507e régiment de chars de combat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

507e RCC
image illustrative de l’article 507e régiment de chars de combat
Insigne régimentaire du 507e RCC

Création 1918
Dissolution 1997
Pays France
Branche Armée de terre
Type Arme blindée cavalerie
Rôle Régiment de chars de combat
Commandant historique Colonel de Gaulle

Le 507e RCC est un régiment de chars de combat ayant combattu lors des Première et Seconde Guerres mondiales.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Char FT en dotation au 507e RAS en 1918
  • 1916 : création de l'artillerie d'assaut.
  • 1918 : création, en août, 507e régiment d’artillerie spéciale (507e RAS).
  • 1920 : devient, par changement d'appellation, le 507e régiment de chars de combat (507e RCC).
  • 1939 : le régiment devient le groupe de bataillons de chars 507 (GBC 507).
  • 1940 : dissolution du GBC 507.
  • 1984 : nouvelle création du 507e RCC.
  • 1997 : nouvelle dissolution.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1918 - 1919 : commandant Clayeux
  • 1919 - 19xx : lieutenant-colonel Girard
  • .
  • 1933 - 1935 : colonel Loizillon
  • 1935 - 1937 : colonel Guillot
  • 1937 - 1939 : colonel Charles de Gaulle
  • 1939 - 1939 : colonel Roche
  • 1984 - 1986 : colonel Berthelot
  • 1986 - 1988 : lieutenant-colonel Pellegrin
  • 1988 - 1991 : colonel Boutry
  • 1991 - 1993 : colonel Nisse
  • 1993 - 1995 : colonel Foucher
  • 1995 - 1997 : colonel de Laforcade

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À sa création au camp de Cercottes, en août 1918, le 507e RAS, commandé par le commandant Clayeux, comprend trois bataillons de chars légers (BCL) dotés de FT 17 et constitués chacun de trois compagnies, dénommées AS.

  • 19e bataillon, formé le 4 août 1918, commandé par le chef d'escadrons Keller puis le commandant Hallez
    • AS 355,
    • AS 356,
    • AS 357.
  • 20e bataillon, formé le 11 août 1918, commandé par le commandant Wattel
    • AS 358,
    • AS 359,
    • AS 360.
  • 21e bataillon, formé le 18 août 1918, commandé par le commandant Lourdel-Henaut
    • AS 361,
    • AS 362,
    • AS 363.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1934, le régiment est doté de 50 chars D1 qui sont affectés au I/507e RCC jusqu'en mars 1937, date à laquelle ils sont transférés au 509e RCC et remplacés, en juillet, par le nouveau char D2. Au 2e bataillon du régiment, les vieux FT ont été remplacés depuis janvier par 45 chars Renault R35[1].

Le 13 juillet 1937, le colonel de Gaulle est affecté au 507e régiment de chars de combat. Le 507e RCC est alors basé au quartier Lizé à Montigny-lès-Metz[2]. C'est la rencontre concrète avec son outil de prédilection. Le colonel de Gaulle prend le commandement du régiment, par intérim, en septembre 1938[3], sous les ordres du général Charles Delestraint[4]. Lors des manœuvres, Charles de Gaulle tente d'imposer, contre le règlement, sa conception de l'usage autonome des blindés, ce qui lui vaut l'hostilité de son supérieur, le général Henri Giraud.

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de sa dissolution, le 507e RCC donne naissance à trois bataillons de chars de combats qui seront ventilés dans différents groupes de bataillons de chars :

  • GBC 517
    • 19e bataillon de char de combat (I/507e RCC - 45 chars D2)
  • GBC 502[5]
    • 20e bataillon de char de combat (II/507e RCC - 45 chars R35)
  • GBC 508
    • 21e bataillon de char de combat (45 chars R35)[6]

Garnisons[modifier | modifier le code]

Campagnes[modifier | modifier le code]

Traditions[modifier | modifier le code]

Comme pour tous les RCC le cri de ralliement est le « Rick de rick ».

Devise[modifier | modifier le code]

« Toujours plus »

Insigne[modifier | modifier le code]

Ovale de feuilles à un heaume sommant un écu chargé d’une salamandre, au-dessus d’une croix de Lorraine.

Étendard[modifier | modifier le code]

Inscriptions sur l'étendard :

  • Oise, 1918
  • Mont D'Origny, 1918

Citation[modifier | modifier le code]

« A fait preuve dans trois attaques successives d'endurance, de bravoure et d’énergie exceptionnelle. »

— Maréchal Pétain, 1918.

Décorations[modifier | modifier le code]

Il est décoré de la croix de guerre 14-18 avec palme

Refrain[modifier | modifier le code]

« Cinq cent septième régiment de chars, toujours joyeux, toujours flambard. »

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Favréaux : aumônier du régiment en 1939

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. In revue GBM n° 79, page 21.
  2. Ministère de la Guerre. 6e région. Place de Metz. Intendance et subsistances. 26 janvier 1938. État de renseignements pour la fourniture du vin aux corps de troupe de la 6e région pendant le 2e trimestre 1938. Hellenbrand, Metz, 1938.
  3. « Chronologie militaire de Charles de Gaulle », sur le site charles-de-gaulle.org, consulté le 7 mai 2010.
  4. François Roth (dir. F-Y. Le Moigne): A l’épreuve des guerres mondiales, in Histoire de Metz, éditions Privat, 1986, p. 379.
  5. Ce bataillon sera finalement intégré à la 4e DCr.
  6. Constitué conjointement avec le 512e RCC.
  7. In revue GBM n° 79, page 19.