Aurélie Dupont, l'espace d'un instant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aurélie Dupont, l'espace d'un instant
Réalisation Cédric Klapisch
Acteurs principaux
Sociétés de production France 3
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film documentaire
Durée 55 min
Première diffusion Le 2 mars 2010

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Aurélie Dupont, l'espace d'un instant est un film documentaire de Cédric Klapisch, diffusé le 2 mars 2010 sur France 3 à 22 h 40[1].

Le réalisateur Cédric Klapisch fait un portrait d'Aurélie Dupont, danseuse étoile du ballet de l'Opéra national de Paris, qui est filmée pendant trois ans, entre 2006 et 2009[1],[2].

Le résultat est un film d'une durée de 55 minutes.

L'instigation[modifier | modifier le code]

Aurélie Dupont est la grande dame du ballet de l'Opéra national de Paris.

Brigitte Lefèvre, la directrice de ce ballet de 1995 à 2014, instigue Cédric Klapisch en 2002 à filmer la danseuse étoile la plus rénommée.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cédric Klapisch suit Aurélie Dupont avec le caméra dans la rue, dans le cours du matin, en répétition et en spectacle[3].

Au début du film il y a des passages, qui sont pris du documentaire « Les enfants de la danse » de Dirk Sanders, tourné en 1989[4] avec notamment Aurélie Dupont, Delphine Baey, Clairemarie Osta, Nicolas Le Riche, Jean-Guillaume Bart.

Aurélie Dupont y est filmée à l'âge de quinze ans dans la classe de l'École de Danse de l'Opéra national de Paris avec Clairemarie Osta.

Les deux jeunes danseuses françaises, qui deviennent étoiles onze ans soit quatorze ans plus tard, dansent dans la classe de Claude Bessy. Cette dernière était à l'époque directrice de l'École de Danse.

La professeur rappelle aux élèves, disant «Il faut pousser jusqu'au bout. C'est au moment de la fatigue que tu vas commencer de faire du progrès. »[5]. « Si tu ne pousse pas jusqu'au bout, tu ne réussiras pas. »

Les documentaires mélangent d'une façon très subtile des scènes avec Aurélie Dupont lors du cours du matin de Gilbert Mayer au sein du ballet de l'opéra, ses répétitions avec Mathias Heymann, José Carlos Martínez et Manuel Legris, une interview d'Aurélie Dupont et de Marie-Agnès Gillot ensemble, un entretien d'Aurélie Dupont et de Brigitte Lefèvre, quand Aurélie Dupont est enceinte de son premier fils Jacques qui sera né en juillet 2008.

Dans le cours du matin le professeur de danse Gilbert Mayer corrige les pirouettes d'Aurélie Dupont. Ensuite, celle-ci explique qu'on est obligé de prendre le cours tous les jours pour maintenir la discipline et que c'est pour la discipline et pour les danseurs, surtout parce qu'on se couche parfois tard dans la nuit.

Soit dit en passant, de manière un peu ironique, que dans leur carrière les danseurs sont « parfois obligés » d'interpréter des rôles dans des représentations qui durent jusque tard dans la nuit. C'est ainsi, qu'il n'y a que très peu de « possibles débordements de la veille » pour les danseurs qu'un critique a supposés comme cause[6] du fait qu'une danseuse comme Aurélie Dupont a de temps en temps du mal à se lever le lendemain matin.

Lors de l'interview aux côtes de Marie-Agnès Gillot, Aurélie Dupont dit qu'elles font les mêmes exercices dans le cours du matin qu'elles ont fait quand elles avaient dix ans ce que Marie-Agnès Gillot confirme.

Brigitte Lefèvre demande à Aurélie Dupont si elle veut poursuivre sa carrière comme danseuse étoile.

Le film se termine avec le retour d'Aurélie Dupont sur la scène du Palais Garnier, après une absence de plus de douze mois.

Tournant ce film, Cédric Klapisch renonce délibérément aux commentaires. Les images et les entretiens parlent d'eux-mêmes.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Amélie Bertrand, qui suit la plupart des représentations du ballet de l'Opéra de Paris, trouve le documentaire très réussi, mettant l'accent sur l'essentiel et les détails derrière la scène.

« La caméra ne parle pas beaucoup d'artistique, elle se penche plutôt sur les doutes. Et pourtant, dès qu'Aurélie monte sur scène, on est happé par son personnage, par l'émotion, même à travers un écran de télévision. » [7]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Aurélie Dupont, l'espace d'un instant
  • Réalisation : Cédric Klapisch
  • Montage : Guillaume Deffontaines
  • Format : 4/3 (télévision)
  • Production : Agathe Berman
  • Année de réalisation : 2010
  • Durée : 55 min

Distribution[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cédric Klapisch filme Auélie Dupont, l’espace d’un instant, article d'Amélie Bertrand du 7 août 2010.
  2. Aurélie Dupont, la belle étoile par Géraldine Catalano dans L'Express du 12 février 2010
  3. L'étoile et le cinéaste, critique d'Ariane Bavelier dans Le Figaro du 2 mars 2010
  4. Fiche du film « Les Enfants de la Danse » sur le site du Forum des images.
  5. Aurélie Dupont, l'espace d'un instant: bande-annonce
  6. Aurélie Dupont - L'Espace d'un instant DVD, critique par Philippe Banel sur tutti-magazine.fr.
  7. Aurélie Dupont vue par Cédric Klapisch, critique écrit par : Amélie Bertrand le 28 fevriér 2010.