Nâves-Parmelan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nâves-Parmelan
Nâves-Parmelan
Vue de Nâves-Parmelan en période hivernale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Intercommunalité Grand Annecy
Maire
Mandat
Christophe Poncet
2020-2026
Code postal 74370
Code commune 74198
Démographie
Gentilé Naverains
Population
municipale
1 006 hab. (2019 en augmentation de 6,46 % par rapport à 2013)
Densité 187 hab./km2
Population
agglomération
19 951 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 05″ nord, 6° 11′ 25″ est
Altitude Min. 480 m
Max. 1 281 m
Superficie 5,39 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Fillière
(banlieue)
Aire d'attraction Annecy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Annecy-3
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Nâves-Parmelan
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Nâves-Parmelan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nâves-Parmelan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nâves-Parmelan
Liens
Site web navesparmelan.com

Nâves-Parmelan est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur une terrasse du dépôt morainique glaciaire, à 640 m d’altitude, le territoire communal s’étend sur 539 hectares du sommet du mont La Cha, à 1 281 m, aux rives du Fier à 480 m d’altitude. Orienté sud-ouest, il bénéficie d’une exposition intéressante, ensoleillé jusqu’au soir, quand le soleil se couche derrière la dent du Chat.

Le paysage environnant va du Parmelan, auquel le nom de la commune fait référence, le mont La Cha, les Dents de Lanfon, le mont Veyrier, la plaine Annecy-Seynod-Albanais. Du haut du Parmelan, on embrasse la chaine du Mont-Blanc.

Pour éviter les confusions postales avec Naves Savoie, et pour marquer l’attachement à son terroir le conseil municipal obtient, en 1932, d’ajouter à sa dénomination le nom du Parmelan, sommet qui le domine, mais dont le point culminant se trouve sur la commune voisine de Dingy-Saint-Clair.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villaz Rose des vents
N
O    Nâves-Parmelan    E
S
Annecy (Annecy-le-Vieux) Dingy-Saint-Clair

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nâves-Parmelan est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Fillière, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[4] et 19 951 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Annecy dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (51 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (51,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (51 %), prairies (21,7 %), zones agricoles hétérogènes (17,9 %), zones urbanisées (9,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1]. La commune, relevant des États de Savoie au XVIIIe siècle, est également mentionnée sur la mappe sarde (1730)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune de Nâves devient Nâves-Parmelan par décret du [11]. En France, sept communes portent le nom de Naves, l’étymologie de Naves peut signifier plateau habité ou plus généralement vallée, petite dépression[12]. Toutefois la forme latine "e navarum" que l'on trouve dans de nombreux actes médiévaux doit laisser à supposer que le toponyme originel a dut être non pas "Nâves" mais bien "les Nâves".[réf. nécessaire]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Nâve, selon la graphie de Conflans[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Période antique[modifier | modifier le code]

La découverte fortuite de deux monnaies romaines, dont un denier identifié comme datant du règne de Philippe l'Arabe, (244-249 après JC), ainsi qu'un trésor de "minissimi" du Bas-Empire romain découvert dans le cimetière communal longtemps avant la destruction de l'ancienne église paroissiale, outre encore la découverte de tombes de l’époque burgonde, (étudiées en leur temps par Charles Marteaux), font remonter le peuplement du village aux tout premiers siècles de notre ère. On suppose qu'à cette époque, le village est établi à l’écart de la voie romaine qui relie le camp romain de Dingy-Saint-Clair au domaine agricole de Villaz, siège d’une Villa romaine.

