Division Sultan Mourad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Brigade Sultan Mourad)
Aller à : navigation, rechercher
Division Sultan Mourad
Image illustrative de l'article Division Sultan Mourad

Idéologie Nationalisme syrien, nationalisme turkmène, néo-ottomanisme, sécularisme
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Statut Actif
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorats d'Alep, Lattaquié et Idleb
Organisation
Chefs principaux • Fahim Issa
• Ahmed Osman
Membres 1 000 à 1 300[1],[2]
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Chambre d'opération de Marea (2014-2016)
Fatah Halab (2015-2016)
Chambre d'opération Hawar Kilis (depuis 2016)
Soutenu par Turquie, États-Unis
Guerre civile syrienne

La Brigade Sultan Mourad (arabe : لواء السلطان مرد, Liwa Sultan Murad), rebaptisée en 2015 Division Sultan Mourad (arabe : فرقة السلطان مراد, Firqat Sultan Murad), est un groupe rebelle de la guerre civile syrienne.

Logos et drapeaux[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Le groupe est fondé le 8 ou le [1],[2], après la dissolution du Jabhat Ahfad al-Sultan (« Le Front des descendants des Sultans »), dont la Brigade du Sultan Mourad est issue[3],[2]. Elle tire son nom du sultan de l'Empire ottoman Mourad II[3],[2]. La brigade est principalement composée de Turkmènes de Syrie[3],[4],[2].

Le , la Brigade Sultan Mourad fusionne avec d'autres groupes rebelles turkmènes — la brigade du Sultan Mehmet le Conquérant, la brigade du martyr Zaki Turkmani et la brigade Ashbal al-Aqeeda — et se rebaptise Division Sultan Mourad[2].

Affiliations[modifier | modifier le code]

La Brigade Sultan Mourad est affiliée à l'Armée syrienne libre[3]. Elle intègre la Chambre d'opération de Marea en septembre 2014[5], puis la chambre d'opération Fatah Halab le [6],[7] et ensuite la Chambre d'opération Hawar Kilis en avril 2016[8].

Idéologie[modifier | modifier le code]

La Division est nationaliste turc, voir néo-ottomane[2]. Selon Jennifer Cafarella et Genevieve Casagrande, analystes pour the Institute for the Study of War (en), le groupe est modéré et séculariste[4].

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

La brigade est commandée par Fahim Issa et par le colonel Ahmed Osman[1],[2],[9]. Un de ses chefs militaires, Kemal Ömer Tilki, est tué à Alep le 13 novembre 2016[2].

Effectifs[modifier | modifier le code]

Le groupe compte 1 000 hommes fin 2015 selon le bureau de médias des Forces révolutionnaires de Syrie[1]. En 2016, la Division Sultan Mourad revendique 1 300 combattants[2].

Armement[modifier | modifier le code]

La Brigade Sultan Mourad est armée et équipée par la Turquie[2]. À partir de fin 2015, le groupe bénéficie de missiles antichar BGM-71 TOW livrés par les États-Unis[3],[4].

Zones d'opérations[modifier | modifier le code]

La brigade est active principalement dans le gouvernorat d'Alep et notamment dans la ville d'Alep même, mais elle est aussi intervenue dans le gouvernorat d'Idleb et le gouvernorat de Lattaquié[3],[2]. Elle participe à la bataille d'Alep[2], la bataille de Jisr al-Choghour[2], l'Opération Bouclier de l'Euphrate[2], la bataille de Jarablus[2] et la bataille d'al-Bab[2]. Le groupe a combattu contre le régime syrien, l'État islamique et les Forces démocratiques syriennes[2]. En 2016, il a également affronté un autre groupe rebelle à Alep, le Harakat Nour al-Din al-Zenki, suite à un différend[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sultan Murad Brigade, RFS, 5 novembre 2016.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Stéphane Mantoux, Soldats rebelles 5/La division Sultan Murad, Historicoblog, 19 février 2017.
  3. a, b, c, d, e et f Hasan Mustafa, The moderate rebels: a growing list of vetted groups fielding BGM-71 TOW anti-tank guided missiles, octobre 2015.
  4. a, b et c Jennifer Cafarella et Genevieve Casagrande, Syrian Armed Opposition Forces in Aleppo, Institute for the Study of War, 13 février 2016.
  5. (ar) “السلطان مراد” تعلن شمال حلب منطقة عسكرية, Enabbaladi, 18 janvier 2016.
  6. "Infographic: "Fatah Halab" military operations room – coalition of 31 rebel factions", Archicivilians, 18 juin 2015.
  7. Luc Mathieu, Libération : Syrie : l’Armée de la conquête sur le chemin de Damas, Libération, 14 mai 2015.
  8. (en) @badly_xeroxed, #Infographic of #FSA groups and related factions in #EuphratesShield/#FıratKalkanı/#درع_الفرات North #Aleppo #Syria, Twitter, 25 octobre 2016.
  9. Caroline Hayek, Syrie : les enjeux de la bataille de Manbij, OLJ, 3 mars 2017.