Laura Smet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Smet.
Laura Smet
Description de cette image, également commentée ci-après
Laura Smet en 2015.
Nom de naissance Laura Marie Huguette Smet
Naissance (34 ans)
Neuilly-sur-Seine
(Hauts-de-Seine, France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Films notables Les Corps impatients
La Demoiselle d'honneur
Les Gardiennes

Laura Smet, née le à Neuilly-sur-Seine, est une actrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et enfance[modifier | modifier le code]

Laura Smet est la fille du chanteur Johnny Hallyday (1943-2017) et de l'actrice Nathalie Baye (née en 1948). Elle est la demi-sœur du chanteur David Hallyday (né en 1966), de Jade Smet (née en 2004) et de Joy Smet (née en 2008).

Laura Smet a deux parrains : le chanteur Eddy Mitchell, choisi par Johnny Hallyday, et le producteur Dominique Besnehard, choisi par Nathalie Baye[1],[2].

En 1986, Johnny Hallyday enregistre en son honneur la chanson Laura, écrite et composée par Jean-Jacques Goldman.

Laura Smet est élève au collège et lycée Victor-Duruy à Paris jusqu'en 1999. Elle suit ensuite les cours de comédie de Raymond Acquaviva[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Premiers rôles (2003-2006)[modifier | modifier le code]

En 2002, âgée de 19 ans, alors qu'elle participe aux ateliers Émergence, qui aident de jeunes réalisateurs à mener à bien leur projet, elle est repérée par Olivier Assayas. Celui-ci la recommande à Xavier Giannoli, qui est à la recherche de l'héroïne de son premier long métrage, Les Corps impatients. Il choisit Laura Smet pour ce rôle. Le film est remarqué, tout comme la composition de la comédienne, qui incarne une jeune femme atteinte d'un cancer. Ses premiers pas sont salués par le prix Romy-Schneider et une nomination au César du meilleur espoir féminin en 2004[3].

La même année, elle seconde le tandem Clovis Cornillac / Emmanuelle Devos dans le drame belge La Femme de Gilles, de Frédéric Fonteyne, qui est salué par la critique. Elle est ensuite la tête d'affiche du drame La Demoiselle d'Honneur, de Claude Chabrol : elle y donne la réplique à Benoît Magimel.

En 2006, elle fait partie du casting réuni autour de Catherine Frot pour le drame Le Passager de l'été, de Florence Moncorgé-Gabin. En 2007, elle tourne dans UV, de Gilles Paquet-Brenner, puis dans L'Heure zéro, de Pascal Thomas.

Moindre exposition (2007-2010)[modifier | modifier le code]

En 2007, elle renonce, pour ennuis de santé[4], au tournage du film historique Les Femmes de l'ombre, de Jean-Paul Salomé ; elle est remplacée par Marie Gillain. En 2008, sort discrètement un drame à petit budget et en noir et blanc, La Frontière de l'aube, de Philippe Garrel. Elle en partage l'affiche avec Louis Garrel, le fils du cinéaste.

Cette même année, elle touche un plus large public avec le téléfilm d'Arte, Sang froid, de Sylvie Verheyde. Elle apparaît à nouveau à la télévision en 2009 dans Des gens qui passent, d'Alain Nahum.

En 2010, elle occupe les premiers rôles de deux nouveaux films : le drame Pauline et François, premier film de Renaud Fély, puis le thriller Insoupçonnable de Gabriel Le Bomin.

Toujours en 2010, elle fait ses premiers pas dans la chanson en interprétant, en duo avec son demi-frère David Hallyday, la chanson On se fait peur, présente sur l'album de celui-ci, Un nouveau monde.

Retour médiatique (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Laura Smet au Festival du film de Cabourg 2014.

Laura Smet effectue son retour en 2014 avec quatre films. Elle prête ses traits à Loulou de la Falaise dans un gros projet, le biopic Yves Saint Laurent, de Jalil Lespert. Dans le polar 96 heures de Frédéric Schoendoerffer, elle seconde les têtes d'affiches Gérard Lanvin et Niels Arestrup. Elle fait également partie du casting du film Eden, de Mia Hansen-Løve. Enfin, elle s'essaie à la comédie aux côtés de Marina Fois et Noémie Lvovsky pour Tiens-toi droite, de Katia Lewkowicz. La même année, elle est jury au Festival du film romantique de Cabourg.

En 2015, elle retrouve Gérard Lanvin et Jalil Lespert - cette fois en tant qu'acteur - pour le drame intimiste sur fond de vignobles Premiers crus, de Jérôme Le Maire. Elle joue aussi une variation fictive d'elle-même avec la série Dix pour cent. Elle y est dirigée par Cédric Klapisch et donne la réplique à sa mère Nathalie Baye, également dans son propre rôle.

Elle joue dans deux téléfilms en mars 2017 : sur France 2, dans Imposture, un thriller psychologique signé Julien Despaux, et sur Arte, dans La Bête curieuse, de Laurent Perreau, où elle tient un double rôle. La Bête curieuse est un projet qu'elle a soutenu pendant cinq ans, le temps qu'une chaîne accepte de le diffuser[5] ; son interprétation est saluée par la critique.