Période médiévale[modifier | modifier le code]

On ne connait que peu de choses de l'histoire du village au Moyen Âge si ce n'est qu'il releva très tôt des fiefs des seigneurs de Menthon. Ces seigneurs y entretiennent un châtelain pour gérer leurs affaires ainsi qu'un meunier sur lequel ils perçoivent des droits et l'on y rend régulièrement la justice au banc du droit installé près de l'ancienne entrée du cimetière, lieu-dit encore actuellement "la Cour". Quoique la commune fut alors probablement fort modeste en nombre d'habitants, les archives trahissent l'existence d'une étude notariale dès le milieu du XIII° siècle, étude qui se survivra jusqu'aux réformes administratives du début du XVIII° siècle. On sait d'autre part par ces mêmes archives que la vigne est alors une des richesses de la commune et que le vin jouit d'une bonne réputation puisqu'exporté jusqu'à la table de l'évêque à Genève. Le dénichage de jeunes faucons vendus à des maîtres fauconniers français constitue pour toute cette période une autre source de revenus non négligeable pour les habitants les plus hardis.

La commune compte, en 1561, 335 habitants, 234 vaches, 215 chèvres, 148 moutons et un cheval ![14] .

La commune voit naître le 19 septembre 1728 le jeune Jacques Pignarre, futur prêtre agronome que l'historiographie qualifiera de "Parmentier savoyard" tant il œuvra pour la popularisation de la consommation humaine de la pomme de terre dans la région.

En 1756, la commune ne compte plus que 194 habitants lorsque l'administration sarde dépêche ses enquêteurs pour établir un état statistique de la région après l'occupation du pays par les troupes espagnoles.

La paroisse rachète une partie des droits féodaux qui pèsent sur ses épaules par deux actes notariés des 29 décembre 1790 et 3 janvier 1791. L'entrée des Français en Savoie l'année suivante viendra opportunément libérer les finances communales d'une charge qu'elles auraient probablement eu beaucoup de mal à assumer.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

La Révolution française n'a pas laissé de trace particulièrement remarquable dans la commune : les habitants semblent avoir été assez passifs face aux nouveaux venus français quoiqu'il leurs fut reproché par certains ultras de la ville d'avoir été "trop malheureusement et perfidement éloignés de la Révolution" par "la malveillance sacerdotale". Des frictions apparaîtront avec la chute du régime et l'arrivée des occupants autrichiens. Le maire de l'époque, Jean-Pierre Panisset, est alors dénoncé par quelques-uns de ses concitoyens pour sa soi-disant mauvaise gestion des subsides militaires perçus dans la commune au profit des nouveaux occupants, ce qui lui vaudra d'être remercié par les nouvelles autorités sardes. Cette disgrâce sera de courte durée puisqu'il revient à la tête des affaires communales dès 1821.

Dans la nuit du 17 au 18 mars 1841, le feu prend du côté de la cure; le temps est à la bise et le feu s'étend rapidement aux bâtiments voisins : 16 maisons sont détruites et autant de familles jetées à la rue[15].

Signalons encore la nomination du premier pédon, (facteur), le 6 janvier 1838, la création d'une école de garçons, le 6 mai 1852, et d'une école de filles, le 19 novembre 1854 [15] ou l'installation d'un premier moulin moderne "Chez le Deniard", par patentes royales du 25 juin 1855[16].

En 1860, la Savoie gagne le giron français. Le nouveau conseil municipal, sous la direction du premier maire Nicolas Verjus, précédemment syndic sous l’administration sarde, sollicite la générosité impériale de Napoléon III, pour reconstruire le pont sur le Fier, qui menace ruine, l’église trop petite et qui branle quand sonnent les cloches qui y sont suspendues et une mairie digne de ce nom, vu que le conseil se réunit dans l’école des garçons et que la sauvegarde des archives municipales n’est pas assurée. Ces projets aboutissent très rapidement : les travaux de la nouvelle mairie sont lancés dès 1861, ceux de la nouvelle église en 1862 et le nouveau pont en pierre s'esquisse à partir de 1863. Le conseil municipal décide de l'implantation de nouvelles fontaines en ciment en 1889, (les anciens bassins étaient en bois) et une fromagerie se crée dans la commune en 1901. Le téléphone arrive en 1905 et un bureau de poste est inauguré en 1910. L'arrivée de la "fée électricité" est approuvée par décision du conseil municipal en date du 26 mai 1922[15].

