Argonay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Argonay
Vue de l'entrée principale d'Argonay.
Vue de l'entrée principale d'Argonay.
Blason de Argonay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Annecy-le-Vieux
Intercommunalité Grand Annecy
Maire
Mandat
Gilles François
2014-2020
Code postal 74370
Code commune 74019
Démographie
Gentilé Argonautes
Population
municipale
2 639 hab. (2014)
Densité 511 hab./km2
Population
aire urbaine
225 173 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 46″ nord, 6° 08′ 28″ est
Altitude Min. 450 m – Max. 738 m
Superficie 5,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Argonay

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Argonay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Argonay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Argonay
Liens
Site web argonay.fr

Argonay est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

...

Situation[modifier | modifier le code]

  • Surface communale : 516 hectares dont 80 hectares de forêt.
  • Altitudes : altitude moyenne 545 m, 525 m au chef-lieu, avec une minimale de 450 m au niveau du Fier et une maximale de 738 m au lieu-dit la Vouettaz.

La commune est située au confluent des rivières du Fier et de son affluent, la Fillière. Elle se situe à 5 km au nord d'Annecy, près de la route nationale allant vers La Roche-sur-Foron, Annemasse et Genève.

Les communes limitrophes sont Annecy (Annecy-le-Vieux, Pringy), Val Glières (Saint-Martin-Bellevue) et Villaz.

Transport[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

  • la RN 203 section Annecy - La Roche-sur-Foron ;
  • l'autoroute A41, sortie « Annecy Nord » (3 km) ;
  • les TGV ou TER dans les gares de Argonay, Annecy (5 km) ou La Roche-sur-Foron (26 km) ;
  • l'aéroport international de Genève-Cointrin (43 km) ou aéroport régional d'Annecy (6 km) ;
  • la ligne régulière de bus (9) au départ de la gare d'Annecy (une quinzaine d'A/R par jour ouvrable). Elle ne dessert pas encore le territoire de la commune à l'est de la clinique d'Argonay.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Argoné, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

D'abord propriété des seigneurs de Monthoux, elle passa aux comtes, puis aux ducs de Savoie. Nonobstant quelques intrusions françaises, elle connut une existence paisible jusqu'à nos jours.

Le concordat de 1801 annexa la paroisse d'Argonay à celle de Pringy, sa voisine. En février 1879, un ouragan déracina 283 arbres de la commune et fit beaucoup de dégâts. La guerre de 1914-1918 coûta la vie à 18 hommes de la commune.

Depuis ses origines, la population resta stable, entre 140 et 300 habitants, occupés aux activités agricoles. En 1960, trente-cinq exploitations agricoles portaient encore leur lait à la fruitière de la Chauffaz. En 2002, il ne restait plus qu'un seul agriculteur résidant sur la commune.

Le changement commença à se faire, à partir de 1963, lorsque la commune accueillit la nouvelle usine de Dassault Aviation (plus de 500 salariés). D'autres entreprises suivirent avec Wirth et Gruffat (machines-outils, 82 salariés), la Société nouvelle de Roulements, la Figel (agro-alimentaire, 150 salariés) et la Maped (ciseaux, fournitures scolaires et de bureau, 180 salariés), mais aussi de nombreuses entreprises artisanales.

Le petit village commença à profiter d'une importante prospérité et accueillit des centaines de nouveaux habitants, de 437 habitants en 1954, la commune passa à 1 886 habitants au recensement de 1999. En 2002, il y a autant d'emplois que d'habitants.

En 1971, Argonnex change de nom et devient Argonay.

En mars 1993, s'est installé à Argonay le siège de l'O.M.S.L.I, plus précisément allée des Symphorines, où se tiennent des réunions des membres de l'organisation ainsi que des expositions temporaires.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires d'Argonay[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Gilles François Cap21 puis LRC - Cap21  
2001
2008
André Pellarin DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec : Drapeau de la France Château-l'Évêque (France) depuis 1997.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 488 lits touristiques répartis dans 17 structures[Note 1], dont 9 meublés et 3 hôtels[2].

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Argonay sont appelés les Argonautes[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 2 639 habitants, en augmentation de 8,2 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
209 116 242 119 189 205 195 190 338
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
364 331 353 336 326 314 298 312 280
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
274 258 284 327 346 437 517 751 968
1982 1990 1999 2008 2013 2014 - - -
1 054 1 520 1 886 2 216 2 645 2 639 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sport[modifier | modifier le code]

Argonay possède deux terrains de foot. Le stade Robert-Zapelli accueille les matchs de l'US Argonay qui évolue en cette saison 2016-2017 en promotion excellence du district Haute-Savoie-Pays de Gex (poule B).

Équipements[modifier | modifier le code]

La clinique d'Argonay.
  • Écoles et lycée
    • en 1953, une école élémentaire nouvelle avait été construite ;
    • en 1983, le lycée polyvalent Louis-Lachenal ouvre ses portes ;
    • en 1974, ce fut une école maternelle, remplacée en 1993 ;
    • et en 1994, c'est l'ouverture d'une crèche-garderie.
  • 1 clinique, la clinique du Lac et d'Argonay, communément appelée clinique d'Argonay.
  • 1 bibliothèque.
  • 2 terrains de football et 5 courts de tennis.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château du Barrioz.
  • Château du Barrioz[8] : XIVe siècle. Il fut la possession des familles de : Monthouz, Monthouz du Barrioz, Flocard de Mépieu, Sales et de Billy.
  • Église Saint-Christophe, édifiée au XVe siècle, détruit par un incendie au siècle suivant, remaniée aux XVIIe et XVIIIe siècles[9],[10]. Nombreux objets classés (calice, statue, peinture et mobilier[11]).

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Argonay

Les armes d'Argonay se blasonnent ainsi : De gueules au chevron d'or.

  • Le gueules du champ évoque la prouesse, l'or symbolise la noblesse.
  • Cet écusson appartenait à l'origine à la famille De Monthoux du château d'Argonay. Depuis la fin du XIIe siècle, les Monthoux sont certainement une des plus anciennes et des plus relevées maisons du Genevois. L'original se trouve dans la salle des mariages de la mairie. Il a été donné à la Commune en 1954 par le dernier descendant de la famille, monsieur Victor Varenard de Billy qui résidait au château du Barioz.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 21-25, « Les cantons d'Annecy - Annecy-le-Vieux - Seynod », pp. 131-133 « Argonay ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[2].
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  3. « Argonay », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 29 novembre 2015), Ressources - Les communes.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Cabèdita, , 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 28.
  9. Observatoire du Patrimoine Religieux, « Eglise St Christophe », sur www.patrimoine-religieux.fr, Bayard Service Web.
  10. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4, lire en ligne), p. 35.
  11. « Œuvres mobilières à Argonay », base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).