Frangy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frangy
Vue sud-ouest de la commune de Frangy.
Vue sud-ouest de la commune de Frangy.
Blason de Frangy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton Saint-Julien-en-Genevois
Intercommunalité CC Usses et Rhône
Maire
Mandat
Bernard Revillon
2014-2020
Code postal 74270
Code commune 74131
Démographie
Population
municipale
2 070 hab. (2014 en augmentation de 8,04 % par rapport à 2009)
Densité 214 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 11″ nord, 5° 55′ 50″ est
Altitude Min. 299 m
Max. 562 m
Superficie 9,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Frangy

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Frangy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frangy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frangy

Frangy est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 25 km au nord-ouest d'Annecy, dans la vallée des Usses. Cette vallée bénéficie d'un climat doux et ensoleillé, avec un relief vallonné, traversé par des torrents (le Castran) et la rivière Les Usses. Au nord, la montagne de Vuache, une chaîne dorsale de 13 km de long sur 1,5 km de large, délimite l'extrême sud-ouest du bassin genevois. À l'ouest, la côte de Bossy rapproche la ville de l'Albanais et de Rumilly.

La ville s'est organisée le long de la RN 508 qui relie Bellegarde-sur-Valserine et Annecy. Dans les années 1990, un contournement routier a dévié cette nationale.

Les communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Frangy
Chessenaz Chaumont Chaumont
Chessenaz Frangy Musièges
Desingy Chilly

Climat[modifier | modifier le code]

Frangy bénéficie d'un climat plutôt frais en hiver mais assez chaud et ensoleillé en été.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Frangy est mentionné sous le nom de Frengiacum au XIIe siècle. Il pourrait avoir été formé à partir d'un patronyme d'origine gallo-romaine auquel a été ajouté le suffixe bas-latin de possession, iacum dont l'usage s'est répandu à partir des IIe, IIIe et IVe siècles.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Frinzhi (graphie de Conflans) ou Frengi (ORB)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous les périodes et les faits historiques les plus marquants de la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des Communes de la Haute-Savoie


Blason ville fr Frangy.svg

Les armes de Frangy se blasonnent ainsi :

Coupé au premier parti de gueules à la croix d'argent et d'azur à la truite d'argent posée en barre, au second d'argent à la grappe de raisin d'or tigée et feuillée au naturel.

Préhistoire et époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Les grandes invasions et le début du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Mentionné au XIIe siècle (Frengiacum).
  • En novembre 1590, lors des guerres de Religion, les Genevois, après avoir manqué leur attaque contre la place fortifiée de Chaumont, par dépit incendient Frangy qui avait le tort d'être sur leur route.
  • Depuis Genève proche, les protestants exercent une forte pression, cependant la région reste fidèle à l'Église catholique romaine, mais surtout à François de Sales à qui les populations vouent une véritable dévotion.
  • La commune de Frangy acquiert une certaine importance locale à partir du XVIIe siècle, après la construction du pont sur les Usses. Des commerces alors s'organisent : auberges, cabarets, au nombre de 9 à la veille de la Révolution française, pour une population de 446 adultes.

La Révolution française[modifier | modifier le code]

La ville devient brièvement française de 1792 à 1815 à la suite d'une invasion militaire, puis définitivement le 24 mars 1860.

La Restauration sarde[modifier | modifier le code]

  • Historiquement et économiquement, Frangy fait partie de l'espace genevois, et alimente Genève de ses productions agricoles, en particulier de son vin.

La zone franche, après 1815, s'arrêtait quelques kilomètres avant la ville. Elle a néanmoins apporté un essor à la commune.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La mairie de la commune est dans l'ancienne école de garçons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires de Frangy[2]
Période Identité Étiquette Qualité
1805 1815 Claude-François Bastian   Notaire, député du département du Mont-Blanc (Cent-Jours)
1860 1871 Claude Marie Pie Amédée Bastian   Propriétaire, conseiller général (1861-1872)
1871 1878 Jean-Joseph Rosay    
1878 1884 Jean Pichollet    
1884 1892 Henri Chatenoud   Propriétaire, notaire, conseiller général (1886-1892)
1892 1895 Victor Fuzier    
1895 1896 Charles Bugnet    
1896 1907 Camille Delevaud ou Delesvaud   Notaire, conseiller général (1892-1912)
1907 1912 Jean Tete    
1912 1912 François Bugnet    
1912 1919 Louis Gramusset    
1919 1919 Emile Comole    
1919 1936 François Vautier    
1936 1944 Antoine Joguet    
1944 1948 François Favre    
1948 1958 Jean Cornut    
1958 1959 François Grégoire    
1959 1965 Louis Favre    
1965 1971 René Girard   Notaire, conseiller général (1967-1979)
1971 1977 Charles Viollet    
mars 1977 mars 1989 Claude Métendier    
mars 1989 juin 1995 Jean Tissot    
juin 1995 mars 2001 Michel Ricœur    
mars 2001 septembre 2012 Alain Poyrault[3]    
octobre 2012 en cours Bernard Revillon[4]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Frangypannes et les Frangypans.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2014, la commune comptait 2 070 habitants[Note 1], en augmentation de 8,04 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : +7,9 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
696 887 898 1 300 1 484 1 483 1 330 1 362 1 520
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 528 1 491 1 459 1 409 1 326 1 265 1 187 1 177 1 179
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 051 1 030 958 932 936 1 022 1 085 1 014 1 102
1982 1990 1999 2004 2009 2014 - - -
1 333 1 521 1 598 1 745 1 916 2 070 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École élémentaire publique ;
  • École maternelle publique ;
  • Collège public Val-des-Usses.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, un festival de reggae, le "Nomade Reggae Festival" a lieu tous les ans, au mois d'août, et réunis jeunes talents et artistes confirmés (Alpha Blondy, Taïro, Touré Kunda, Yaniss Odua...). Depuis, Frangy se revendique comme capitale du Reggae car il est un des plus grands événements Reggae en France.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Activités sportives : VTT, randonnées pédestre et équestre, chemin de St Jacques de Compostelle, GR 65, piscine (6 km), tennis, volley-ball, escalade, pétanque, football...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille Bastian joua un rôle important dans la vie politique de Frangy et du département. (Liste des députés du duché de Savoie).
  • La famille Chaumontet, longue lignée de notaires et d'avocats au Sénat de Savoie.
  • Marcel Liaudon, né en 1931 à Droisy, agriculteur à Bossy (hameau de Frangy), créateur de la SICA des Fermiers Savoyards, militant à la JAC et au CNJA, ami de Michel Debatisse. Fit beaucoup pour moderniser l'élevage laitier et la production fromagère et développer les ventes de fromages. Auteur d'un livre de mémoires intitulé Sur le chemin d'un fermier savoyard, la révolution silencieuse d'un paysan, 2008.
  • La famille Ducruet joua un rôle très important dans le développement économique de Frangy dans les années 1960. Lucile et Georges Ducruet fondèrent la société Eider en 1962 qui fut le principal employeur de la commune pendant 15 ans. Lucile Ducruet participa activement à la vie politique de Frangy en tant que conseillère et première adjointe dans de nombreux conseils municipaux (1983-2012).

