Zorro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Zorro
Affiche du film Le Signe de Zorro (1920).
Affiche du film Le Signe de Zorro (1920).

Alias Don Diego de la Vega (véritable identité)
Origine Californien
Sexe Masculin
Caractéristique Excellent escrimeur et cavalier
Famille Don Alejandro de la Vega (père)
Entourage Bernardo (serviteur)
Ennemi de Les soldats californiens et les bandits

Créé par Johnston McCulley
Interprété par Douglas Fairbanks
Tyrone Power
Guy Williams (série télévisée)
Frank Langella
Alain Delon
Duncan Regehr (série télévisée)
Anthony Hopkins
Antonio Banderas
Première apparition Le Fléau de Capistrano (1919)

Zorro (surnom qui signifie « renard » en espagnol) est un personnage de fiction créé en 1919 par Johnston McCulley (1883-1958) : c'est l'alter ego d'un riche hidalgo (issu de la petite noblesse espagnole), qui cache son identité à l'aide d'un masque et d'un costume noirs pour combattre l'injustice en Haute-Californie, région de la colonie espagnole de la Nouvelle-Espagne, à l'époque où Monterey en était la capitale, au début du XIXe siècle. Son costume entièrement noir comprend une cape, un chapeau plat (sombrero cordobés), et un loup qui masque la partie supérieure de son visage.

Ce personnage a inspiré des romans, des bandes dessinées, des films, des séries télévisées, des dessins animés, des jeux et d'autres héros masqués tels que Batman chez DC Comics (du propre aveu du dessinateur Bob Kane[1]) ou El Aguila chez Marvel Comic.

Genèse[modifier | modifier le code]

Première édition du roman-feuilleton Le Fléau de Capistrano dans la gazette illustrée All-Story Weekly (1919).

Le , est publiée dans la gazette illustrée américaine All-Story Weekly une histoire sous forme de feuilleton, intitulée Le Fléau de Capistrano (The Curse of Capistrano) écrite par Johnston McCulley. Le personnage de Zorro y apparaît pour la première fois, sous le surnom de Señor Zorro, et sous le nom véritable de Don Diego Vega, un riche noble de 24 ans du village de Reina de Los Angeles.

Très vite, l'histoire sera publiée sous forme de roman en 1924 sous le titre de Le Signe de Capistrano, puis sera republiée sous le nouveau titre de Le Signe de Zorro (The Mark of Zorro). C'est un très grand succès qui est très vite adapté au cinéma dès 1920 avec Le Signe de Zorro (The Mark of Zorro) dans lequel Douglas Fairbanks, la grande star de l’époque, tient le rôle-titre. Le film connaît un tel succès qu'en réponse à la demande publique alimentée par le film, Johnston McCulley écrira plus de soixante aventures supplémentaires de Zorro dès 1922. La dernière, The Mask of Zorro, a été publiée un an après la mort de l’auteur, en 1959. Si Le Fléau de Capistrano, la toute première aventure de Zorro, révélait l'identité du justicier masqué à la fin, les aventures suivantes qu'écrira l'auteur garderont, quant à elles, son identité toujours secrète.

Pour inventer Zorro, l'auteur se serait inspiré de trois personnages :

Johnston McCulley meurt en 1958, au moment où la toute première série télévisée tournée sur Zorro (Zorro), produite par Walt Disney, avec Guy Williams dans le rôle-titre, commençait à susciter un fort engouement[2]. Les magasins reçoivent de nombreux articles à l'effigie de Zorro avec des capes, des masques et même une épée avec une craie sur la pointe[2]. La presse et la télévision sont elles aussi prises par la folie Zorro au point que tout sujet était bon, du refus de Guy Williams de parader à cheval dans l'Oregon au vaccin en forme de « Z » d'un pédiatre californien (évoqué par le magazine Life), en passant par le premier baiser du héros titré « Rouge à lèvres pour marquer Zorro » (dans le Philadelphia Inquirer)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Douglas Fairbanks dans Le Signe de Zorro (The Mark of Zorro, 1920), revêtu de sa tenue noire emblématique, avec chapeau, loup et cape.

En Californie, au XIXe siècle, Don Diego de la Vega lutte contre ceux qui maltraitent les faibles : les bandits et l'administration militaire. Il est aidé dans sa tâche par son fidèle serviteur Bernardo.

