Confédération générale des SCOP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Confédération générale des SCOP
upright=Article à illustrer Organisation
La démocratie nous réussitVoir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
CG SCOPVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Forme juridique
Siège
30, rue des Épinettes 75017 Paris
Pays
Organisation
Sites web
Identifiants
SIREN

La confédération générale des SCOP est le réseau des Société coopérative et participative (SCOP), des Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) et des Coopérative d'activité et d'emploi (CAE) en France. Elle est l'instance de représentation nationale auprès des acteurs politiques, économiques et sociaux[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Créée en 1884 sous le nom de Chambre consultative des Scop (ou Chambre Consultative des Associations Ouvrières de Production), la CG Scop porte son nom actuel depuis 1937.

Organisation[modifier | modifier le code]

La confédération générale des SCOP exerce son activité sur l'ensemble du territoire Français. Elle est appuyée par un réseau est d'Unions régionales[2] et de fédérations de métiers.

Unions régionales (URSCOP)[modifier | modifier le code]

Neuf unions régionales sont présentes dans les territoires suivants[3] :

  • Auvergne Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Ile-de-France / Centre-Val de Loire / Outre-Mer
  • Nouvelle Aquitaine
  • Occitanie
  • Ouest
  • Provence-alpes-côte d'azur/ Corse

Fédérations de métiers[modifier | modifier le code]

Quatre fédérations professionnelles existent dans le secteur du BTP[1],[4], de la communication, de l'industrie et des coopératives d'activité et d'emploi.

Activités[modifier | modifier le code]

La CG Scop anime, coordonne et appuie le réseau dans tous les domaines : juridique (création, reprise et transformation d’entreprise)[1], financier, lobbying, innovation, communication[3].

  • accueil et suivi personnalisé des projets ;
  • accès à des solutions de financements adaptées ;
  • formation des salariés et des dirigeants ;
  • représentation auprès des instances régionales, nationales et européennes.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

La direction politique du Mouvement est assurée par la Direction nationale, dont le Bureau est animé par le président de la Confédération générale des Scop. Le congrès national permet aux coopératrices et coopérateurs de définir tous les quatre ans leur programme d'action et désigner leurs élus nationaux.

L'adhésion à la CG Scop n'est pas obligatoire pour les SCOP et les SCIC, mais la quasi-totalité d’entre elles sont membres du réseau.

Les Scop cotisent également à l'Union sociale, équivalent d'un comité d'entreprise collectif.

Communication[modifier | modifier le code]

Partenaires[modifier | modifier le code]

La CG Scop est membre du groupement national de la coopération, de la coopérative de production à l'échelon européen (CECOP) et partie prenante de plusieurs structures d'économie sociale, par exemple l'Institut de développement de l'économie sociale pour le financement en titres participatifs et du Conseil économique, social et environnemental.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Defawe Philippe, « Les Scop interpellent les candidats sur la transmission d'entreprise » Accès libre, sur lemoniteur.fr, (consulté le )
  2. Julien Delarue, « Les Scop ont de l'avenir » Accès libre, sur zinfos974.com, (consulté le )
  3. a et b Bpifrance, « SCOP - Société coopérative et participative » Accès libre, sur bpifrance-creation.fr, (consulté le )
  4. Fabienne Leroy, « Fédération des SCOP du BTP : un nouveau logo… et un nouvel esprit » Accès libre, sur batirama.com, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]