Naskeo Environnement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Naskeo Environnement
Création 2005
Fondateurs Aurélien Lugardon, Sylvain Frédéric, Damien Delhomme et Marc Bauzet[1]
Siège social Malakoff[2]
Drapeau de France France
Direction Aurélien Lugardon (PDG)[3]
Actionnaires Dirigeants fondateurs, Generis Capital Partners, Citizen Capital, Sigma Gestion et Supernova Invest
Activité Méthanisation
Produits Méthaniseurs
Effectif 55
Site web naskeo.com

Naskeo Environnement est une société française spécialisée dans la conception d'installations de méthanisation.

Historique[modifier | modifier le code]

L'entreprise est fondée en 2005[4] par quatre étudiants de grandes écoles différentes[5]. En 2014, elle achète Methajade, spécialiste de la méthanisation en voie sèche, grâce à une augmentation de capital d'1,5 million d'euros[6]. Elle bénéficie des avancées réglementaires dans le secteur et de l'obligation de traitement des bio-déchets d'ici 2025 pour développer son activité dans la première décennie, envisageant en 2015 de s'ouvrir à l'international[5].

En 2018, elle réalise sa troisième levée de fonds, pour un montant de 12 millions d'euros[7] afin de viser la conception d'une centaine d'unités de méthanisation avant 2022[4], en concertation avec les acteurs locaux que constituent collectivités locales et agriculteurs[3]. La même année, elle inaugure son premier projet à l'étranger, sur l'île d'Hokkaido au Japon, et est engagée au Kenya[3],[7]. Début 2019, elle affiche une quarantaine de références installées[8].

Activités[modifier | modifier le code]

L'entreprise conçoit des unités de méthanisation, essentiellement en milieu agricole. En 2012-2013, elle a participé à la mise en place d'une usine de cogénération traitant des résidus agricoles près d'Auch[2]. Elle a aussi contribué à l'installation d'une station de traitement des déchets organiques au lycée agricole d'Obernai[9]. En 2018, elle inaugure Méthabraye, son plus gros méthaniseur avec 34 agriculteurs rassemblés, à Savigny-sur-Braye (Loir-et-Cher), pour alimenter la ville de Vendôme en biométhane[10],[8].

L'entreprise mène aussi des recherches pour diversifier les déchets traités en méthanisation, notamment à travers un partenariat avec l'INRA Narbonne qui a déjà mené à plusieurs brevets[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Naskéo transforme le fumier en énergie », sur capital.fr (consulté le 10 septembre 2018).
  2. a et b Marina Angel, « Naskeo environnement finalise son usine de méthanisation à Auch », sur usinenouvelle.com, (consulté le 6 septembre 2018).
  3. a b et c Chantal Houzelle, « Naskeo lève 12 millions d'euros pour exploiter le gisement du gaz vert », sur lesechos.fr, (consulté le 9 septembre 2018) (accès payant).
  4. a et b Florence Roussel, « Méthanisation : Naskeo lève 12 millions d'euros », sur actu-environnement.com, (consulté le 6 septembre 2018).
  5. a b et c « Naskeo Environnement : une activité boostée par la transition énergétique », sur bpifrance.fr, (consulté le 6 septembre 2018).
  6. objectif-languedoc-roussillon.fr, « Naskeo Environnement rachète Methajade », sur latribune.fr, (consulté le 25 novembre 2018).
  7. a et b Matthieu Guyot, « Le Français Naskéo lève 12 millions d’euros pour se développer dans le biogaz », sur le-gaz.fr, (consulté le 12 septembre 2018).
  8. a et b Véronique Pouzard, « Production : les start-up impulsent un modèle énergétique décentralisé », sur lesechos.fr, (consulté le 26 mai 2019).
  9. Pascale Braun, « Le pari réussi du gaz vert », sur usinenouvelle.com, (consulté le 6 septembre 2018).
  10. Stéphane Frachet, « Naskeo achève l’installation d’un méthaniseur géant de 7,3 millions d’euros près de Vendôme », sur usinenouvelle.com, (consulté le 6 septembre 2018).