Mobicoop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mobicoop
logo de Mobicoop

Création 28 septembre 2018
Fondateurs Bastien Sibille
Matthieu Jacquot
Forme juridique Société coopérative d'intérêt collectif de type Société par actions simplifiée à capital variable
Slogan « Moins de bagnoles, plus de rossignols ! »
Siège social Nancy
Drapeau de France France
Direction Bastien Sibille (Président)

Matthieu Jacquot (Directeur Général)

Sociétaires 1 100 en juin 2020
Activité Mobilité partagée Transports Covoiturage
Produits Covoiturage, autopartage entre particuliers, mobilité solidaire
Effectif 17 en 2020
SIREN 844 032 862
TVA européenne FR25844032862[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web https://www.mobicoop.fr

Mobicoop est une société coopérative d'intérêt collectif lancée en qui déploie des solutions de mobilité en France métropolitaine et dans les outre mers français.

La société est présente dans les domaines du covoiturage, de la gestion de flotte d’entreprise, l'auto-stop organisé et de la mobilité solidaire[2][source insuffisante] (lutte contre l’isolement liée à l’absence de solution de mobilité).

La société cherche à promouvoir une vision sociale et solidaire de la mobilité partagée[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La plateforme Covoiturage-libre.fr a été créée en 2011 sous la forme d'une association[4], par des utilisateurs déçus de Covoiturage.fr (devenus BlaBlaCar)[5], à la suite de la mise en place de frais de commission[6]. Le , Covoiturage-libre.fr se transforme en entreprise coopérative et change de nom pour celui de Mobicoop[3],[7],[8]

En , Mobicoop fusionne avec la société Covivo-RoulezMalin, spécialisée dans le service de covoiturage à destination des entreprises et collectivités territoriales[9],[10],[11],[12]

En , la société fusionne avec la société Rezo Pouce, coopérative spécialisée dans l'auto-stop organisé[13].

Valeurs[modifier | modifier le code]

Coopératives[modifier | modifier le code]

La société est une coopérative d'intérêt collectif de type société par actions simplifiée à capital variable. Le montant de la part sociale est fixé à 100 €[8].

Des cercles de gouvernance permettent aux sociétaires de s’associer aux décisions[14].

Libres[modifier | modifier le code]

La société propose une solution de covoiturage sans frais de commission obligatoire et sans publicité sur toutes les plateformes développées. Chaque utilisateur gardant la possibilité de participer, ou non, à prix libre aux frais de fonctionnement et au développement du projet[15].

La coopérative déploie ses plateformes de mobilités dans la philosophie des biens communs non-capitalisables[16],[17].

Innovation[modifier | modifier le code]

La coopérative a développé un module de transport solidaire[réf. souhaitée] à destination de personnes exclues de la mobilité pour diverses raisons (fracture numérique, précarité, milieu rural, handicap…).

En , la coopérative expérimente la mise en place d'un service de certification des covoiturages afin de fiabiliser le versement d'incitations (financières ou avantages) sans risque « politique » de fraude.

Sur la période 2020-2021, la coopérative travaille avec plusieurs partenaires pour le lancement d'un standard, nommé RDEX+, pour rendre le covoiturage interopérable au sein du MaaS (Mobility as a Service)[18].

Activités[modifier | modifier le code]

Le modèle économique de Mobicoop repose sur la vente de services aux collectivités et entreprises.

  • Développement de plateformes de covoiturages,
  • Animation des territoires,
  • Mobilité solidaire,
  • Gestion de flotte automobile professionnelle,
  • Création de communautés de covoiturage privé.

Pour le grand public, la coopérative détient son propre site de covoiturage courtes, moyennes et longues distances.

  • Covoiturage public : pour les organisateurs d’événements tels que les festivals, salons, compétitions sportives, forums …
  • Covoiturage privé avec Covievent : pour les événements en petit comité, séminaires d’entreprises, week-end entre amis ou mariages …

Les plateformes clientes[modifier | modifier le code]

Mobicoop propose ses services à différents territoires pour développer leur service de covoiturage local. Parmi elles :

  • OuestGo pour plus de 70 collectivités dans l’ouest de la France, de la région Bretagne Loire-Atlantique à la région des Pays de la Loire[19] ;
  • Movici pour la région Auvergne Rhône Alpes[20] ;
  • PichoLines pour la communauté de communes Pays Cœur d’Hérault ;
  • PassPass covoiturage dans les Hauts de France  ;
  • En Covoit Grand Lyon pour la métropole du Grand Lyon ;
  • Txik Txak Kovoit’ pour le Pays Basque[21].

