Audrey Fleurot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Audrey Fleurot
Audrey Fleurot au Festival de Cabourg,
le 14 juin 2013.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Yeux
Films notables
Œuvres principales

Audrey Fleurot est une actrice française, née le à Mantes-la-Jolie (Yvelines).

Elle se fait connaître, auprès du grand public, par le rôle de la Dame du lac dans Kaamelott (2005-2009). Elle enchaîne avec ceux de Josephine Karlsson dans Engrenages (2005-2020) et de Hortense Larcher dans Un village français (2009-2017).

Parallèlement, sa popularité au cinéma naît en jouant dans le film à succès Intouchables (2011). Alternant premiers rôles et secondaires, elle mène, dès lors, une carrière prolifique et apparaît notamment dans La Fleur de l'âge (2012), Mais qui a re-tué Pamela Rose ? (2012), Pop Redemption (2013), Les Reines du ring (2013), Fonzy (2013), La Confrérie des larmes (2013), Les Gazelles (2014), Belle comme la femme d'un autre (2014), L'Idéal (2016), etc.

Elle n'en délaisse pas pour autant la télévision et joue, notamment, dans les miniséries Netflix, Safe (2017) et Le Bazar de la Charité (2019), avant de connaître un succès majeur avec HPI (depuis 2021) en tenant une fois de plus le premier rôle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formations[modifier | modifier le code]

Audrey Fleurot naît le à Mantes-la-Jolie[1]. Elle est l'enfant unique d'un père pompier et comédien à la Comédie-Française[2] et d'une mère puéricultrice[3].

Après avoir étudié au lycée Lamartine à Paris où elle passe un bac A3 théâtre, Audrey Fleurot est étudiante à l'université Paris I - Panthéon Sorbonne (UFR Arts plastiques et sciences de l'art) de 1995 à 1997, puis à l'ENSATT de Lyon entre 1997 et 2000.

Débuts et révélation[modifier | modifier le code]

Ambitionnant au départ de travailler essentiellement au théâtre, Audrey Fleurot débute sur les planches mais accède ensuite à la notoriété par le biais de la télévision et du cinéma[4].

En 2001, elle apparaît dans le clip du morceau J'voulais, de Sully Sefil, où elle incarne la compagne du braqueur.

En 2005, le grand public la découvre : elle joue notamment le rôle de la Dame du Lac dans la série Kaamelott d'Alexandre Astier et celui de Joséphine Karlsson, l'avocate ambitieuse de la série policière Engrenages[5]. Elle joue également Hortense Larcher, la femme du maire, dans Un village français.

Audrey Fleurot est interviewée par Christophe Chabert dans l'acte II « La magie et l'Église » du film documentaire Aux sources de Kaamelott réalisé entre 2006 et 2010 pour accompagner l'intégrale « Les Six Livres » des DVD de la série télévisée[6].

Elle fait partie des acteurs français choisis pour apparaître dans la comédie dramatique Minuit à Paris, de Woody Allen mais son rôle a été largement coupé au montage[7]. Plus tard, l'actrice déçue révèle son expérience sur le tournage dans Télérama[8]. La même année, elle joue dans la comédie Intouchables, d'Éric Toledano et Olivier Nakache, comédie qui remporte un énorme succès au box-office français et lui assure une reconnaissance du grand public.

En 2012, elle fait partie des visages connus apparaissant dans la comédie potache d'Olivier Baroux et Kad Merad, Mais qui a retué Pamela Rose ?. Et elle préside aussi le 17e Festival international des jeunes réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz[7].

Lors de l'avant-première du film La Confrérie des larmes, en 2013.

En 2013, Audrey Fleurot tient d'abord l'un des rôles adultes de la comédie La Vraie Vie des profs, puis un rôle secondaire dans la comédie dramatique La Fleur de l'âge. Mais c'est vraiment avec les films suivants qu'elle capitalise sur son succès.

