Saint-Félix (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Félix.
Saint-Félix
Entrée à Saint-Félix et en Haute-Savoiepar l'ex-RN 201.
Entrée à Saint-Félix et en Haute-Savoie
par l'ex-RN 201.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Rumilly
Intercommunalité Grand Annecy
Maire
Mandat
Alain Bauquis (UMP)
2014-2020
Code postal 74540
Code commune 74233
Démographie
Population
municipale
2 407 hab. (2014)
Densité 365 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 06″ nord, 5° 58′ 23″ est
Altitude Min. 352 m – Max. 580 m
Superficie 6,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Saint-Félix

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Saint-Félix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Félix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Félix
Liens
Site web saint-felix74.com

Saint-Félix est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie du pays de l'Albanais et du canton d'Alby-sur-Chéran.

Ses habitants sont les Saint-Félixiens et les Saint-Félixiennes, en patois, ils sont surnommés « lô rognar » (les querelleurs)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Altitude au chef-lieu : 406 m.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bloye Marigny-Saint-Marcel Alby-sur-Chéran Rose des vents
Albens (Savoie) N Héry-sur-Alby
O    Saint-Félix    E
S
Entrelacs (Savoie) Chainaz-les-Frasses

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit San-Fli (graphie de Conflans) ou Sant-Felix (ORB)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Légende[modifier | modifier le code]

La Toutelaine était une jeune et belle fille du village, servante au château de Malagny, qui fut tuée sur l'ordre de la châtelaine car le seigneur en était tombé amoureux. Alors qu'elle était décapitée elle continua à demander « confesser, confesser ». Sa tête fut conservée longtemps dans l'église de Saint-Félix, mais depuis son fantôme hante le bois des Barbelauds. Elle fut aperçue pour la dernière fois il y a une cinquantaine d'années[3].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En juin 2001, la société fromagère Picon qui employait 500 personnes ferme définitivement ses portes privant les caisses de la commune de 400 000 euros de taxe professionnelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Saint-Félix appartient au canton de Rumilly, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 29 communes[4]. Avant ce redécoupage, la commune appartenait au canton d'Alby-sur-Chéran, dont Alby-sur-Chéran était le chef-lieu.

La commune appartient depuis le au Grand Annecy qui remplace la communauté de communes du Pays d'Alby-sur-Chéran, créée en 1993[5] et qui fait suite à différents syndicats communaux (syndicat intercommunal pour le développement économique du canton d'Alby, syndicat intercommunal pour l'équipement scolaire du canton d'Alby, syndicat intercommunal pour le ramassage des élèves du canton d'Alby). On retrouve ainsi les onze communes de l'ancien canton d'Ably-sur-Chéran.

Saint-Félix relève de l'arrondissement d'Annecy et de la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Georges Rigot ... ...
2008 en cours Alain Bauquis UMP ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 407 habitants, en augmentation de 14,02 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
481 486 537 608 846 865 848 844 901
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
893 940 907 918 908 901 809 862 849
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
812 798 770 793 796 860 950 1 080 1 190
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
1 224 1 356 1 617 2 017 2 224 2 407 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements[modifier | modifier le code]

  • La commune accueille 56 logements sociaux.

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Chaque dernier dimanche d'août est organisé une grande brocante, gérée par l'association « Saint-Félix notre village », qui draine entre 15 000 et 20 000 visiteurs.

Économie[modifier | modifier le code]

Exploitation des forêts, culture et élevage ont depuis toujours occupé les habitants du territoire. Aujourd'hui, une partie des habitants travaillent sur Annecy et Aix-les-Bains et dans les zones artisanales et commerciales proches.

À la fin du XIXe siècle existaient deux fruitières communales, Mermet et Picon, alimentées en lait par les nombreux agriculteurs des alentours. Progressivement, elles se spécialisent dans l'affinage des fromages. Les fromageries Picon commercialiseront le premier fromage fondu sous les marques « Mère Picon » et « Picon portion », fromage fondu pré-emballé. Elle produit aussi du fromage râpé, des soufflés et de la fondue savoyarde. Sa production est vendue en France et dans les pays du Proche-Orient, en particulier au Liban. L'usine emploiera jusqu'à 500 personnes. En 1968, l'usine est rachetée par le groupe Bel. Elle sera définitivement fermée le . La fruitière de Mermet renommée Finas a fermé en 1987.

