3e régiment de spahis marocains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 3e régiment.

3e Régiment de Spahis Marocains
Création 1923
Dissolution 1962
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Spahis
Rôle Cavalerie
Ancienne dénomination Spahis réguliers d'Oran
Inscriptions
sur l’emblème
MAROC 1912-1926-1929-1934
GARIGLIANO 1944
KARLSRUHE 1945
Guerres Guerre du Rif
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie

Le 3e régiment de spahis marocains (3e RSM) était une unité appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée française.

Historique[modifier | modifier le code]

Créé en 1923, le 3e régiment de spahis marocains (3e RSM) participe à la guerre du Rif au Maroc, aux opérations de Grand-Atlas et à la pacification du Moyen-Atlas et de l'Anti-Atlas.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Groupement de Cavalerie est destiné à former à la mobilisation des Groupes de Reconnaissance. Aussi, dès la déclaration de guerre, le 3e Régiment de Spahis Marocains, disparaît-il, partiellement, en tant que tel pour se répartir et donner naissance à un Groupe de Reconnaissance, le 80e Groupe de Reconnaissance de Division d’Infanterie (80e GRDI).

En 1943 il intègre le Corps expéditionnaire français (CEF) avec lequel il participe au sein de la 2e Division d'Infanterie Marocaine à la campagne d'Italie, ouvre la route de Rome. Puis participe à la Libération de la France (Vercors, Trouée de Belfort) et enchaîne avec la campagne d'Allemagne jusqu'au . Il s'installe au camp de Bockange à compter du et participera plus tard aux opérations de maintien de l'ordre au Maroc et en Algérie.

De à la fin de la guerre, le régiment est commandé par le colonel Henri Navarre, futur commandant en chef des forces françaises en Indochine au moment de la bataille de Dien Bien Phu[1].

Traditions[modifier | modifier le code]

Inscriptions de bataille[modifier | modifier le code]

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, trois inscriptions de batailles sont ajoutées à l'étendard du 3e Spahis

  • MAROC 1912-1926-1929-1934
  • GARIGLIANO 1944
  • KARLSRUHE 1945

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Croix de guerre 1939-1945 avec deux palmes. Le régiment est notamment cité à l'ordre de l'armée pour la prise de Karlsruhe ().
  • Fourragères françaises aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 avec olive aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1939-1945
  • Croix du Mérite Militaire Chérifien.

Personnalités ayant servi au 3e régiment de spahis marocains[modifier | modifier le code]

  • Henri Navarre, général, commandant en chef des forces françaises en Indochine de à la chute de Dien Bien Phu.
  • Christian de Castries, général, commandant pendant la campagne d'Allemagne sous les ordres de Navarre et à nouveau sous ses ordres en 1954 au commandement du camp retranché de Dien Bien Phu.
  • Jean Pouget (1920-2007), militaire, écrivain et grand reporter au Figaro, blessé lors de la prise de Karlsruhe, futur aide de camp du général Navarre en Indochine, saute sur Dien Bien Phu avec le dernier bataillon parachutiste (1er BPC) envoyé en renfort, quatre jours avant la chute du camp retranché.
  • Michel Jobert (1921-2002), ministre des Affaires étrangères entre 1973 et 1974.
  • Vincent Serralda (1905-1998), fut prêtre près d'Alger puis vicaire à l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris de 1964 à 1968.
  • El Mahdi el Glaoui, lieutenant, fils ainé du pacha de Marrakech, Thami El Glaoui, mortellement blessé en mai 1944 dans son char dans le village de Ceccano.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Navarre, Le Temps des vérités, Plon, , p. 172