Elle joue l'une des héroïnes de la comédie Les Reines du ring, de Jean-Marc Rudnicki, un rôle pour lequel elle s’entraîne pendant trois mois au catch[7]. Ensuite, elle tient les premiers rôles féminins de la comédie musicale Pop Redemption, de Martin Le Gall et Fonzy, d'Isabelle Doval. Elle joue également dans le thriller La Confrérie des larmes, de Jean-Baptiste Andrea.

Elle est aussi membre du jury du premier Festival du film canadien de Dieppe[réf. souhaitée].

Drames, tête d'affiche et rôles réguliers[modifier | modifier le code]

Audrey Fleurot lors de la 39e cérémonie des César, en 2014.

En , Audrey Fleurot fait partie du jury présidé par Jean-Paul Rouve lors du 24e Festival international du film fantastique de Gérardmer. Et en mars, elle fait partie du jury du 9e Festival international du film policier de Beaune, présidé par Jean-Paul Rappeneau, au côté de Valérie Donzelli, Éric Elmosnino, Valeria Golino, Éric Lartigau, François Levantal et Hugues Pagan.

En 2019, elle fait partie du jury de la compétition officielle du festival international Séries Mania à Lille. La même année, elle est à l'affiche de la pièce de théâtre Jo de Benjamin Guillard aux côtés de Didier Bourdon qui joue son mari[9]. Et elle tourne la huitième et dernière saison d'Engrenages[10].

Elle défend[11] surtout la mini-série Le Bazar de la Charité[12]. Une production distribuée par TF1 puis Netflix qui s'inspire d'un fait réel : l'incendie du Bazar de la Charité survenu en 1897 à Paris. La série, qui avait déjà fait sensation au festival de la fiction de la Rochelle[13], est globalement accueillie positivement par les critiques[14] et rencontre un franc succès[15],[16],[17]. Elle apparaît en outre dans une série de Canal+ qui est remarquée par les critiques, L'Effondrement[18].

En 2020, elle joue dans la pièce Bug de Tracy Letts qui est mise en scène par Emmanuel Daumas[10]. Elle en est la tête d'affiche. Au cinéma, elle renoue avec un registre plus léger en jouant dans la comédie de Michaël Youn, Divorce Club dans laquelle elle occupe l'un des premiers rôles entourée d'Arnaud Ducret et de François-Xavier Demaison[19]. Une production récompensée par le Grand Prix du festival de comédie de l'Alpe d'Huez mais aussi par le prix de la presse[20].

Puis en 2021 elle joue dans la série HPI sur TF1 où elle interprète le rôle de Morgane Alvaro, une femme de ménage à haut potentiel intellectuel, qui devient consultante pour la DIPJ de Lille et aide à résoudre plusieurs affaires, grâce à sa vivacité d'esprit[21]. HPI rencontre un vif succès, notamment en France : elle bat des scores d'audiences établis plus de dix ans auparavant[21]. La deuxième saison est diffusée en 2022, année durant laquelle elle a joué dans Les Combattantes sur TF1.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2015, Audrey Fleurot annonce être enceinte de son premier enfant avec son compagnon, le réalisateur Djibril Glissant[22]. Elle donne naissance à un garçon, Lou, le .

Audrey Fleurot a également déclaré avoir deux beaux-enfants[23].

Vie publique[modifier | modifier le code]

Mouvement de 2023 sur les retraites[modifier | modifier le code]

L'actrice soutient en 2023 le mouvement contre le projet sur les retraites par un texte s'adressant au chef de l’État[24] pour demander le retrait immédiat du projet, jugé « injuste, inefficace, touchant plus durement les plus précaires et les femmes », en plus d'être rejeté « par l'immense majorité de la population, et même minoritaire à l'Assemblée nationale »[24].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 2002 : L'Élan des sens de Ludovic Jacques : la boxeuse
  • 2004 : Les Seins de ma prof d'Anglais d'Olivier Bardy : Marie
  • 2006 : Une simple histoire d'amour de Jean-Luc Mathieu : Laurence Duval
  • 2008 : Bébé de Clément Michel : la sage femme
  • 2014 : Notre Faust de Chloé Larouchi et Elsa Blayau : la Diablesse[25]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Publicité[modifier | modifier le code]