Économie[modifier | modifier le code]

Produits régionaux : Vin blanc « Roussette de Savoie » AOC cru Frangy, emmental, tomme, chocolats.

  • La commune fait partie du terroir pour les appellations d'origine contrôlées AOC « Vin de Savoie » et « Roussette de Savoie ».
    • La roussette, spécialité locale, est un vin jaune doré très fruité et moelleux. Cépage Altesse avec un appoint de Chardonnay. Jean-Jacques Rousseau y a fait allusion dans ses Confessions.

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Frangy abrite des monuments de premier ordre.

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  • La ferme de Bel-Air[9] est inscrite au titre des monuments historiques depuis le 7 décembre 2010[10].
  • Le château dit Bastian, maison forte située au centre-bourg de Frangy. Bâtisse construite au début du XVIIe siècle par François Favre, marquis de Thônes. Claude-Francois Bastian, notaire et maire de Frangy en fut le propriétaire sous la Révolution. Une demande de protection est déposée auprès de la Conservation régionale des Monuments historiques de Rhône-Alpes en 2012.
  • Le grenier à sel, situé au centre-bourg de Frangy, face au château Bastian, était d'après l'archéologue Joël Serralongue, de la direction des affaires culturelles du conseil général de Haute-Savoie, le dernier du XVIIe siècle dans le département. Une demande de protection est déposée auprès de la Conservation régionale des Monuments historiques de Rhône-Alpes début 2013. Le bâtiment est cependant détruit dans la journée du 11 décembre 2014. Dans les jours qui suivent, les pierres des murs et autres pierres d'angle sont concassées pour servir de ballast dans la zone industrielle voisine de Serrasson à Musièges.
  • Le relais de poste Frangy-Genève était situé au centre-bourg de Frangy, face au château Bastian. Ses bases remontaient au XIVe siècle d'après Joël Serralongue. Il est détruit lui aussi dans la journée du 11 décembre 2014. Les écuries attenantes avaient été détruites le 29 juin 2013, lors de l'inauguration du projet « Frangy demain ».
  • Le château de Jarsagne, grande maison forte située à Gersaigne, était le siège de la seigneurie de Jarsagne de 1449 à 1734.
  • Le grand pont est situé à l'ouest de Frangy. Pont en pierre du XVIIe siècle enjambant les Usses, il est inauguré en 1677 sous le règne de Victor Amédée II, duc de Savoie. À proximité, s'élève une « cabane des douaniers », vestige de l'ancienne zone franche.
  • Le château de Collonges est situé au hameau de Collonges-le-Bas.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

L'église et le monument aux morts de Frangy.

Liste non exhaustive de monuments religieux présents dans la ville :

  • L'église Saint-Aquilin est de style néo-classique sarde. Elle fut inaugurée en 1844, son clocher est à bulbe.

Lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • Musée de la vache et des alpages.
  • Cascade de Barbannaz.

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Cette commune est le berceau de la roussette, un vin blanc, et de la Tome de Frangy, un chocolat. Un musée « de la Vache » sur les Alpages et un musée « aux Allumettes » existent également dans la commune voisine de Sallenôves.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Frangy abrite également une école de musique associative, forte de 140 élèves (instruments d'harmonie, piano et chant), 2 orchestres et une chorale d'enfants. Depuis 80 ans, l'harmonie « l'écho des Usses », (dirigée par Benoit Magnin depuis 1992) anime musicalement la vie de la commune tout en défendant ses couleurs lors des concours nationaux de la CMF (1er prix division supérieure lors du dernier concours de Mandeure (25) en 2009).
  • La salle socio-culturelle Jean-XXIII.
  • Un cinébus est présent tous les vendredis soir
  • La bibliothèque municipale.

Équipements[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 331-335, « Le canton de Frangy », p.336-342 « Frangy ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. Dictionnaire des maires et élus de Haute-Savoie de l'Annexion à nos jours (1860-2008), par Jean Excoffier, Musnier-Gilbert Editions, 2009. Page 289.
  3. (fr) ledauphine.com, Le Maire de Frangy démissionne
  4. (fr)Bernard Revillon élu Maire de Frangy
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  9. l'Association historique de Frangy pour la sauvegarde de Bel-Air fermedebelairfrangy.blogspot.com
  10. Arrêté préfectoral no 10-520 du 7 décembre 2010.