Comme partout en France, pendant la Première Guerre mondiale, la mobilisation et les réquisitions de toutes sortes, viande, matériel, affecte lourdement le village. Malheureusement, 11 de ses jeunes hommes ne reviendront pas : Jean-Marie Verjus, Marcel Verjus, Auguste Faure, Auguste Davier, François Panisset, Jean-Marie Sandre, Alphonse Jourdan, Émile Panisset et Henri Castex. Le monument aux morts est érigé au centre du village, à leur mémoire, (monument inauguré le 29 mai 1921).

La commune, jusqu'alors baptisée Nâves, devient par décret présidentiel du 10 janvier 1935, Nâves-Parmelan pour la différencier notamment de Grand-Nâves et Petit-Nâves en Savoie[15].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre 1939-1945, un groupe de FTP se constitue, qui rejoindra la compagnie « Le Chamois » de Thorens. Une section de républicains espagnols s’installe au chalet du Clu, dans l’attente d’un parachutage sur le Parmelan. En mars 1944, conséquence du bouclage du plateau des Glières, le village est occupé par un détachement allemand qui réussit à prendre en embuscade, à ce même chalet du Clu, un groupe de résistants cherchant à rejoindre Annecy, dans lequel se trouve le capitaine Anjot, qui avait pris le commandement de Glières, après la mort de son premier chef, le lieutenant Tom Morel. Derrière son curé, le village, sous le nez des allemands, donnera une sépulture décente aux six soldats dans le cimetière communal. Ils seront ensuite transférés à la Nécropole nationale des Glières (Thônes). Un seul réchappera de l'embuscade, Angel Gomez, qui comme la plupart des rescapés de Glières participera ensuite au parachutage du 1er août et à la libération d'Annecy et de la Haute-Savoie, le 19 août 1944.

Une stèle honore la mémoire du capitaine Maurice Anjot, du lieutenant Lambert Dancet, du sergent Louis Vitipon, tous trois du 27e Bataillon de chasseurs alpins, et de trois républicains espagnols, Florian Andujar, Manuel Corps, Antonio Perez. Chaque année, le 4e samedi du mois de mars une chaleureuse cérémonie commémore leur sacrifice Une fois les Allemands partis, c'est un détachement de la Milice qui fera passer un terrible Vendredi Saint (), plusieurs hommes seront arrêtés pour être tabassés et interrogés. Envoyé à Montluc, Pierre Sadaoui ne sera libéré qu’à la libération de Lyon. Camille Tournier, de Villaz, et M. Bloch, un juif réfugié à Naves, partiront en déportation, ils n’en reviendront pas[17].

En 1945, Pierre Raimondo, engagé dans l’armée de libération sera tué à Kingersheim (68).

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2015, un projet de fusion des communes de la communauté de communes du pays de la Fillière est soumis à un référendum[18],[19]. L'objectif est de créer une commune suffisant forte avant la fusion de la CCPF en 2017 avec la communauté de l'agglomération d'Annecy au sein du Grand Annecy.

Un référendum a été tenu le sur l'ensemble des communes de la CCPF pour décider de la création d'une commune nouvelle sur les bases de la communauté de communes, pour ensuite intégrer la communauté de l'agglomération annécienne[20]. À la suite de ce référendum, la proposition de fusion est stoppée[20].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1860 ... Nicolas Verjus républicain ...
1875 ... Nicolas Panisset ... ...
1876 ... François Velluz ... ...
1876 ... Nicolas Verjus ... ...
1895 ... Nicolas Ballansat ... ...
1919 ... Eugène Panisset ... ...
1935 ... Joseph Eminet ... ...
1944 ... Jean-Marie Panisset ... ...
1947 ... Louis Paulme ... agriculteur
1983 ... Pierre Panisset ... professeur
1992 ... Gérard Eminet ... facteur
1995 ... Denis Freret ... chef d'entreprise
mars 2001 octobre 2011 André Rezvoy ... informaticien
octobre 2011 avril 2018 Luc Émin ... chauffeur routier
juin 2018[21] En cours
(au 18 juin 2018)
Christophe Poncet ...  

