Théâtre du Chien qui fume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Théâtre du Chien qui Fume
Image illustrative de l’article Théâtre du Chien qui fume

Genre salle de théâtre et de spectacles vivants
Lieu Avignon Drapeau de la France France
Période théâtre permanent, festival off d'Avignon
Capacité 200 places
Date de création 1982
Fondateurs Gérard Vantaggioli
Direction Danielle Vantaggioli
Direction artistique Gérard Vantaggioli
Site web http://www.chienquifume.com

Le Théâtre Le Chien qui Fume est une salle de théâtre créée par Gérard Vantaggioli à Avignon en 1982, rue des Teinturiers[1] et qu'il dirige depuis lors. C'est l'une des six scènes permanentes d'Avignon[2].

Le Théâtre du Chien qui fume fut à l'origine une compagnie théâtrale créée en 1973 par Gérard Vantaggioli, qui devint la Compagnie Gérard Vantaggioli en 1981.

Gérard Vantaggioli[3] est, par ailleurs, auteur de théâtre, comédien et metteur en scène. Il est l'une des figures du Festival Off d'Avignon.

Salle permanente[modifier | modifier le code]

Outre une programmation éclectique d'une vingtaine de spectacle: concerts, conférences, créations dramatiques, le Théâtre du Chien qui fume propose une fois par mois « Les Amoureux de la scène »[4], avec sept artistes ou groupes invités par soirée. L'entrée est libre et les spectateurs sont conviés à voter pour leurs spectacles préférés ; une quinzaine sont ainsi sélectionnés et participent à une grande finale où un jury de professionnels et de journalistes y décernent différents prix.

C'est également un lieu d'accueil pour compagnies en résidence.

Fort du succès de sa salle, Gérard Vantaggioli ouvre un théâtre de taille plus modeste : Le Petit Chien, dans une rue adjacente, ouvert principalement durant le festival off.

Festival off[modifier | modifier le code]

Durant le mois de juillet c'est un haut lieu du Festival off d'Avignon, où de grands noms du monde de la scène sont passés : Annie Girardot, Michel Vitold, Michael Lonsdale, ou passent encore, comme Clémentine Célarié, Marc Jolivet, Rufus, Christophe Alévêque, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]