 MW), Italie (2 de 400 et 50 MW), Hongrie (une de 403 MW électrique et 317 MW thermique) et Tchéquie (3 de 100, 67 et 43 MW)
    • 8 % charbon avec deux centrales en Tchéquie, Kladno (404 MW electrique et 905 MW thermique) utilisant également de la biomasse et Zlin (69MW électrique et 220 MW thermique)
    • 4 % fioul
  • Solaire, éolien et autres renouvelables 1 %

Filiales en Europe[modifier | modifier le code]

Alpiq Energie France[modifier | modifier le code]

Alpiq Energie France, dont le siège est à Neuilly, est une filiale à 100% du groupe Alpiq. Opérateur du marché français de l’électricité depuis 2001, Alpiq Energie France se présente comme le fournisseur alternatif de référence pour les grands clients industriels et tertiaires, avec plus de 20 TWh d’énergie négociée en 2016, dont 16 TWh d'électricté et 4 TWh de gaz naturel vendus[4]. Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), Alpiq disposait de 7% des offres de marché aux grands clients non résidentiels en 2015 [5]. Alpiq Energie France propose aux grands consommateurs français des solutions globales : fourniture de gaz et d’électricité, achat d’électricité produite sur site et valorisation des flexibilités. Pour 2017, il a été retenu dans le cadre des appels d'offres pour les réserves rapides et complémentaires par RTE [6].

Disposant en France de moyens de production éoliens et hydrauliques[7] sur le territoire français, Alpiq a mené un développement industriel en France qui se décline dans deux domaines de la production électrique : énergies renouvelables (éolien et hydroélectricité) et centrales à cycle combiné gaz. Elle a ainsi construit la centrale à cycle combiné gaz de 420 MW à Bayet, dans l'Allier mise en service en 2011 et exploité par sa filiale 3CB. Cette centrale a été revendue par le Groupe Alpiq fin 2015 au groupe Direct Energie[8], en raison d'une rentabilité grévée par la baisse des prix de gros de l'électricité qui affecte le secteur électrique depuis 2011. Alpiq s'était par ailleurs porté candidat en 2010 au renouvellement de concessions hydroélectriques en France[9].

Atel Energia[modifier | modifier le code]

Lancé en 2006, l Energia a racheté en 2009 Hispaelec Energia S.A, filiale espagnole d'EDF. ↵En2010, Alpiq a racheté à l'opérateur d'énergie espagnol Gas Natural Fenosa une unité de 400 mégawatts de la centrale à gaz à cycle combiné de Plana del Vent, située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Barcelone. Alpiq bénéficie également, durant deux ans, d'un droit d'utilisation de la deuxième unité de 400 mégawatts de Plan del Vent. A l'expiration de ce délai, le groupe devait disposer d'un at sur cette unité.

Alpiq Energie Deutschland[modifier | modifier le code]

Alpiq Energie Deutschland a été créé en 2000 (électricité en Allemagne). Elle est implantée à Düsseldorf et à Berlin, et s'adresse aux clients industriels, aux services régionaux et urbains ainsi qu’aux artisans. Alpiq est propriétéaire-exploitant de la centrale à cycle combiné gaz de Spreetal (43 MW thermique et 56 MW électrique).

Centres opérationnels en Suisse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Temps, 25 mars 2010.
  2. a et b faits et chiffres clés sur le site d'Alpiq
  3. a et b http://www.alpiq.com/fr/ce-que-nous-offrons/nos-actifs/centrales-thermiques/centrales-nucleaires/nuclear-power-plants.jsp
  4. [1]
  5. [2]
  6. [3]
  7. [4] Le barrage transfrontalier d'Emosson est détenu à 50% par Alpiq et à 50% par EDF, Alpiq disposant de 100 % des droits. Une centrale de pompage-turbinage y est en construction à Nant de Drance, plus grand chantier de Suisse.
  8. Direct Energie acquiert 3CB, Le Figaro, 30 décembre 2015
  9. renouvellement des concessions hydroélectriques en France alpiq.fr, le 20 avril 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]