Esclave énergétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’esclave énergétique est une unité de mesure de l'énergie, comparant une consommation d'énergie annuelle avec un équivalent de production mécanique et calorifique qu'un adulte en bonne santé pourrait produire en un an[1]. Cette notion permet de comparer la productivité des travailleurs dans une société industrialisée, utilisant généralement des énergies fossiles, par rapport au nombre de travailleurs nécessaires en l'absence de ces outils.

Historique[modifier | modifier le code]

Prémices[modifier | modifier le code]

L'Américain Richard Buckminster Fuller est le premier à utiliser la notion d'esclave énergétique en 1940.

La notion d'esclaves énergétiques a été sous-entendue par Oscar Wilde dans L’Âme humaine sous le régime socialiste[Note 1] lorsqu'il compare la machine à vapeur avec l'esclavage[2].

Dans la deuxième partie du XIXe siècle, durant le processus d'industrialisation de l'Occident, la part de plus en plus importante jouée par les énergies fossiles a redéfini les notions de travail et d'énergie : le travail n'est plus uniquement humain, mais devient un mouvement produisant de la force, grâce à de l'énergie. Les différences s'estompent entre les travailleurs humains et les objets inanimés tels qu'un bloc de charbon, puisque tous deux permettent de créer du travail[3].

Dès 1827, un propriétaire d'esclaves en Guyane britannique tente d'estimer la valeur du travail fourni par un esclave en comparaison à celle fournie par une machine à vapeur. Pour Bob Johnson, c'est le début d'une réflexion sur l'abstraction du travail, sa possibilité de le réduire à une simple mesure standardisée[3]. Dans les années 1820, le concept de manpower émerge : c'est la puissance fournie par un humain (un peu comme le cheval-vapeur, unité mesurant la puissance fournie par un cheval)[3].

En 1930, l'entreprise Westinghouse crée un automate ressemblant à un Afro-américain, le premier esclave mécanique (appelé mechanical negro). Ce robot peut accomplir des tâches simples (balayer, s'asseoir, etc.) et rencontre un grand succès. Pour Bob Johnson, il donne un visage humain à l'énergie mécanique — alors que les machines industrielles n'ont ni visage, ni sentiments[4].

Développement du concept[modifier | modifier le code]

En 1940, Richard Buckminster Fuller est le premier[2] à utiliser le terme energy slave dans une carte du magazine Fortune[5]. Il calcule le rendement d'un esclave énergétique en prenant l'énergie issue des minéraux et de l'eau consommée par l'industrie et en la divisant par l'énergie fournie par un être humain. Pour une population mondiale d'un peu plus de deux milliards habitants[Note 2], Fuller estime qu'il y a à l'époque trente-six milliards d'esclaves énergétiques[Note 3], soit 17 par habitant. En 1940, ces esclaves énergétiques ne sont pas répartis équitablement sur la planète : les États-Unis en possèdent vingt milliards (54 % du total mondial)[5]. En 1950, Fuller revoit ses calculs à la hausse et estime qu'en moyenne, chaque humain détient 38 esclaves énergétiques[2].

En 1963, Alfred René Ubbelohde utilise également cette notion dans son ouvrage Man and Energy[6]. En Allemagne, le physicien Hans-Peter Dürr a utilisé ce concept[7]. Le terme est également utilisé dans un ouvrage de 1975[8] et s'est popularisé dans la littérature scientifique.

En Suisse, en 2001, une exposition présente une définition vulgarisée des "esclaves énergétiques" sous la forme d'un poster. Ce poster a été élaboré sur la base des travaux menés par Tourane Corbière-Nicollier sous la tutelle d'Olivier Joillet du laboratoire EPFL-GECOS à Lausanne. La définition donnée est ː "L'esclave énergétique est une unité de mesure qui permet de mieux comprendre et évaluer les conséquences de nos choix de vie. Un esclave énergétique travaille pour produire de l'énergie 24h sur 24. Il dégage une puissance moyenne de 100 W (soit 875 kWh/an)."