La ZAC d'Orsan construite sur l'ancien site Picon a une surface de 7 hectares. 8 bâtiments ont été démolis, 3 restructurés, la viabilisation entièrement repensée. Une dizaine d'entreprises se sont installées dont une pépinière de 10 petites entreprises, pas de commerce, mais de petites industries, de l'artisanat, du tertiaire (des bureaux).

Au centre du village existent un supermarché, plusieurs petits commerces (pharmacie, 2 cafés, boulanger, pizzeria, boucher, fast-food, antiquaire, crémerie) et de services (salon de coiffure, agence bancaire). Une maison de santé et de services (opticien) s'est aussi installée dans les locaux de l'ancienne mairie.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison forte de la Sauffaz, XVe siècle.
  • Église néoclassique à trois nefs, elle fut construite entre 1851 et 1854, restaurée en 1954 et son toit refait tout récemment. Saint Félix, le patron de la commune, est représenté en toge, à droite du chœur. Un monument dédié à monseigneur Dupanloup, est érigé avec épitaphe et urne renfermant son cœur.
  • Les étangs de Crosagny, où les oiseaux trouvent un lieu de repos et de reproduction, géré par l'AEMC et le syndicat intercommunal de gestion des étangs de l'Albanais (SIGEA ex SIREC)[10]. Au XIVe siècle y existait une importante activité de pisciculture. Un moulin y fonctionna jusqu'en 1960 et l'étang fournissait depuis toujours la matière première (blache et carex) pour les chaises, mais l'activité disparue et l'étang non fauché se comblait et la forêt s'y étendait. En 1992 est créée l'« Association des Étangs et du Moulin de Crosagny » (AEMC) qui entreprit la réhabilitation de l'étang, grâce à ses bénévoles qui faucardent en barque et construisent un observatoire, élaborent un plan d'interprétation de la faune et de la flore, attirant de plus en plus de visiteurs. Depuis juillet 2004, l'étang est devenu un espace touristique participant au programme européen intitulé Life Nature et Territoires en région Rhône-Alpes, qui subventionne les travaux d'entretien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Félix Dupanloup (1802-1878), né à Saint-Félix, évêque d'Orléans en 1849, il a déployé une intense activité de prédication et a beaucoup écrit sur l'éducation : « Une nature supérieure de prêtre militant, alliant l'intégrité au talent, l'ardeur de la foi à l'éclat de l'esprit, la générosité du cœur à l'éclat de l'imagination ».
  • Lucie Colliard (1877-1961), née à Saint-Félix, pionnière du féminisme. Elle enseigne comme institutrice en Haute-Savoie. Hostile à l'Union sacrée, elle devient pacifiste. Elle défend la cause des femmes, organise en Normandie des garderies pour les enfants de grévistes, défend la grève des sardinières de Douarnenez et devient une responsable de la branche féminine du PCF et de la CGTU (cf Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Félix Blason D'or au lion de sable armé et lampassé de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Devise[modifier | modifier le code]

  • Felix nuntius qui vient du latin felix : le bonheur et nuntius : annonciateur donc littéralement le village de Saint-Félix annonce le bonheur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 215-218, « Le canton d'Alby-sur-Chéran », p.243-245 « Saint-Félix ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Amis du Vieux Rumilly et de l’Albanais, « Les Sobriquets des habitants de l'Albanais », publié dans le Bulletin des Amis du vieux Rumilly et de l'Albanais, n°20.
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 13
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. Passerelles, journal cantonal d'information locale, n° 73, automne hiver 2010 2011, page 3.
  4. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en octobre 2014).
  5. « Les 11 communes membres de la Communauté de Communes du Pays d'Alby » (consulté le 15 mars 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. changement du nom du syndicat