Alpiq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alpiq
logo de Alpiq
Logo de Alpiq.

Création 1890
Forme juridique Société anonyme de droit suisseVoir et modifier les données sur Wikidata
Action SIX : ALPH
Siège social Lausanne
Drapeau de la Suisse Suisse
Direction Antje Kanngiesser
Actionnaires EOS-Holding, ATEL, EDF, autres
Activité Production, transport, distribution, négoce et fourniture d'électricité
Produits ÉnergieVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Alpiq Energie France

Alpiq Retail France

Effectif 1 548 (2018)[1]
Site web Site Alpiq Groupe

Site Alpiq France Site Alpiq Particuliers Site Alpiq Professionnels


Capitalisation 278,7 M CHF (2015)
Dette Decrease Positive.svg 1,5 G CHF (2018)[1]
Chiffre d'affaires 3,9 MCHF (2020)[2]
en diminution -5 %[2]
Résultat net +262 MCHF (2020)[2]

Alpiq est un énergéticien suisse à orientation européenne. L'entreprise est numéro un de l'électricité en Suisse et gère 27 % de la production suisse et dispose du tiers de la puissance installée[3]. Son siège est à Lausanne.

L’entreprise est active dans les domaines de la production, du transport, de la distribution, du négoce et de la fourniture d’énergie ainsi que dans celui des services énergétiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'entreprise a été créée en 1890, il y a eu la fusion en 2009 d'Énergie Ouest Suisse (EOS) et de Atel Holding SA. En 2016, Alpiq tente de se débarrasser de ses centrales nucléaires suisses mais EDF refuse de les acheter[4] : la société française a refusé en raison de « ses nombreux problèmes dans l'énergie nucléaire » ; à la suite de cela, Alpiq déclare vouloir les vendre même pour 1 CHF symbolique à l'État, vu qu'elle estime qu'elle vont perdre de l'argent cette prochaine décennie.

En , Bouygues acquiert les activités de services énergétiques et de constructions d'Alpiq pour 850 millions de francs suisses[5]. Ces opérateurs concernent 7 650 employés d'Alpiq[6].

Mix énergétique (en capacité électrique installée)[modifier | modifier le code]

Alpiq dispose de 5 229 MW de puissance installée en Europe. La répartition est la suivante[7] :

PARC DE CENTRALES Puissance installée au 31/12/2019


Production réalisée en 2019
MW % du total GWh % du total
Centrales hydroélectriques (total) 2910 56 4313 28%
Suisse 2910 56 4313 28
Petites centrales hydroélectriques, parcs éoliens, installations photovoltaïques (total) 326 6 562 4
Suisse 17 0 57 0
Bulgarie 72 1 133 1
France 13 0 35 0
Italie 224 4 337 2
Centrales nucléaires (total) 676 13 5087 33
Suisse 676 13 5087 33
Centrales thermiques conventionnelles (total) 1317 25 5445 35
Italie 491 9 1545 10
Espagne 423 8 2115 14
République Tchèque 0 0 1279 8
Hongrie 403 8 506 3
Total 5229 15407


Filiales en Europe[modifier | modifier le code]

Alpiq Énergie France (Entreprise)[modifier | modifier le code]

Alpiq Énergie France, dont le siège est à Neuilly-sur-Seine, est une filiale à 100 % du groupe Alpiq. Opérateur du marché français de l’électricité depuis 2001, Alpiq Énergie France se présente comme le fournisseur alternatif de référence pour les grands clients industriels et tertiaires, avec plus de 20 TWh d’énergie négociée en 2016, dont 16 TWh d’électricité et 4 TWh de gaz naturel vendus[8]. Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), Alpiq Énergie France disposait de 7 % des offres de marché aux grands clients non résidentiels en 2015[9]. Alpiq Énergie France propose aux grands consommateurs français des solutions globales : fourniture de gaz et d’électricité, achat d’électricité produite sur site et valorisation des flexibilités.

Pour 2017, il a été retenu dans le cadre des appels d'offres pour les réserves rapides et complémentaires par RTE[10]. Alpiq Énergie France est en outre un contributeur de référence aux appels d'offres effacement organisés par RTE.

Il dispose en France de moyens de production éoliens et hydrauliques[11]. Le barrage transfrontalier d'Émosson est détenu à 50 % par Alpiq et à 50 % par EDF, Alpiq disposant de 100 % des droits[pas clair]. Une centrale de pompage-turbinage y est en construction à Nant de Drance, plus grand chantier de Suisse sur le territoire français. Alpiq a mené un développement industriel en France qui se décline dans deux domaines de la production électrique : énergies renouvelables (éolien et hydroélectricité) et centrales à cycle combiné gaz. Elle a ainsi construit la centrale à cycle combiné gaz de 420 MW à Bayet, dans l'Allier mise en service en 2011 et exploité par sa filiale 3CB. Cette centrale a été revendue par le Groupe Alpiq fin 2015 au groupe Direct Energie[12], en raison d'une rentabilité grévée par la baisse des prix de gros de l'électricité qui affecte le secteur électrique depuis 2011. Alpiq s'était par ailleurs porté candidat en 2010 au renouvellement de concessions hydroélectriques en France[13].

