7e régiment de tirailleurs marocains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
7e Régiment de Tirailleurs Marocains
image illustrative de l’article 7e régiment de tirailleurs marocains
Insigne régimentaire du 7e Régiment de Tirailleurs Marocains

Création 1929
Dissolution 1957
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type régiment tirailleurs
Rôle Infanterie
Garnison Meknès avant 1935
Wetzlar 1953-1956
Ancienne dénomination 67e Régiment de Tirailleurs Marocains
Devise « Avance ou Meurs »
Inscriptions
sur l’emblème
Maroc 1927 – 1934
Gemblous 1940
Tunisie 1943
Guerres Seconde Guerre mondiale et Algérie
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 avec une olive aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1939-1945
Décorations Croix de guerre 1939-1945
2 palmes
Croix de la Croix de Guerre Belge 1940-1945
1 palme

Le 7e régiment de tirailleurs marocains ou (7e R.T.M) était un régiment d'infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée de terre française.

Le 7e RTM s'est notamment illustré lors de la Bataille de Gembloux en mai 1940.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • Le 67e régiment de tirailleurs marocains créé en 1926
  • Devient 7e R.T.M en 1929.
  • Dissous en 1944.
  • Un bataillon de marche du même régiment est créé de 1948 à 1950.
  • Recréé en 1953.
  • Dissous en 1957.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1940 : colonel Vendeur

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Bataille de France 1940[modifier | modifier le code]

Le 7e RTM participe à la Bataille de Gembloux le 15 mai 1940 puis à la défense de Lille fin mai 1940 au sein de la 1re division marocaine.

Traditions[modifier | modifier le code]

Insigne du 7e Régiment de Tirailleurs Marocains[modifier | modifier le code]

Octogone étoile verte au chiffre 7 dans ciel bleu cigogne blanche noire passant au-dessus de fortifications rouges T et M sur fond vert.

Drapeau du régiment[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1]:

7e régiment de tirailleurs marocains - drapeau.svg

Devise du 7e Régiment de Tirailleurs Marocains[modifier | modifier le code]

« Avance ou Meurs »

Décorations[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

« Régiment Nord-Africain d'élite. A fait preuve des plus belle qualités d'endurance et de combativité dès les premiers engagements de mai 1940, en Belgique, sous l'ardente impulsion de son chef, le Colonel Vendeur. Ayant couvert 130 kilomètres en trois jours, a subi, dès son arrivée sur la position de Cortil-Noirmont, très sommairement organisée, le choc des divisions blindées allemandes. Malgré l'état de fatigue immense des Tirailleurs et l'absence de tout obstacle de valeur barrant la trouée de Gembloux, le 1er Bataillon à Ernage, les 2e et 3e Bataillons à Cortil-Noirmont, on réussi, le 14, 15 et 16 mai 1940, à arrêter les attaques des forces adverses, leur infligeant des pertes très dures en hommes et matériel. Maintenu en arrière-garde après le repli général ordonné le 15 mai, s'est énergiquement dégagé dans la matinée du 16, du centre de résistance de Cortil-Noirmont, pour porter à Tilly un vigoureux coup d'arrêt à l'ennemi, refoulant son infanterie sur plusieurs kilomètres par une contre-attaque brutale à la baïonnette. »

— Citation à l'ordre de l'armée française décernée au 7e RTM après la Bataille de Gembloux (1940)

« Régiment d'élite qui, fidèle à ces traditions légendaires, a donné toute sa mesure de bravoure et d'esprit de sacrifice au cours des opérations de mai 1940 en Belgique. Engagé en hâte dans la bataille de Gembloux avec la 1re Division Marocaine, après avoir couvert 130 kilomètres en trois jours, a, dès son arrivée sur la position, subi le choc des formations blindées allemandes. A Cortil-Noirmont et à Ernage, les 14 et 15 mai, a réussi, au prix de lourds sacrifices, à arr$eter les attaques répétées des forces adverses. Maintenu en arrière-garde après le repli général ordonné le 15 mai, le Régiment s'est énergiquement dégagé le 16 mai du centre de résistance de Cortil-Noirmont et a mené à Tilly une brillante contre-attaque à la baïonnette, refoulant l'ennemi de plusieurs kilomètres. »

— Citation à l'ordre de l'armée belge décernée au 7e RTM après la Bataille de Gembloux (1940)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique. 1830-1962, éd. Albin Michel, Paris, 1994
  • Robert Huré, L'Armée d'Afrique : 1830-1962, éd. Charles-Lavauzelle, Paris, 1977

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]