Jérôme Carrein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jérôme Carrein
meurtrier
image illustrative de l’article Jérôme Carrein
Les marais d'Arleux (59)
Information
Nom de naissance Jérôme Carrein
Naissance
Cantin (Nord)
Décès (à 35 ans)
prison de Douai
Cause du décès Décapitation (guillotine)
Condamnation (Cour d'assises du Pas-de-Calais)
(Cour d'assises du Nord)
Sentence Peine de mort
Enlèvement d'une mineure de moins de quinze ans
Tentative de viol d'une mineure de moins de quinze ans
Meurtre
Victimes 1 : Cathy Petit
Période
Pays Drapeau de la France France
Régions Nord-Pas-de-Calais
Ville Arleux (enlèvement)
Palluel (tentative de viol et meurtre)
Arrestation

Jérôme Carrein, né le à Cantin (Nord) et mort le 23 juin 1977 à Douai, est un criminel français.

Carrein est l'avant-dernier guillotiné de France, quelques mois avant le tunisien Hamida Djandoubi. À ce jour, il est le dernier citoyen français à avoir fait l'objet d'une exécution judiciaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jérôme Carrein, né le à Cantin, est alcoolique depuis son adolescence. Illettré, il se marie à 18 ans et demi et a cinq enfants mais, souvent ivre, il bat sa femme. Il sera décrit par les psychiatres comme « une personnalité fruste, mentalement débile et sexuellement immature »[1]. Ouvrier du bâtiment puis valet de ferme, il contracte la tuberculose en 1972, au point d'avoir de plus en plus de difficultés pour travailler.

Il est condamné à huit mois de prison pour des faits de violences conjugales commis sur son épouse, ce qui lui vaut de faire 10 mois de prison à la maison d'arrêt de Douai-Cuincy. À la suite de son divorce, il quitte son emploi en 1975, devenant un semi-vagabond : il s'installe alors à Arleux, où il traîne une mauvaise réputation. Il vit dans une cabane près des marais et dans les granges l'hiver[2]. Il est arrivé à un degré d'alcoolisme et de misère sociale qui le rend proche de la débilité mentale[1].

Les faits et l'enquête[modifier | modifier le code]

Le à Arleux, dans la matinée, il avise la jeune Cathy Petit, âgée de huit ans, la fille de la propriétaire du café, Fernande Devimeux, qui a l'habitude de lui faire crédit. L'après-midi, il attend, dans ce café, que la petite fille sorte de l’école. Puis, sous prétexte d’aller chercher des appâts pour la pêche en sa compagnie, il écarte le petit frère de la victime et entraîne cette dernière vers les marais voisins, à Palluel. Là, il tente de la violer, mais l'enfant s'échappe. L'ayant rattrapée et comprenant qu'il risque d'être dénoncé, il tente de l’étrangler et la noie finalement dans une mare[3].

Quelques heures plus tard, il revient au café pour y commander une bière. Alors que la mère s'inquiète de la non présence de sa fillette, Carrein affirme qu'il l'a laissée près du petit pont, si bien qu'il est immédiatement soupçonné. Le beau-père de Cathy le passe à tabac malgré ses dénégations mais des gendarmes le sauvent du lynchage. Arrêté le soir même et placé en garde à vue par la gendarmerie, il passe la nuit à dessoûler. Le lendemain matin, le corps de l'enfant est retrouvé dans un étang du marais à l'issue d'une battue. Jérôme Carrein est conduit sur les lieux du crime et, devant le corps de la petite fille, avoue le crime. Bien qu'il se rétracte par la suite, l'instruction sera brève[3].

Procès et condamnations[modifier | modifier le code]

Jugé par la cour d'assises du Pas-de-Calais, à Saint-Omer, il est condamné à mort le , à l'issue d'un délibéré d'une heure seulement. Une pétition, comportant trois cents signatures d'habitants de la région, avait demandé à la justice de prononcer la peine de mort. Seize jours plus tard, Christian Ranucci, condamné à mort pour un crime similaire, est guillotiné à la prison des Baumettes, à Marseille.

Carrein forme un pourvoi en cassation, qui aboutit en octobre suivant à la cassation de son arrêt de condamnation, sur le motif qu'une question trop complexe a été posée au jury[4]. Il est rejugé le devant les assises du Nord, à Douai. Deux semaines avant ce procès, l’assassin Patrick Henry, lui aussi meurtrier d’un enfant, a échappé à la peine de mort devant les assises de Troyes et le ressentiment de la population, ainsi que d'une partie du monde judiciaire, est très vif. L'avocat général Le Flem, qui requiert la peine de mort contre l'accusé, dénonce le verdict obtenu par Robert Badinter, l'avocat de Patrick Henry, comme un « viol des consciences ». Dans un climat hostile et pour la seconde fois, Carrein est condamné à mort, au terme d'un délibéré de 55 minutes.

En prison, il apprend à lire et se sèvre de l'alcool, promettant de se racheter. Mais malgré l'évolution de l'opinion publique vis-à-vis de la peine de mort, son sort n'émeut pas.

Carrein forme un pourvoi en cassation qui est rejeté. Le 22 juin 1977, Pierre Lefranc, son avocat, lui apprend que son recours en grâce est rejeté par le président Valéry Giscard d'Estaing.

Mort[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la première exécution en qualité d'exécuteur en chef du bourreau Marcel Chevalier qui a été dix-huit ans aide-bourreau de deuxième classe auprès de son oncle André Obrecht[5]. Chevalier ordonne à ses aides de commencer les préparatifs. Lui-même arrive à Douai la veille du jour prévu, accompagné de son fils Éric qu'il forme en vue de sa succession.

Au matin de sa décapitation, Carrein est agité, il insulte le président de la République et demande de serrer la main de tous ses gardiens. Il regrette que l'un d'eux, qu'il qualifie d'« homme qui a été le plus gentil avec lui de toute sa vie » ne soit pas présent[6]. Ayant refusé les secours de la religion, Carrein boit un dernier verre de cognac, puis franchit la porte de la cour de la prison de Douai. Il est basculé et guillotiné le , à h 30, par le bourreau Marcel Chevalier. Quelques heures après, son corps est inhumé au cimetière principal de Douai.

Après lui, un seul condamné, Hamida Djandoubi, sera encore guillotiné en France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Robert Badinter, L'abolition de la peine de mort, Dalloz, , p. 136.
  2. Bertrand Bussiere, « « La revanche de la guillotine » revient sur l’affaire Carrein », sur lavoixdunord.fr, .
  3. a et b Petites Chroniques. La guillotine, Éditions Chronique, , p. 24.
  4. Cour de Cassation, Chambre criminelle, du 14 octobre 1976, 76-92.338, sur legifrance.gouv.fr
  5. Jacques Delarue, Le Métier de bourreau. Du Moyen Age à aujourd'hui, Fayard, , p. 354.
  6. « Palmarès des exécutions capitales : 1871-1977 », sur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr (consulté le 6 février 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Luc Briand, La Revanche de la guillotine: l'affaire Carrein, éditions Plein Jour, 2018, 176 p.

Articles de presse[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]