Réseaux[modifier | modifier le code]

Mobicoop participe également au collectif des « Licoornes », composé de 9 coopératives alternatives qui développent des services solidaires et des produits du quotidien dans le sens de la transition citoyenne et écologique : le fournisseur d’électricité renouvellable Enercoop, l’opérateur de télécommunications TeleCoop, le réseau coopératif d’opérateurs d’autoportage Citiz, la société coopérative de transport ferroviaire Railcoop, la coopérative de finances solidaires La Nef (entreprise), ainsi que le Mouvement Emmaüs, Commown, et Coopcircuits[22],[23],[24],[25].

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://annuaire-entreprises.data.gouv.fr/entreprise/844032862 »
  2. « Fiche Mobicoop sur France Mobilités », sur France Mobilités (consulté le )
  3. a et b Stéphane Guérard, « Numérique. La coopérative de covoiturage Mobicoop à l’assaut de Blablacar », sur humanite.fr, (consulté le )
  4. Par Pascale Krémer, « Covoiturage : « Toute la France monte dans ma voiture » », sur www.lemonde.fr, 24 mars 2016 à 19h25 - mis à jour le 11 avril 2016 à 08h49
  5. Evenstrood, « Covoiturage : Le vrai visage du PDG de Blablacar décrypté dans une interview », sur Club de Mediapart (consulté le )
  6. Romane Ganneval, « Mobicoop, l’alternative à Blablacar », sur www.la-croix.com, (consulté le )
  7. « Mobicoop, l’alternative à Blablacar », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  8. a et b « Covoiturage Libre devient une coopérative pour concurrencer BlaBlaCar », sur WE DEMAIN, (consulté le )
  9. « Liste des actes déposés au registre de commerce et des sociétés », sur societe.ninja (consulté le )
  10. « Covoiturage : Mobicoop, l’alternative solidaire à Blablacar », sur reporterre.net, (consulté le )
  11. « Covivo : ils vont nous faire voyager en groupe », sur La Semaine, (consulté le )
  12. Covivo, « Reportage France 3 sur le covoiturage dynamique ou temps réel » [vidéo], sur youtube.com, (consulté le )
  13. « Bodacc.fr | Annonce n°2992 du Bodacc A n°20210101 publié le 25/05/2021 », sur bodacc.fr (consulté le )
  14. « Mobicoop, premier service de covoiturage coopératif • Les Horizons », sur Les Horizons, (consulté le )
  15. Zeste par la Nef, « Mobicoop », sur www.zeste.coop (consulté le )
  16. « Mobicoop ou le co-voiturage libre, citoyen et solidaire. - Le Labo de l'économie sociale et solidaire », sur www.lelabo-ess.org (consulté le )
  17. Fabien Ginisty, « Mobicoop, alternative à Blablacar et à son monde, veut faire du co-voiturage un « bien commun » », sur Basta ! (consulté le )
  18. « Lancement de RDEX+, un standard de données de covoiturage – Gart » (consulté le )
  19. « Covoiturez avec OuestGo », sur www.megalis.bretagne.bzh (consulté le )
  20. Mayeul Aldebert, « Comment se déplacer pendant la grève ? Mobicoop, une alternative à Blablacar, née et gérée depuis Nancy », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 01 décembre 2019 à 17h03 (consulté le )
  21. Thomas Villepreux, « Pays basque : une application de covoiturage sur mesure », sur sudouest.fr, (consulté le )
  22. « Licoornes, les coopératives du monde d’après – Collectif pour une Transition Citoyenne » (consulté le ).
  23. « Les Licoornes, ces nouvelles coopératives qui défient le capitalisme », sur WE DEMAIN, (consulté le )
  24. Michel Waintrop, « Les coopératives revendiquent leur place dans le monde de la « tech » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  25. Reporterre, « Des coopératives se regroupent pour une alternative aux géants du web », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le )