Sans la nommer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sans la nommer est une chanson écrite en 1969, composée et interprétée par Georges Moustaki, la première fois au festival de l'île de Wight. Elle sera reprise par de nombreux artistes dont la Compagnie Jolie Môme. Dans cette chanson, Georges Moustaki veut rendre hommage à une femme « sans la nommer ». On apprendra à la fin de la chanson qu'il s'agit de la révolution permanente.

Cette chanson a été, durant les années 70, un symbole des mouvements d'extrême gauche et anarchistes. Elle sera reprise en 2006 par Christophe Alévêque dans son spectacle Debout !, en 2012 dans une vidéo sur le Printemps québécois publiée le 8 août et en 2012 sur le troisième EP (Le bal de la zone) de Z.E.P. - Zone d'expression populaire.

En 2014 une version du chanteur corse Vlad Corsini "Liberta" (sans la nommer) sur prochain EP

En 2015, le vidéaste Usul utilise également cette chanson dans sa vidéo traitant d'Olivier Besancenot[1].

Elle figure sur le disque MOUSTAKI (1974) (Polydor 2473 037) et la K7 3169 093.

Paroles[modifier | modifier le code]

« Je voudrais sans la nommer
Vous parler d'elle
Comme d'une bien-aimée,
D'une infidèle,
Une fille bien vivante
Qui se réveille
À des lendemains qui chantent
Sous le soleil.
REFRAIN :
C'est elle que l'on matraque,
Que l'on poursuit, que l'on traque,
C'est elle qui se soulève,
Qui souffre et se met en grève.
C'est elle qu'on emprisonne,
Qu'on trahit, qu'on abandonne,
Qui nous donne envie de vivre,
Qui donne envie de la suivre
Jusqu'au bout, jusqu'au bout.
Je voudrais sans la nommer
Lui rendre hommage :
Jolie fleur du mois de mai
Ou fruit sauvage,
Une plante bien plantée
Sur ses deux jambes
Et qui traîne en liberté
Où bon lui semble.
REFRAIN
Je voudrais sans la nommer
Vous parler d'elle :
Bien-aimée ou mal-aimée,
Elle est fidèle ;
Et si vous voulez
Que je vous la présente,
On l'appelle Révolution permanente.
REFRAIN »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Le Révolutionnaire (Olivier Besancenot) - vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 23 mars 2017)