Portée politique[modifier | modifier le code]

Le personnage de Zorro s'inscrit dans la propagande anti-mexicaine (en) des États-Unis, qui s'est notamment développée à partir des prémices de la guerre américano-mexicaine. Il dénigre la société et les dirigeants mexicains, en transposant l'archétype du héros chevaleresque dans une incarnation d'un noble justicier, espagnol, protégeant les paysans indigènes mexicains de Californie (présentés comme impuissants, incapables de se révolter) contre les abus de despotiques Mexicains, descendants des colons espagnols, à l'époque où ceux-ci venaient de prendre leur indépendance de l'Empire espagnol et étaient les principaux rivaux économiques des États-Unis.

Rivalité américano-mexicaine[modifier | modifier le code]

La présentation négative des dirigeants mexicains, dépeints comme une caste d'antagonistes malfaisants, particulièrement despotiques envers les paysans indigènes, dépourvus des valeurs morales chevaleresques associées à la noblesse espagnole à travers le personnage de Zorro, permet aux États-Unis de légitimer leur invasion du Mexique, et en particulier leur annexion de la Californie (en), lors de la guerre américano-mexicaine[3] ainsi que leur ingérence à plus long terme chez cet ancien rival pour le contrôle du commerce en Amérique[4].

Romantisme colonial ambigu[modifier | modifier le code]

Le personnage de Zorro, riche noble espagnol défenseur des pauvres paysans indigènes maltraités par les Mexicains, s’inscrit dans le cadre plus large du mouvement artistique et architectural du renouveau colonial espagnol (« Spanish Colonial Revival »), qui valorisait l’héritage espagnol de la Californie, tout en dénigrant la période ayant suivi l'indépendance mexicaine et précédé l'invasion états-unienne (1821-1848), en la présentant comme une période de décadence et de désordre[5].

Œuvres sur Zorro[modifier | modifier le code]

Romans parus en France[modifier | modifier le code]

Johnston McCulley a écrit une soixantaine d'aventures de Zorro. À la suite de la diffusion à la télévision française de la série Zorro produite par les studios Disney en 1957, quelques-unes ont été traduites en français sous le titre d'auteur de Walt Disney :

Éditions Hachette
Collection Idéal-Bibliothèque, éditions Hachette
  • 1959 : Zorro (réédité en 1972)
  • 1971 : Zorro arrive !
  • 1972 : Le Retour de Zorro
  • 1973 : Zorro et le sergent Garcia
  • 1973 : Zorro et le trésor du Pérou
  • 1974 : Zorro contre le gouverneur
  • 1975 : L'Épée de Zorro
Collection Bibliothèque rose, éditions Hachette
  • 1980 : Zorro (réédition en 1985)
  • 1980 : Zorro arrive ! (réédition en 1985)
  • 1986 : Le Retour de Zorro
  • 1986 : Zorro et le sergent Garcia
  • 1986 : Zorro contre le gouverneur
  • 1987 : L'Épée de Zorro (Seul Zorro et le trésor du Pérou n'est pas réédité dans la bibliothèque rose)
  • 1991 : Zorro et l'épée du cid (ISBN 9782010182556) (Ce volume démarre les adaptations de la série avec Duncan Regehr alors que les précédents adaptaient la série de Disney avec Guy Williams)
  • 1991 : Zorro et la forteresse du diable (ISBN 9782010182549)
  • 1991 : Mauvais quart d'heure pour Zorro (ISBN 978-2010182570)
Collection Bibliothèque verte, éditions Hachette
  • 1986 : Zorro contre-attaque (Ce titre et les deux suivants sont des traductions des romans de Johnston McCulley)
  • 1986 : Zorro et les pirates
  • 1986 : Le Signe de Zorro
Collection Folio Junior, éditions Gallimard

Sous le titre d'auteur Johnston McCulley :

D'autres auteurs ont repris le personnage, notamment :

Films[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Les larmes de Don Diego (Zorro Begins) de Didier de Kall.

