Poisy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poisy
Vue du centre du chef-lieu de Poisy.
Vue du centre du chef-lieu de Poisy.
Blason de Poisy
Blason
Poisy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Annecy-1
Intercommunalité Grand Annecy
Maire
Mandat
Pierre Bruyère
2014-2020
Code postal 74330
Code commune 74213
Démographie
Gentilé Poisiliens
Population
municipale
7 368 hab. (2014)
Densité 650 hab./km2
Population
aire urbaine
225 173 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 18″ nord, 6° 03′ 44″ est
Altitude Min. 384 m
Max. 675 m
Superficie 11,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Poisy

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Poisy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poisy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poisy
Liens
Site web poisy.fr

Poisy est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie (74), en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Poisiliens. Les Poisiliens sont appelés aussi Renolyes (prononcé [r(ə).nwɑːly]), terme arpitan signifiant grenouilles, à cause des nombreux batraciens qui peuplaient le marais de Poisy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 5 km à l'ouest d'Annecy, sur un coteau en forme de grand balcon, surplombant Annecy et son lac.

  • Altitudes : 506 m, et 670 m à la montagne d'Age.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Poisy
Sillingy Sillingy Épagny-Metz-Tessy
Nonglard Poisy Annecy(Meythet)
Lovagny Chavanod Annecy (Cran-Gevrier)

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard en raison de la présence du Semnoz, du Mont Veyrier, mais également des Bauges et des Bornes. Cependant, les effets y sont quelque peu atténués en raison de la présence du lac qui tempère localement le bassin annécien, bien que les hivers restent froids en raison de l'altitude de la commune. La station de référence de Météo France, pour la ville de Poisy, se situe à une altitude de 458 mètres sur la commune de Meythet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune de Poisy est composée d'un village principal qui sert de chef-lieu, et de plusieurs hameaux.

Logement[modifier | modifier le code]

  • Une maison de retraite (MAPAD), nommée Les Ancolies.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom vient de la langue savoyarde : Poisiau, où l'on puise de l'eau.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Pouêzy, selon la graphie de Conflans[1].

Ses habitants sont appelés les Poisiliens[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le site de Poisy fut occupé très tôt, dès l'époque gallo-romaine. Les Romains construisirent aussi de larges routes empierrées pour desservir les villas (grands domaines ruraux) de Brassily, fondée par le général romain Brassilius, et de Marny, fondée par le Romain Mariniacus.

Les grandes invasions sont attestées par quatre groupes de tombes burgondes qui furent mises au jour de 1873 à 1950, dans le secteur de Vernod. Au XIXe siècle, un trésor burgonde du IIIe siècle a été trouvé comprenant une clochette en bronze, mais aussi des tuiles à rebord et des outils agricoles. Sous les dalles ont été trouvés des ossements et de nombreux petits objets et fragments. Dans ce même secteur, les Burgondes construisirent une petite église. Un autre trésor d'époque mérovingienne, daté de la fin du Ve siècle et début du VIe siècle, a été mis au jour dans la zone du marais, comprenant une boucle en cuivre et un très rare siège pliant en fer à croisillons droits incrustés de cuivre et damasquinés.

Au Moyen Âge, les moines investirent le site, apportant de nouvelles méthodes de travail, comme le labourage, et de nouvelles cultures (fèves, pois secs, blé, avoine, orge et froment), en complément de l'élevage traditionnel et de la chasse. Ils construisirent des bâtiments, les Maladières, pour y accueillir les malades (et une léproserie) et apporter leur aide aux nécessiteux. Dans un autre secteur, les Chenevières, ils cultivèrent le chanvre pour la confection des cordes, draps et habits, ils cultivèrent aussi l'œillette pour produire l'huile nécessaire aux lampes et à la table, et apprirent aux paysans, l'art et la manière, d'élever et soigner les abeilles, pour obtenir du miel et la cire nécessaire pour fabriquer les chandelles.

L'action des moines fut très bénéfique pour la commune, d'autant plus qu'ils donnèrent aux paysans et à leurs enfants la garantie de la jouissance des terres, en accordant des baux emphytéotiques, et au XIIe siècle, un prieuré fut construit à Poisy.

En 1404, par décision pontificale, le prieuré passa sous la dépendance des chanoines de l'abbaye d'Entremont-en-Bornes.

En avril 1645, l'abbé Marc-Antoine de Granery, de l'abbaye d'Entremont, prend possession du prieuré de Poisy, et de 1666 à 1672, il entreprend la restauration de cinq des bâtiments. Du prieuré il ne reste aujourd'hui que le clocher d'époque romane, et deux vitraux classés d'époque médiévale.