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Naveraines et les Naverains. Le sobriquet en patois des habitants était Beveux de l'na (les buveurs de lunes), au XIXe siècle[22].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2019, la commune comptait 1 006 habitants[Note 3], en augmentation de 6,46 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +7,33 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
281251299306416495430430461
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
476486442402369334331320315
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
265253244255257294268270359
1982 1990 1999 2006 2011 2016 2019 - -
5207198628689379751 006--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Eugènd de Nâves-Parmelan est dédiée à Oyand de Condat, l'un des « saints Pères du Jura ». L'ancienne église se situait au centre du cimetière actuel[27]. Une croix de plusieurs mètres de haut signale encore actuellement l'emplacement du chœur de cet ancien édifice, rasé après 1860. La fête du saint patron, début janvier, a été longtemps l'occasion d'une vogue dont la date fut déplacée en 1908 au 2° dimanche après la , (vogue tombée en désuétude à la fin des années 1960)[28]. La nouvelle église est construite dans un style néogothique au XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Pignarre (1738), natif de la commune, prêtre, émigré à Lausanne durant la Révolution, puis emprisonné, agronome, à l'origine de la popularisation de la pomme de terre en Savoie[29].
  • Maurice Anjot, capitaine du 27e BCA, commandant le bataillon des Glières après la mort du lieutenant Tom Morel. Il tient tête à l'encerclement du plateau des Glières par l'armée allemande et la milice française. Il ordonne le décrochage qui permet de sauver de nombreux maquisards, et la reprise de la lutte jusqu'à la libération d'Annecy et département le 19 août 1944.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Fillière », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Annecy », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. Archives départementales de la Haute-Savoie, série C., consultable en ligne sur le site des A.D. 74
  11. Délibération du Conseil municipal de Nâves-Parmelan (1986), d'après une source latine qualifiant les habitants de la commune de "Naverini"[réf. à confirmer]
  12. Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 318..
  13. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 13
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  14. Recensement pour l'établissement de la Gabelle, A.D.73, SA 1953
  15. a b c et d Archives communales de Nâves-Parmelan
  16. Archives départementales de Haute-Savoie, Tabellion sarde du bureau d'Annecy, 1855.
  17. Pour en savoir plus voir les livres de Michel Germain et Claude Antoine.
  18. « Commune nouvelle Fillière
  19. Fusion des villages et petites intercommunalités: économies en vue ou perte d'identité?  », BFM TV, 9 octobre 2015, Philippe Gril
  20. a et b La Rédaction, « La fusion des neuf communes du Pays de Fillière ne se fera pas », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  21. Nâves-Parmelan: Christophe Poncet élu maire sur lessorsavoyard.fr (consulté le 18 juin 2018)
  22. François Miquet, Sobriquets patois et dictons des communes et hameaux de l'ancien genevois et des localités limitrophes, Annecy, , 27 p. (lire en ligne), p. 16-17.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. [PDF] Paroisse de Pringy : Paroisse Saint-Marc du Parmelan, « Communautés constituant la paroisse », sur www.diocese-annecy.fr, (consulté en ).
  28. L'Industriel Savoisien
  29. Jules Philippe, Manuel biographique de la Haute-Savoie et de la Savoie, Annecy, J. Dépollier, , 123 p. (lire en ligne), p. 16. Le terme "d'introduction" de la pomme de terre en Savoie employé par ce vénérable auteur est impropre puisque les recherches du regretté Roger Devos, documentaliste aux A.D. 74 et spécialiste des Visitandines, ont montré que le tubercule était déjà consommé couramment dans ces communautés religieuses dans les toutes premières années du XVII° siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 21-25, « Les cantons d'Annecy - Annecy-le-Vieux - Seynod », p.178-179 « Nâves-Parmelan »..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :