Chainaz-les-Frasses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chainaz-les-Frasses
Chainaz-les-Frasses
Le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Annecy
Maire
Mandat
Gilles Viviant
2020-2026
Code postal 74540
Code commune 74054
Démographie
Population
municipale
746 hab. (2018 en augmentation de 20,13 % par rapport à 2013)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 26″ nord, 5° 59′ 46″ est
Altitude Min. 420 m
Max. 725 m
Superficie 5,57 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Annecy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rumilly
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Chainaz-les-Frasses
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Chainaz-les-Frasses
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chainaz-les-Frasses
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chainaz-les-Frasses
Liens
Site web chainaz-les-frasses.fr

Chainaz-les-Frasses (se prononce Chaina-les-Frasses[1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie du pays de l'Albanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Félix Rose des vents
Entrelacs (Savoie) N Héry-sur-Alby
O    Chainaz-les-Frasses    E
S
Saint-Ours (Savoie) Cusy

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chainaz-les-Frasses est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Annecy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (86,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (72,3 %), prairies (14,7 %), forêts (13 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chainaz veut dire « chênes » en raison d'une petite colline plantée de chênes et Les Frasses « frênes » en occitan. Chainaz vient du gaulois cassanos, "chêne"[8] ; Frasse du latin fraxinus, "frêne".

La commune se dit, en francoprovençal, Shènâ (graphie de Conflans) ou Chèna-les-Frasses (ORB)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créée en 1865 par le regroupement de deux anciennes communes : Chainaz et Les Frasses au nord-ouest, une autre petite commune comprenant deux villages : Les Frasses-d'en-haut et Les Frasses-d'en-bas.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Chainaz-les-Frasses relève de l'arrondissement d'Annecy et, avant la réforme territoriale de 2014, du canton d'Alby-sur-Chéran, dont Alby-sur-Chéran était le chef-lieu.

La commune appartient depuis le au Grand Annecy qui remplace la communauté de communes du pays d'Alby-sur-Chéran, créée en 1993[10] et qui fait suite à différents syndicats communaux (syndicat intercommunal pour le développement économique du canton d'Alby, syndicat intercommunal pour l'équipement scolaire du canton d'Alby, syndicat intercommunal pour le ramassage des élèves du canton d'Alby). On retrouve ainsi les onze communes de l'ancien canton d'Alby-sur-Chéran.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Depuis le redécoupage cantonal de 2014, la commune appartient au canton de Rumilly, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 29 communes[11]. La commune relève de la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1983 Gaston Chabert    
1983 2001 Robert Bouvier    
mars 2001 mars 2014 Georges Dupassieux    
mars 2014 En cours
(au 30 avril 2014)
Gilles Viviant    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2018, la commune comptait 746 habitants[Note 3], en augmentation de 20,13 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
253250235218336339311317477
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
519504463468459453450434427
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
367328300303281228232234211
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018 -
260395518578586619728746-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans, la municipalité et le comité des fêtes organisent :

  • janvier : soirée choucroute-belote (organisée par l'école primaire) ;
  • février : carnaval (avec l'incendie de Monsieur Carnaval) ;
  • soir du 13 juillet : Soupe Campagnarde, suivie d'un bal et d'un feu d'artifice (organisé par le Comité des fêtes) ;
  • 15 août : vogue (fête du village) suivie d'un bal ;
  • septembre : Chaina'zik Festival ;
  • Noël : spectacle, goûter et visite du père Noël.

Nombreux autres rendez vous culturels et musicaux : représentations de théâtre, concerts (autant classiques que concerts de jeunes groupes de la région en devenir).

Sports[modifier | modifier le code]

  • Football-club de Chainaz-les-Frasses : fondé par Fernand Tavernier, le club évolua en 2e division régionale dans les années 1980-1990, présidé pendant toutes ces années par Jean-Pierre Perron.

En 2002, le club est mis en sommeil pour manque d'effectif. Puis en 2011, un petit groupe d'amis a reformé le club qui connut son premier changement de président avec Pierre-Loïc Grosjean. Avec près de 30 licenciés, ils évolueront de nouveau en 2e série pour la saison 2013-2014. Le club est toujours actif.

  • De 1964 à 2006 fonctionna un remonte-pente-téléski de fabrication locale qui permit aux enfants des écoles de skier sur les herbages du Grand-Bois de 4 à 6 semaines par hiver.

Économie[modifier | modifier le code]

Exploitation des forêts, culture et élevage ont depuis toujours occupé les habitants du territoire.

Au XIXe siècle, beaucoup rejoignaient les Savoyards de Paris pour travailler comme valets ou femmes de ménage dans les hôtels.

En 1940 est créée une première coopérative agricole d'approvisionnement avec achats de tronçonneuses et matériels divers.

Aujourd'hui, une partie des habitants travaillent à Annecy et Aix-les-Bains et dans les zones artisanales et commerciales proches.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église placée sous le patronage de Notre-Dame-de-la-Visitation. Le nouvel édifice, de style néoroman, est construit en 1722, puis il a été remanié selon les plans de l'architecte Camille Ruphy, entre 1866 et 1870. En réalité, seul l'extérieur appartient au style néoroman, tandis que l'intérieur se rattache au style néogothique[16]. L'église a été construite sur l'emplacement des ruines de la chapelle du château de Fésigny. Elle s'est embellie en 1945 d'une fresque peinte sur les murs du chœur, représentant saint François de Sales apportant un message de paix. Des habitants du village ont servi de modèles.
  • Four à pain.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Les patoisants de Chainaz les Frasses maintiennent autour de Fernand Tavernier la flamme de la langue francoprovençale pour la sauvegarder et la promouvoir. Les Balouriens, groupe de théâtre en patois, montent chaque année une pièce nouvelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 215-217, « Le canton d'Alby-sur-Chéran », p. 232 « Chainaz-les-Frasses ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe, Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Annecy », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. Henriette Walter, L'aventure des mots français venus d'ailleurs, Robert Laffont, p. 44.
  9. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  10. « Les 11 communes membres de la Communauté de Communes du Pays d'Alby » (consulté le ).
  11. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 251 p. (ISBN 978-2-84206-272-9, lire en ligne), p. 74.