Un fan-film français mêlant l'univers de Zorro à celui du manga Saint Seiya. Ce fan-film se veut être le prequel de la série de Walt Disney avec Guy Williams. On découvre ainsi comment Don Diego est devenu Zorro et pourquoi il a choisi le symbole du Renard. Le court-métrage s'est vu félicité par John Gertz, le président de la Zorro Productions Inc. [réf. nécessaire]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Dessins animés[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Le personnage de Zorro a été adapté en bande dessinée en France dès 1939 dans Jumbo. Ses animateurs les plus connus furent André Oulié (1947-1967), Eu. Gire (1949), dans des périodiques pour enfants et des petits formats. De 1974 à 1986, Le Journal de Mickey publia des histoires inédites dues pour la plupart à Robert Rigot puis Carlos Marcello (dessin) et Jean-Marie Nadaud (scénario).

Le personnage a été utilisé en Italie à partir de 1940. Des planches de Pier Lorenzo De Vita et Giuliano Giovetti furent publiées dans Le Journal de Mickey à partir de 1965 (numéro 667). De 1964 à 1967 Hans Kresse (dessin) et Joop Termos (scénario) proposèrent des histoires inédites aux lecteurs de l'hebdomadaire jeunesse néerlandais Pep.

Aux États-Unis, des histoires de Zorro apparaissent dans Four Color à partir de 1949. De 1958 à 1961, de nombreuses histoires adaptées de la série télévisée de 1957-1961 furent publiées, certaines dessinées par Alex Toth et Warren Tufts. Plusieurs de ces histoires furent reprises dans Le Journal de Mickey entre 1958 et 1978. De nombreux comic books éphémères ont été créés dans les années 1990 et 2000. Un comic strip a existé au tournant des années 2000.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Zorro, la légende, de Jean-Marc Michelangeli et Frédéric Muhl, mise en scène Frédéric Muhl, musique Barrio-Chino (Compagnie Carboni & Spirituosi).
  • 2008 : Zorro, comédie musicale de Stephen Clark, mise en scène Christopher Renshaw, musique Gipsy Kings, Garrick Theatre, Londres.
  • 2009 : Zorro, le musical, de Stephen Clark, adaptation de Éric Taraud, mise en scène Christopher Renshaw, musique Gipsy Kings, Folies Bergère, Paris.

Musique et chansons[modifier | modifier le code]

En 1964, Henri Salvador sort Zorro est arrivé, chanson parodique sur la face B d'un disque 45 tours du label Rigolo[7]. La chanson est une reprise de Along Came Jones (en) du groupe américain The Coasters, adaptée et écrite par Bernard Michel. Bien que Salvador n'aimait pas la chanson, celle-ci fut un grand succès populaire dans les années 1960[8].

Un an plus tard, la série télévisée Zorro avec Guy Williams dans le rôle principal est diffusée à la télévision française en . Son générique, chanté par Claude Germain (mari d'Anne Germain), son frère José Germain et Vincent Munro, devient culte avec ses paroles : « Un cavalier qui surgit hors de la nuit ! Court vers l'aventure au galop ! ». La chanson ressort sur un disque 45-tours en 1985, chantée cette fois par Jean Stout[9],[10],[11].

La même année que la reprise de Jean Stout, Disney lance deux titres chantés par Douchka Esposito : Zorro... Je chante parce que je t'aime et La chanson de Zorro. Les deux chansons sont classées au Top 50, la première à la 49e place et la seconde à la 16e place[12],[13].

En 1975 sort le film franco-italien Zorro avec Alain Delon dans le rôle du justicier. Le thème du film, Zorro is back est écrit par Guido et Maurizio de Angelis (sous le nom d'Oliver Onions) et sort sur un 45-tours la même année[14].

En 1998 sort le film américain Le Masque de Zorro avec Antonio Banderas dans le rôle principal. La chanson du film, I Want to Spend My Lifetime Loving You (en) écrite par James Horner et Will Jennings, et chantée par Marc Anthony et Tina Arena, est classée dans de nombreux charts européens : 3e en France, 9e en Belgique et 34e en Suisse[15].

En 2008 est produit le spectacle Zorro, le musical par Stephen Clark. Sa version française, adaptée par Éric Taraud, est présentée aux Folies Bergère en . L'album du spectacle propose 16 titres sur des musiques des Gipsy Kings[16],[17].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Jeux d'action, édité par U.S. Gold.
Jeux d'action, édité par Ubisoft Entertainment.
Jeux d'action aventure pour PlayStation 2 et Windows développé par In Utero édité par Cryo Interactive.
Jeux d'action, édité par 505 Games.