  • 2018 : Cavaillès
  • 2022 : Eau Thermale Jonzac
  • 2023 : Dice Dreams : jeu-vidéo

Doublage[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]
Film d'animation[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Décorations[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Brochen, « Audrey Fleurot, un visage français », sur Libération, (consulté le ).
  2. Jacques Braunstein, « Audrey Fleurot - La rousse vue à la télé est convoitée au cinéma depuis Intouchables », GQ, mars 2012, page 69.
  3. « The Ou Café Audrey Fleurot », sur YouTube (consulté le ).
  4. « Audrey Fleurot : “Je suis dans l'euphorie !” » sur tvmag.lefigaro.fr, 24 avril 2012.
  5. « Audrey Fleurot (Le Bazar de la charité) : à quoi ressemblait l'actrice au début de sa carrière ? », sur telestar.fr, .
  6. a et b « Aux Sources de Kaamelott », sur imdb.com
  7. a b et c (en) « Audrey Fleurot Biography », sur imdb.com
  8. « Audrey Fleurot : “J'ai conscience de renvoyer l'image d'une femme froide et autoritaire” ».
  9. « Audrey Fleurot dans Jo en septembre avec Didier Bourdon et Dominique Pinon », sur sceneweb.fr,
  10. a et b Sylvain Merle, « Audrey Fleurot, Didier Bourdon et Dominique Pinon au théâtre dans «Jo» », sur leparisien.fr,
  11. Justine Charlet, « Audrey Fleurot / « Le Bazar de la Charité » : « Je joue une grande bourgeoise moderne et indépendante » », sur telez.fr,
  12. « Le bazar de la charité - Audrey Fleurot : "Adrienne est une grande héroïne" », sur tf1.fr
  13. Denis Manin, «LE BAZAR DE LA CHARITÉ» AVEC AUDREY FLEUROT :«JE SUIS TRÈS ATTACHÉE AUX SÉRIES», sur telecablesat.fr,
  14. Jean-Christophe Nurbel, « Critique & Interviews / « Le Bazar de la Charité » (2019) avec Audrey Fleurot, Julie de Bona et Camille Lou », sur bullesdeculture.com,
  15. « Le bazar de la charité : vrai carton pour le lancement de la série », sur vl-media.fr,
  16. « L'énorme succès du "Bazar de la Charité" », sur mradio.fr,
  17. Nkongo Odile Carine, « "C'est terrifiant !" : les téléspectateurs épatés par le drame du "Bazar de la Charité" », sur amomama.fr,
  18. Claire Steinlen, « L’Effondrement: La fin (imminente) de la société », sur bande-a-part.fr,
  19. Estelle Choteau, « Nantes. Michaël Youn viendra présenter son nouveau film en février », sur ouest-france.fr,
  20. Emmanuel Poli, « MICHAËL YOUN VIENDRA PRÉSENTER SON "DIVORCE CLUB" DANS NOTRE RÉGION », sur champagnefm.com,
  21. a et b « « HPI » fait encore un carton d’audiences sur TF1 », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  22. Sophie Briard, « Audrey Fleurot : qui est Djibril Glissant, son compagnon ? [Photos] », sur Télé Star, (consulté le ).
  23. Prisma Média, « EXCLU – Audrey Fleurot maman sur le tard : « C'est la gynéco qui m'a rappelée à l'ordre » - Gala », sur Gala.fr (consulté le )
  24. a et b « Retraites: des artistes et influenceurs vent debout contre la réforme », sur bienpublic.com, (consulté le ).
  25. « Notre Faust », sur Unifrance (consulté le ).
  26. Alamy Limited, « L’actrice française Audrey Fleurot pose avec son ami Louis-do de Lencquesaing, elle reçoit le titre de Chevalier de l’ordre des Arts et des lettres (Chevalier de l’ordre des Arts et des lettres) Par la ministre française de la Culture, Françoise Nyssen, lors de la cérémonie de remise des prix du Chevalier de l’ordre des Arts et des lettres à Paris, le 13 septembre 2018. Photo par Eliot Blondt/ABACAPRESS.COM Photo Stock - Alamy », sur www.alamyimages.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :