Chapeiry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapeiry
Vue générale.
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Rumilly
Intercommunalité Grand Annecy
Maire
Mandat
Gilles Ardin
2014-2020
Code postal 74540
Code commune 74061
Démographie
Gentilé Chapériens
Population
municipale
779 hab. (2014)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 43″ nord, 6° 02′ 15″ est
Altitude Min. 420 m – Max. 725 m
Superficie 5,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Chapeiry

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Chapeiry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chapeiry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chapeiry

Chapeiry est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie du pays de l'Albanais et du canton de Rumilly.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Marcellaz-Albanais Montagny-les-Lanches Rose des vents
Saint-Sylvestre N Annecy (Seynod)
O    Chapeiry    E
S
Alby-sur-Chéran Viuz-la-Chiésaz

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme de Chapeiry ou Chapery dérive d'un nom de domaine gallo-romain, *Cappariacum[1]. Selon Henry Suter, le nom provient d'un gentilice Capparius auquel est associé le suffixe -acum[1]. Le nom correspond peut être du métier de fabricant de chapes[1], qui sont d'amples manteaux.

Au XIVe siècle, on mentionne la Cura de Chapeyrie, puis Chappeirie au XVIe siècle[1]. On trouve également au cours des siècles suivants les formes de Chapéry et Chapairy[2].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Shapéri, selon la graphie de Conflans[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Chapeiry fut unie à celle de Montagny-les-Lanches jusqu'en 1596 et de 1803 à 1872.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, la commune fait partie de l'arrondissement d'Annecy et avant la réforme territoriale de 2014, faisait partie du canton d'Alby-sur-Chéran, dont Alby-sur-Chéran était le chef-lieu. La commune appartient depuis le au Grand Annecy qui remplace la communauté de communes du Pays d'Alby-sur-Chéran, créée en 1993[4] et qui fait suite à différents syndicats communaux (syndicat intercommunal pour le développement économique du canton d'Alby, syndicat intercommunal pour l'équipement scolaire du canton d'Alby, syndicat intercommunal pour le ramassage des élèves du canton d'Alby). On retrouve ainsi les onze communes de l'ancien canton d'Ably-sur-Chéran.

Du point de vue électoral, la commune fait partie de la deuxième circonscription de la Haute-Savoie et, depuis la réforme territoriale de 2014, du canton de Rumilly qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 29 communes[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1946 mars 1989 François Delallée    
mars 1989 mars 2001 Hubert Lyonnaz-Perroux    
mars 2001 mars 2014 Roland Dalex    
avril 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Gilles Ardin    

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Chapériens[2]. On parlait autrefois de « Lo pro Coué » (Les poires cuites, en patois local) pour désigner les habitants du village.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 779 habitants, en augmentation de 1,04 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
143 191 224 231 307 296 288 314 318
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
345 339 335 353 347 345 305 300 290
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
268 290 280 281 246 238 261 256 304
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
397 543 597 732 779 779 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • La fruitière de Chapeiry a produit de la tomme de Savoie jusqu'en juin 2009. À la fin du XXe siècle, les fruitières (fromageries coopératives) de la région ont, soit fermé, soit été vendues à des entrepreneurs privés. Celle de Chapeiry a été acquise par la Fromagerie Masson, propriétaire de deux autres fromageries de la région (Saint-Offenge et Juvigny). Elle a été modernisée en 1996-1997 pour se conformer à de nouvelles normes européennes qui ont contraint à la fermeture plusieurs fruitières des environs, dont celle, voisine, de Montagny. La fromagerie de Chapeiry couvrait plusieurs communes. Depuis sa fermeture, le lait est transporté quotidiennement à la fromagerie de Beaumont (près de Saint-Julien-en-Genevois) exclusivement réservée à la fabrication de la tomme de Savoie.

Événements[modifier | modifier le code]

Associations.

Bibliothèque « Au Coin du Livre ». Horaires d'ouverture : mardi, 9 h-11 h ; mercredi, 10 h 30-11 h 30 ; vendredi, 16 h-17 h 30 ; samedi, 14 h-15 h 30. Fermeture d'été du 14 juillet au 15 août.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Chapeiry.
  • L'église Saint-Martin, d'origine carolingienne possède un clocher latéral XIXe siècle, un chœur pré-roman avec voûte en tuf du XIIIe siècle, et des fonts baptismaux sculptés.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 215-217 , « Le canton d'Alby-sur-Chéran », p. 233 « Chapeiry ou Chapery ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d D'après Henry Suter, « Chapeiry », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 6 septembre 2015).
  2. a et b « Article « Cran-Gevrier » », sur le site des Archives départementales de la Savoie, savoie-archives.fr (consulté le 6 septembre 2015), p. La base de données des communes de Savoie.
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. « Les 11 communes membres de la Communauté de Communes du Pays d'Alby » (consulté le 15 mars 2015).
  5. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en octobre 2014).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).