Alpiq Retail France (Particuliers)[modifier | modifier le code]

Depuis 2020, Alpiq propose une offre d'électricité à destination des particuliers via sa filiale Alpiq Retail France[14],[15]. L'entreprise souhaite démarrer début 2022 la commercialisation de contrats auprès des petites entreprises et professionnels qui ne bénéficient plus de tarifs réglementés[15].

L'entreprise s'est fixée un objectif de recruter 100.000 clients particuliers d'ici à fin 2023[16].

Depuis le 15 Juillet 2021, E.Leclerc énergies et Alpiq ont mis en place un partenariat qui vise à reprendre les clients E.Leclerc énergies qui ne souhaitent pas opter pour la nouvelle offre de marché E.Leclerc énergies[17],[18],[19],[20].

Atel Energia[modifier | modifier le code]

Lancé en 2006, l Energia a racheté en 2009 Hispaelec Energia S.A, filiale espagnole d'EDF.

En 2010, Alpiq a racheté à l'opérateur d'énergie espagnol Gas Natural Fenosa une unité de 400 mégawatts de la centrale à gaz à cycle combiné de Plana del Vent, située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Barcelone. Alpiq bénéficie également, durant deux ans, d'un droit d'utilisation de la deuxième unité de 400 mégawatts de Plan del Vent. À l'expiration de ce délai, le groupe devait disposer d'un at[pas clair] sur cette unité.

Alpiq Energie Deutschland[modifier | modifier le code]

Alpiq Energie Deutschland a été créé en 2000 (électricité en Allemagne). Elle est implantée à Düsseldorf et à Berlin, et s'adresse aux clients industriels, aux services régionaux et urbains ainsi qu’aux artisans. Alpiq est propriétéaire-exploitant de la centrale à cycle combiné gaz de Spreetal (43 MW thermique et 56 MW électrique).

Communication[modifier | modifier le code]

Activités de lobbying[modifier | modifier le code]

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Alpiq est inscrit depuis 2015 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Elle déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 300 000 et 400 000 euros[21].

En France[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2017, Alpiq déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 75 000 euros[22].

Centres opérationnels en Suisse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Rapport de gestion 2018 de la société Alpiq » (consulté le )
  2. a b et c Après trois ans de pertes, Alpiq renoue avec les chiffres noirs
  3. Le Temps, 25 mars 2010.
  4. « Alpiq a essayé de vendre ses centrales nucléaires au groupe français EDF », sur rts.ch, (consulté le )
  5. Dominique Vidalon et Gilles Guillaume, « Bouygues to buy Swiss utility Alpiq's engineering services », sur Reuters,
  6. Simon Chodorge, « Bouygues rachète le spécialiste suisse du bâtiment Alpiq Engineering », sur Reuters,
  7. « Nous produisons de l’électricité en Europe | », sur www.alpiq.com (consulté le )
  8. Non trouvé le 31 juillet 2020, alpiq.com
  9. État des lieux des marchés de détail de l’électricité et du gaz naturel en 2015 et 2016, cre.fr
  10. Réserves rapide et complémentaire 2017 : résultats, rte-france.com
  11. Électricité Émosson SA, emosson.ch, consulté le 31 juillet 2020
  12. Direct Energie acquiert 3CB, Le Figaro, 30 décembre 2015
  13. renouvellement des concessions hydroélectriques en France alpiq.fr, le 20 avril 2010
  14. « Alpiq : Fournisseur d’électricité pour les particuliers », sur particuliers.alpiq.fr (consulté le ).
  15. a et b « Electricité : le suisse Alpiq veut séduire les particuliers et concurrencer EDF », sur Les Echos, (consulté le )
  16. « Électricité : le suisse Alpiq veut séduire les particuliers et concurrencer EDF », sur Les Echos, (consulté le )
  17. « Partenariat E.Leclerc énergies et Alpiq », sur particuliers.alpiq.fr (consulté le )
  18. « Electricité : pourquoi Leclerc oblige ses clients à changer de contrat », sur leparisien.fr, (consulté le )
  19. « Électricité : pourquoi Leclerc se sépare de tous ses clients sans compteur Linky », sur Le Telegramme, (consulté le )
  20. « Électricité: le fournisseur E.Leclerc énergies ferme le 31 octobre », sur LEFIGARO, (consulté le )
  21. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le )
  22. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur hatvp.fr (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]