Héry-sur-Alby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Héry-sur-Alby
Héry-sur-Alby
Vue générale d'Héry-sur-Alby.
Blason de Héry-sur-Alby
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Annecy
Maire
Mandat
Jacques Archinard
2020-2026
Code postal 74540
Code commune 74142
Démographie
Gentilé Hérigeois
Population
municipale
975 hab. (2017 en augmentation de 7,5 % par rapport à 2012)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 52″ nord, 6° 00′ 50″ est
Altitude Min. 398 m
Max. 702 m
Superficie 7,33 km2
Élections
Départementales Canton de Rumilly
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Héry-sur-Alby
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Héry-sur-Alby
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Héry-sur-Alby
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Héry-sur-Alby
Liens
Site web herysuralby.fr

Héry-sur-Alby est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie du pays de l'Albanais et du Grand Annecy.La commune est adhérente au parc naturel régional du massif des Bauges.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Altitude de 398 m à 702 m. Altitude au chef-lieu : 623 m.
  • La rivière du Chéran coule dans le bas d'Héry-sur-Alby.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Panorama[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme d'Héry pourrait dériver du gentilice Ariacus, sans que toutefois les vestiges d'une présence romaine sur le territoire n'ait été découverte[1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Éri, selon la graphie de Conflans[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom d'Héry est mentionné dès les IXe – Xe siècles[1]. La première mention du toponyme se trouve dans un acte de donation de Lothaire II, à sa femme Thieteberge, en 867 d'une villa burgonde, Ariacum[1],[3].

Du douaire de Thieteberge, Héry passe à l'abbaye de Tournus[1]. La famille noble de Cuenon possède des biens dans la paroisse vers le XIVe siècle[1].

En 1836, la nouvelle église dédiée à Notre-Dame-de-la-Nativité est édifiée par l'architecte Tuphy[1].

Au lendemain de l'Annexion de la Savoie à la France, le décret du transfert la commune du canton d'Albens au nouveau canton d'Alby[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Héry-sur-Alby appartient au canton de Rumilly, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 29 communes[5]. Avant ce redécoupage, la commune appartenait au canton d'Alby-sur-Chéran, dont Alby-sur-Chéran était le chef-lieu.

La commune appartient au Grand Annecy depuis le et qui remplace la communauté de communes du Pays d'Alby-sur-Chéran, créée en 1993[6] et qui fait suite à différents syndicats communaux (Syndicat Intercommunal pour le Développement Economique du Canton d'Alby, Syndicat Intercommunal pour l'Equipement Scolaire du Canton d'Alby, Syndicat Intercommunal pour le Ramassage des Elèves du Canton d'Alby). On retrouve ainsi les onze communes de l'ancien canton d'Alby-sur-Chéran.

Héry-sur-Alby relève de l'arrondissement d'Annecy et de la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2001 Fernand Peilloud DVD  
2001 2014 Jean-Louis Dubois DVD  
2014 En cours Jacques Archinard DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Hérigeois. Le site sabaudia.org donne l'expression Hérissois[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2017, la commune comptait 975 habitants[Note 1], en augmentation de 7,5 % par rapport à 2012 (Haute-Savoie : +6,72 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
478474452546702756751755767
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
797777740765711702639630650
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
550554509486451423380339339
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017 - -
403471709816901893975--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc.

Évènements et manifestations[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'Alibi, pub et restaurant.

Exploitation des forêts, culture et élevage ont depuis toujours occupé les habitants du territoire. Aujourd'hui, une partie des habitants travaillent sur Annecy et Aix-les-Bains et dans les zones artisanales et commerciales proches.

La commune a tout de même une petite activité économique :

  • 10 exploitations agricoles sont établies sur la commune. Une ferme vend sa production de fromage ;
  • des artisans sont installés à Héry-sur-Alby : menuisier, tourneur sur bois, potier... ;
  • un café-restaurant, l'Alibi, qui propose également une petite épicerie et un dépôt de pain, est très dynamique sur la commune ;
  • un FAM, foyer d'accueil médicalisé, ouvert en 2013, accueille des personnes en situation de handicap ;
  • un centre équestre.

Équipements[modifier | modifier le code]

Bâtiment de l'ancienne mairie d'Héry-sur-Alby, où est installée aujourd'hui la bibliothèque.JPG
  • La nouvelle école a été inaugurée en 2005 par Simone Veil.
  • Salle des fêtes modulable.
  • Terrain de sports.
  • Bibliothèque et salle informatique.
  • École de musique.
  • 13 logements aidés ont été construits en 2005, 15 autres logements sociaux sont prévus pour 2013.
  • Le centre équestre Les Cyclamens.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité : agrandie et reconstruite en 1836 par l'architecte annécien Camille Ruphy dans le style néo-classique[11]. Son clocher du XVIIIe siècle a été doté d’un beffroi en 1876.
  • Moulin Janin construit vers la fin du XVIIIe siècle, près de la rivière Chéran, il fut en activité jusque dans les années 1950. Une passerelle qui a disparu après la fermeture du moulin, permettait aux habitants d'Héry et de Mûres d’y venir moudre leur grain. Bâtiment important, il est aujourd'hui propriété du Grand Annecy.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Gaime, natif d'Héry-sur-Alby, précepteur des enfants du comte de Mellarède (ministre du duc Victor Amédée II de Savoie, puis professeur de français à l'Académie des nobles de Turin (1738-45), où il rencontra dans la capitale piémontaise le jeune Jean-Jacques Rousseau qu'il prit en affection. L'écrivain fera de l'abbé Gaime le modèle de son vicaire savoyard, dans son ouvrage Émile, ou De l'éducation paru en 1726. Le personnage du vicaire savoyard permit à Rousseau de donner son avis sur la façon d'éduquer les jeunes gens aux questions religieuses[12].

Divers[modifier | modifier le code]

La commune abrite deux très rares lieux de reproduction du petit rhinolophe, une très rare minuscule chauve-souris. Il a été observé en 2015 une colonie de 30 individus et une autre de 150.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Héry-sur-Alby Blason
Tranché d'argent et de gueules à une vache de l'un en l'autre, accompagnée en chef d'une étoile de la Nativité d'argent et en pointe d'une hache de bûcheron de gueules, accostée d'une houe contournée du même[13].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Histoire des communes savoyardes, 1981, p. 241.
  2. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne), p. 29, acte no 95, .
  4. a et b « Héry-sur-Alby », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2020), Ressources - Les communes.
  5. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en octobre 2014).
  6. « Les 11 communes membres de la Communauté de Communes du Pays d'Alby » (consulté le 15 mars 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, Montmélian, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (ISBN 978-2-84206-374-0, lire en ligne), p. 363.
  12. 2012, année Rousseau en Rhône-Alpes
  13. http://blasonsdefrance.free.fr/departements/74.htm