Esclaves énergétiques.

En France, le terme esclave énergétique est employé par Jean-Marc Jancovici et a été étudié par l'historien Jean-François Mouhot. Les résultats de Jean-Marc Jancovici sont résumés dans le tableau ci-dessous[1].

Esclaves énergétiques à disposition de chaque Français à tout instant (en moyenne)
Esclaves
Transports 22
Agriculture 23
Industrie 145
Résidentiel et tertiaire 237
TOTAL 427

Jean-Marc Jancovici en tire la conclusion suivante[1]: « ce n’est pas seulement le mode de vie de M. Dassault ou de la Reine d’Angleterre qui est devenu non durable si nous nous mettons sur le terrain de la physique, mais bien celui de chacun(e) d’entre nous, ouvrier(e)s d’usine, agents de nettoyage et caissier(e)s de supermarché compris ».

Mode de calcul[modifier | modifier le code]

Le nombre d'esclaves énergétiques par habitant dépend du mode de calcul : soit on prend l'énergie moyenne fournie par un esclave 24 h/24, 365 jours par an, soit, comme le fait Fuller, on se fonde sur l'énergie mécanique fournie par un individu en bonne santé en travaillant 40 heures par semaine (soit 3 kWh[2]). En comparaison, un litre d'essence peut fournir 9 kWh[2] pour faire fonctionner un moteur par exemple.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Mouhot, Des esclaves énergétiques - Réflexions sur le changement climatique, Éditions Champ Vallon, 2011[9].
  • (en) Andrew Nikiforuk, The Energy of Slaves : Oil and the New Servitude, Greystone Books, , 272 p. (ISBN 978-1-55365-979-2, lire en ligne).
  • (en) Bob Johnson, Mineral Rites : An Archaeology of the Fossil Economy, JHU Press, , 256 p. (ISBN 978-1-4214-2756-0, lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « The Greeks were quite right there. Unless there are slaves to do the ugly, horrible, uninteresting work, culture and contemplation become almost impossible. Human slavery is wrong, insecure, and demoralising. On mechanical slavery, on the slavery of the machine, the future of the world depends ». La dernière phrase, n'est pas présente dans la traduction française.
  2. 2 125 000 000 exactement.
  3. 36 850 000 000 précisément.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Combien suis-je un esclavagiste ? » par Jean-Marc Jancovici, .
  2. a b c d et e (en) Imre Szeman et Dominic Boyer, Energy Humanities : An Anthology, JHU Press, , 608 p. (ISBN 978-1-4214-2189-6, lire en ligne), p. 210.
  3. a b et c (en) Bob Johnson, Mineral Rites : An Archaeology of the Fossil Economy, JHU Press, , 256 p. (ISBN 978-1-4214-2756-0, lire en ligne), p. 65-67.
  4. (en) Bob Johnson, Mineral Rites : An Archaeology of the Fossil Economy, JHU Press, , 256 p. (ISBN 978-1-4214-2756-0, lire en ligne), p. 62-65.
  5. a et b (en) Richard Buckminster Fuller, « World Energy », Fortune,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Alfred René Ubbelohde, Man and energy, Penguin Books, (lire en ligne).
  7. (de) Christiane Grefe, « Energiesklaven in der Armutsfalle », Die Zeit,‎ (ISSN 0044-2070, lire en ligne, consulté le 11 décembre 2019).
  8. (en) Robert S. Rouse et Robert Owens Smith, Energy : resource, slave, pollutant : a physical science text, Macmillan, , 520 p. (ISBN 978-0-02-404000-8, lire en ligne).
  9. Recension critique par l'historien Fabien Locher, L’Histoire face à la crise climatique, novembre 2011; sur le site de La vie des Idées.

Liens externes[modifier | modifier le code]