Jeux de rôle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Roberta E. Pearson et William Uricchio, The Many lives of the Batman, Routledge, , 213 p. (présentation en ligne), p. 6.
  2. a b et c (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 221.
  3. Foucrier Annick, « Le mythe californien dans l'histoire américaine », Pouvoirs, 2010/2 (n° 133), p. 5-15 : "en mettant en scène un régime espagnol despotique, [le personnage de Zorro] justifie aussi la conquête du territoire par les États-Unis démocratiques.".
  4. Fabien Blanc, « L’interventionnisme des États-Unis au Mexique : un combat contre la démocratie », Littératures, 2013 : "Les États-Unis supplantèrent ainsi totalement les puissances européennes au Mexique. Même si les États-Unis aidèrent le Mexique à se débarrasser des envahisseurs, en considérant le fait que ces envahisseurs représentaient une menace pour eux, on ne peut que se douter des intentions réelles de ce pays en pleine expansion durant le XIXe siècle.[...] Après la défaite des puissances européennes, Benito Juárez se réinstalla au pouvoir. Le soutien qu’il avait reçu des États-Unis fit de ceux-ci une puissance amie. L’influence étatsunienne allait désormais prendre un tour plus organisé sous la supervision des deux gouvernements, les États-Unis tentant déjà de peser sur les décisions politiques mexicaines."
  5. Emmanuelle Pérez Tisserant, Zorro, la légende de la Californie, 2019, pp.72-77.
  6. Notice n°: FRBNF32983686 se la Bibliothèque nationale de France
  7. (en) Zorro Est Arrivé sur Discogs
  8. Bertrand Dicale, « Et alors et alors Zorro est arrivé », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 8 juillet 2020)
  9. Olivier Fallaix et Rui Pascoal, La belle histoire des génériques télé : De Goldorak à Pokémon, Paris/impr. en Italie, Ynnis Editions, , 160 p. (ISBN 978-2-37697-062-0), p. 145
  10. Florian Guadalupe, « "Un jour, un générique" : "Zorro" », sur www.ozap.com, (consulté le 8 juillet 2020)
  11. (en) Jean Stout – La Chanson De Zorro sur Discogs
  12. « Douchka - ZORRO... JE CHANTE PARCE QUE JE T'AIME (chanson) », sur lescharts.com (consulté le 8 juillet 2020)
  13. « Douchka - LA CHANSON DE ZORRO (chanson) », sur lescharts.com (consulté le 8 juillet 2020)
  14. (en) Oliver Onions – Zorro Is Back - Chanson Extraite de la Bande Originale Du Film " Zorro " sur Discogs
  15. « Tina Arena & Marc Anthony - I WANT TO SPEND MY LIFETIME LOVING YOU (chanson) », sur lescharts.com (consulté le 8 juillet 2020)
  16. Mary Matys, « Zorro le musical », sur www.theatrotheque.com, (consulté le 8 juillet 2020)
  17. Rate Your Music, « Zorro: Le musical », sur rateyourmusic.com (consulté le 8 juillet 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages
  • (en) Audrey Parente et Rich Harvey, « A Century of Zorro : Celebrating the first true costumed hero », Alter Ego no 158,‎ , p. 45-49 (lire en ligne)
  • Olivier Besombes, Didier Liardet & Michelle Roussel : Zorro, l'emblème de la révolte, Éditions Yris, Nouvelle édition 2015.
  • (en) Mitzi M. Brunsdale, Icons of Mystery and Crime Detection : From Sleuths to Superheroes (2 volumes), Greenwood, coll. « Greenwood Icons », , 700 p. (ISBN 978-0-313-34530-2, lire en ligne), « Zorro : The Masked Avenger », p. 731-759.
  • Martin Winckler, Le rire de Zorro : étude de fond de Zorro, Paris, Bayard, , 147 p. (ISBN 2-227-47165-4)
  • Henri Filippini, « Zorro », dans Dictionnaire encyclopédique des héros et auteurs de BD, Opera Mundi, (ISBN 9782723427852), p. 178
  • Sonia Ben Khaled Salhi, Mythes et légendes dans la didactique du Français langue étrangère, thèse de linguistique, Université Toulouse le Mirail - Toulouse II, 2014. Partie 3.2. « Zorro, le mythe du personnage » (p.129-132).
Sites internet

Liens externes[modifier | modifier le code]