Poisy continua d'être une commune rurale, avec l'élevage comme principale activité, le lait était transformé en beurre et en fromages, pour être transportés et vendus à l'extérieur de la commune. En 1866, la commune avait 850 habitants, il fut fondé une coopérative fruitière-fromagère au chef-lieu, qui comprit plus de 100 sociétaires dans les années 1930-1950.

Après la Seconde Guerre mondiale, le déclin du lait s'amorça (-25 % en 1975), puis s'accéléra encore plus rapidement. La mutation économique et le dynamisme d'Annecy attirèrent les jeunes, et les paysans devinrent ouvriers ou employés. La fruitière ferma définitivement ses portes en 1996, et fut démolie pour permettre la construction d'un immeuble moderne l'Agora avec crèche et halte-garderie en 1999.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Poisy

Les armes de Poisy se blasonnent ainsi :

D'azur à la devise dentelée sur la partie haute, sommée d'un chateau donjonné de trois tours et en pointe de trois épis de blé arrachés, le tout d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune de Poisy appartient au canton d'Annecy-1, qui compte, selon le redécoupage cantonal de 2014, 9 communes et une fraction de la ville d'Annecy[3]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton d’Annecy-Nord-Ouest.

Elle appartient au Grand Annecy.

Poisy relève de l'arrondissement d'Annecy et de la première circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Bernard Accoyer (UMP) depuis les élections de 2012[4].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Pierre Bruyère UMP ...
2008 en cours Pierre Bruyère UMP ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 7 368 habitants, en augmentation de 13,11 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
544 477 508 550 714 780 827 800 850
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
824 822 768 752 723 679 670 650 680
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
647 629 629 633 683 838 1 155 1 717 2 407
1982 1990 1999 2007 2011 2014 - - -
2 902 4 316 5 487 6 310 6 851 7 368 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

  • Une école élémentaire ;
  • une école maternelle ;
  • une école primaire (maternelle + élémentaire) ;
  • une crèche-halte-garderie 1999 ;
  • un lycée privé agricole (ISETA) ;
  • une école de musique ;
  • un collège public ;
  • une maison de retraite.

Établissements spécialisés[modifier | modifier le code]

  • Le centre AFPA (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes) ;
  • le CFA Centre d'élevage de Poisy, pôle de formation des chambres d'agriculture de Rhône-Alpes, Jura et Saône-et-Loire depuis 1965.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La série télévisée Les Revenants, récompensée aux Emmy Awards 2013, a été tournée en 2012 essentiellement dans la ville de Poisy. Plusieurs scènes se déroulent dans la mairie du village, qui a été transformée en poste de gendarmerie lors du tournage. Ce lieu est ainsi un point clé de la série.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

  • Taxe d'habitation 2003 : 13,54 % - foncière bâtie 17,69 % - professionnelle 28,22 %.

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Poisy a perdu progressivement sa vocation rurale, pour se transformer en une banlieue résidentielle d'Annecy, avec ses belles maisons et ses beaux immeubles. Les quelques agriculteurs restants se sont regroupés en GAEC. De 838 habitants en 1954, la population est passée à 2 526 en 1975, à 4 565 en 1990 et à 6 750 prévus pour 2003.

Plus de 250 petites et moyennes entreprises, de l'industrie, du BTP, du commerce et des services, se sont installées dans les quatre sites d'activités économiques : Valparc, Parc du Calvi, Les champs de Beufan et le Pré de Séran. Elles emploient près d'un millier de personnes.

Parmi celles-ci, la PGM Précision fabricant des fusils de précision, et l'unité de béton prêt à l'emploi du groupe mexicain Cemex.

Culture[modifier | modifier le code]

Au centre de Poisy se trouve une école de musique organisant plusieurs activités dont des cours d'instrument, de solfège, d'éveil musical, de théâtre, mise à disposition de locaux de répétition pour des groupes de musiques actuelles. L'école de musique organise également des évènements tels que des auditions d'élèves, la fête de la musique ou encore des concerts de musiques actuelles où se produisent les groupes de l'école de musique. Il y a également une bibliothèque située juste à côté de l'école de musique.

Commerce[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la commune.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 21-25, « Les cantons d'Annecy - Annecy-le-Vieux - Seynod », p.182-183 « Poisy »..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 13
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. « Poisy », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 16 mars 2015), Ressources - Les communes.
  3. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté le 16 mars 2015).
  4. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Première circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, vol. 1, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4), p. 72.
  10. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).