À la fin de l'année, se succèdent trois projets : en octobre, elle apparait dans un épisode de la série télévisée policière de France 3, Capitaine Marleau ; en novembre, elle revient au cinéma dans un second rôle avec le polar Carbone, d'Olivier Marchal ; en décembre, elle retrouve sa mère, Nathalie Baye, pour le drame historique Les Gardiennes, de Xavier Beauvois.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Laura Smet a été en couple avec Frédéric Beigbeder de 2004 à 2006, puis avec Julien Delajoux et Jean-Claude Sindres[6]. Depuis 2013, son compagnon se prénomme Raphaël[6].

Durant sa jeunesse, Laura Smet connaît des épisodes dépressifs et souffre d'addiction à l'alcool et à la drogue[7],[8]. Ses problèmes de santé l'empêchent notamment d'assurer la promotion du film UV et de finir le tournage des Femmes de l'ombre[7]. En 2007, elle est hospitalisée en psychiatrie au centre hospitalier Sainte-Anne[7].

Fin janvier 2012, l'actrice assiste au dîner de la mode au profit du Sidaction[9] ; le lendemain, au matin du , elle est interpellée nue et en état d'ébriété dans une rue du 6e arrondissement de Paris[10],[11]. Quelques semaines plus tard, Laura Smet affirme qu'elle a été victime de la drogue du violeur : « C’était des conneries. Pour vous dire la vérité, on avait mis un truc dans mon verre, la drogue du violeur. Je le sais parce qu’on a fait des analyses le lendemain. Je ne me souviens de rien, mais cela m’a mise dans une situation... embarrassante. Mais je n’étais pas saoule à poil dans la rue. Voilà. Maintenant, tout est réglé et aujourd’hui je suis en pleine forme[12],[13]. »

Les médias indiquent par la suite que son état de santé s'est amélioré[7].

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Après le décès de son père Johnny Hallyday, Laura Smet annonce, le , qu'elle va « mener toutes les actions de droit » pour contester le quatrième testament de son père, qui confie l'ensemble de son patrimoine et de ses droits d'artiste à son épouse Laeticia Hallyday[14]. Son frère, David Hallyday, également déshérité, se joint à l'action de sa sœur en tant que co-demandeur[15]. La question centrale est de savoir si le testament est régi par le droit français ou le droit californien, ce dernier ne prévoyant pas de droit garanti à l'héritage pour les descendants[16].

À cette occasion, certains médias font état d'une décennie de relations fluctuantes entre Laura Smet et Laeticia Hallyday, qui aurait cherché à l'écarter de l'entourage de son mari et n'aurait pas prévenu Laura Smet et David Hallyday de la mort du chanteur[17]. Le journaliste Éric Le Bourhis écrit dans Johnny, l'incroyable histoire continue (2015) qu'« à un moment, l'inimitié entre elles était telle que le chanteur devait presque inventer des rendez-vous pour voir sa fille en cachette »[17].

Laura Smet reçoit le soutien de son parrain et ami de longue date de Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, qui déclare ne pas comprendre que l'on puisse déshériter ses enfants[18].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublages[modifier | modifier le code]

Vidéo-clip[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Besnehard est le parrain de Laura Smet...
  2. Hellocoton - Femmes actuelles : Nathalie Baye : Qui sont les deux parrains de Laura Smet ? 10 mars 2011.
  3. a et b (fr) « Laura Smet : Pour son anniversaire, revivez ses plus beaux tapis rouges ! », sur purepeople.com,
  4. L'itinéraire chaotique de Laura Smet, Le Parisien
  5. La bête curieuse Laura Smet sort de l'ombre, Le Monde
  6. a et b Laura Smet, Marie Claire
  7. a, b, c et d LA fille de Johnny Halliday, Le Figaro
  8. Quelle était la vraie relation entre Johnny Halliday et sa fille Laura smet, Le Parisien
  9. / On avait mis un truc dans son verre, consulté le 18 mars 2018., ELLE
  10. Laura Smet arrêtée nue dans la rue, France Soir
  11. Laura Smet arrêtée nue dans la rue
  12. / GHB l'arme du violeur, consulté le 16 mars 2018., Paris Match
  13. / On avait mis un truc dans son verre, consulté le 16 mars 2018., ELLE
  14. Héritage de Johnny Hallyday : que dit le droit ?, Europe 1
  15. Pourquoi Laura Smet et David Halliday contestent le testament de leur père, Le Parisien
  16. Héritage Hallyday: les enfants n'ont pas de droit garanti en Californie, Le Point
  17. a et b Laeticia, Laura et David Hallyday: récit d'un interminable déchirement, L'Express
  18. Héritage Johnny : Eddy Mitchell soutient Laura, Sylvie Vartan défend David / consulté le 17 février 2018., Le Point
  19. VIDÉO. Laura Smet réalise son premier clip pour The Avener: "To Let Myself Go", sur huffingtonpost.fr, consulté le 18 janvier 2018

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]