Néo-ottomanisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le néo-ottomanisme (en turc Yeni Osmanlıcılık) est une doctrine politique turque visant à augmenter l'influence de la Turquie dans les régions anciennement sous la domination de l'Empire ottoman.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce néologisme est utilisé pour décrire le tournant pris par la politique étrangère menée par le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir. Le néo-ottomanisme marque un changement important par rapport à la période antérieure, marquée par l'idéologie kémaliste. Les prémices de cette évolution remontent au gouvernement Turgut Özal (1983-1989)[1].

L'architecte de cette politique néo-ottomane est Ahmet Davutoğlu, ministre des Affaires étrangères entre 2009 et 2014. Selon lui, une lobotomie culturelle, le kémalisme, a fait perdre à la Turquie son identité profonde. En effet, repliée sur l'étroit quadrilatère anatolien, la Turquie se serait coupée de son environnement culturel et historique. Ainsi, la Turquie appartiendrait dans l'ordre à trois espaces distincts : le monde musulman au sud, l'Eurasie à l'est et l'Occident à l'ouest. Davutoğlu ne rejette pas l'orientation vers l'Occident mais les autres options ne doivent pas être sacrifiées à son seul bénéfice. De Sarajevo à Bagdad en passant par Istanbul et Grozny, une même communauté d'âme existe selon lui : l'islam et le souvenir de l'Empire ottoman. Se contenter du statu quo d'une politique isolationniste serait dans l'esprit de Davutoğlu assigner la Turquie à un rôle périphérique, la rendant otage des luttes entre puissances terrestres et maritimes. La Turquie serait donc la future puissance centrale, aux convergences des routes Nord-Sud[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Murinson, Turkey's Entente with Israel and Azerbaijan: State Identity and Security in the Middle East and Caucasus (Routledge Studies in Middle Eastern Politics), Routledge, (ISBN 0415778921), p. 119
  2. Tancrède Josseran, La nouvelle puissance turque, Paris, Ellipses, , 219.p p. (ISBN 978-2-7298-54676), p.41-42.

Article connexe[modifier | modifier le code]