Vattenfall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vattenfall AB
logo de Vattenfall
illustration de Vattenfall

Création 1909
Personnages clés Magnus Hall, directeur général
Forme juridique société par actions (aktiebolag)
Siège social Stockholm
Drapeau de la Suède Suède
Direction Anna Borg
Actionnaires État suédois (100 %)
Activité Fourniture et production d'électricité
Produits Électricité
Filiales Nuon N.V.
Effectif 20 000 (2016)
TVA européenne SE556036213801Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.vattenfall.com, www.vattenfall.fr

Chiffre d'affaires 14,67 milliards € (2018)
L'ancien siège de l'entreprise à Stockholm.
Une éolienne dans un champ offshore britannique.

Vattenfall est une entreprise de production et de distribution d'électricité suédoise, appartenant en totalité à l'État suédois. C'est un des leaders du secteur en Europe du Nord. Vattenfall est présent dans 7 pays : Suède, Allemagne, Pays-Bas, Danemark, Royaume-Uni, Finlande et France.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom, signifiant « chute d'eau » en suédois, est l'abréviation du nom originel de la compagnie, Kungliga Vattenfallstyrelsen.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1905, alors qu'il prévoit de construire une centrale hydroélectrique sur le fleuve Göta älv au niveau des chutes de Trollhättan, le gouvernement suédois achète l'entreprise Nya Trollhätte Kanalbolag et la transforme en entreprise d'Etat[1]. Quatre ans plus tard, l'entreprise est de nouveau transformée et prend le nom de Kungliga Vattenfallstyrelsen[1] (approximativement agence royale des cascades) : la future Vattenfall est née.

L'entreprise commença alors sa croissance avec la création de plusieurs centrales hydroélectriques, telles que Porjus (1915)[2], Älvkarleby (en) (1917)[3]. L'énergie était à l'époque principalement destinée aux industries et chemins de fer situés à proximité[4].

Dans les années 1970, Vattenfall augmenta son offre grâce au nucléaire, avec la construction des premières centrales à Ringhals en 1975[5].

En 1992, suivant le mouvement global de déréglementation du marché de l'électricité dans l'Union européenne, Kungliga Vattenfallstyrelsen devient Vattenfall AB, une entreprise à responsabilité limitée, et la gestion du réseau électrique suédois fut séparée de l'entreprise pour former Svenska Kraftnät (en)[4]. Vattenfall commença alors son expansion grâce à plusieurs acquisitions dans les pays nordiques, en Allemagne, en Pologne, en Grande-Bretagne et enfin aux Pays-Bas avec l'acquisition en 2009 de Nuon N.V.[4].

En , Vattenfall annonce la vente de ses activités dans les énergies fossiles et charbonnières en Allemagne à l'entreprise tchèque EPH pour un montant symbolique. De plus Vattenfall est contraint de verser 1,7 milliard de dollars à EPH pour compenser les déficits futurs de ces activités, bien que la valeur comptable de ses activités soit de 3,4 milliards d'euros. La vente de ces activités de thermiques réduirait d'environ 30 % la capacité de production de Vattenfall, mais réduirait en même temps de 70 % ses émissions à gaz à effet de serre[6].

Le , Anna Borg prend la direction de l'entreprise pour remplacer Magnus Hall[7].

Activité[modifier | modifier le code]

24 % de la production de Vattenfall est issue de l'énergie fossile, 41 % de l'énergie nucléaire, 27 % de l'énergie hydraulique, 7 % de l'éolien et moins d'un pour cent issue de la biomasse et déchets en 2019[8].

La production hydro-électrique de l'entreprise est localisée essentiellement en Suède et en Finlande. L'électricité nucléaire provient de deux centrales suédoises (les centrales de Forsmark et Ringhals). Les deux centrales nucléaires allemandes (centrales de Brunsbüttel et Krümmel) exploitées conjointement avec l'entreprise allemande E.ON ont été arrêtées en 2011[9],[10]. Vattenfall possède 10 centrales à gaz en Allemagne et aux Pays-Bas ainsi que 3 centrales au charbon en Allemagne[11].

En France, Vattenfall est présent sur le marché des entreprises depuis 2000, à travers sa filiale française basée à Mulhouse. Vattenfall annonce le le lancement de son offre destinée aux particuliers[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sv) « Olidan », sur Vattenfall (consulté le )
  2. (sv) « Porjus vattenkraftverk », sur vattenfall (consulté le )
  3. (sv) « Älvkarleby », sur Vattenkraften i Sverige (consulté le )
  4. a b et c (en) « Group history », sur Vattenfall (consulté le )
  5. (en) « Ringhals », sur Vattenfall (consulté le )
  6. Vattenfall sells German lignite assets to Czech EPH, Johan Sennero et Jan Lopatka, Reuters, 18 avril 2016
  7. « Anna Borg nouvelle PDG de Vattenfall », sur Vattenfall (consulté le )
  8. (en) « Vattenfall Annual and Sustainability Report 2019 » (consulté le )
  9. (en) « BRUNSBUETTEL (KKB) », sur pris.iaea.org, (consulté le )
  10. (en) « KRUEMMEL (KKK) », sur pris.iaea.org, (consulté le )
  11. (en) « About our power plants and the production - Vattenfall », sur powerplants.vattenfall.com (consulté le )
  12. Le suédois Vattenfall se lance sur le marché des particuliers La Tribune, 01/10/2018

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]