505e régiment de chars de combat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
505e RCC
Image illustrative de l'article 505e régiment de chars de combat
Insigne régimentaire du 505e RCC

Création 1918
Dissolution 1939
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Arme blindée cavalerie
Rôle Régiment de chars de combat
Garnison Vannes
Inscriptions
sur l’emblème
Saint-Mihiel 1918
Montfaucon 1918
Guerres Première Guerre mondiale
Deuxième Guerre mondiale

Le 505e régiment de chars de combat (ou 505e RCC) est une unité militaire de chars de combat ayant combattu pendant les Première et Seconde Guerre mondiale.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1916 : création de l'artillerie d'assaut
  • 1918 : création du 505e régiment d’artillerie spéciale (505e RAS)
  • 1920 : devient le 505e régiment de chars de combat (505e RCC)
  • 1929 : dissolution.
  • 1929 : nouvelle création du 505e RCC
  • 1939 : le régiment devient le groupe de bataillons de chars 505 (GBC 505)
  • 1940  : dissolution du GBC 505

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1918, le 505e RAS est constitué des

  • 13e bataillon : AS 337, 338 et 339.
  • 14e bataillon : AS 340, 341 et 342.
  • 15e bataillon : AS 343, 344 et 345.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de sa dissolution, le 505e RCC donne naissance à quatre bataillons de chars de combats qui seront affectés aux GBC 505 et 515 comme suit :

  • GBC 505 du lieutenant-Colonel Hudry
    • 14e bataillon de char de combat (45 chars H39)
    • 27e bataillon de char de combat (45 chars H39)
  • GBC 515
    • 13e bataillon de char de combat (45 chars H39)
    • 35e bataillon de char de combat (45 chars R35)

Le GBC 505 est dissous en août 1939 afin de permettre la formation de la 4e demi-brigade de chars légers du lieutenant-colonel Goîhen, qui opère au sein de la 2e DCR.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Garnisons[modifier | modifier le code]

Campagnes[modifier | modifier le code]

Traditions[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

La salamandre fut le premier symbole adopté par les groupes de chars I et II en janvier 1917. Il fut remplacé dès septembre 1917 par le heaume sur les canons croisés imposé par le général Estienne pour symboliser "l'artillerie d'assaut" qu'il venait de créer. Le champ d'hermine évoque la Bretagne et la ville de Vannes où le régiment était en garnison de 1929 à 1939.

Étendard[modifier | modifier le code]

Inscriptions sur l'étendard :

  • Saint-Mihiel 1918
  • Montfaucon 1918.

Citation[modifier | modifier le code]

« Malgré des pertes sévères a réussi à maintenir en avant des vagues d'assaut, attaquant et réduisant de nombreux centres de résistance, facilitant ainsi l'infanterie américaine sur plusieurs kilomètres de profondeur, une rapide progression à travers les lignes ennemies »

— Citation 1918 (AS 5)

Décorations[modifier | modifier le code]

En 1939, l'unité suivante portait la fourragère Croix de Guerre 1914-1918

  • 3e Compagnie (AS 5) deux palmes.

Les 13e, 14e et 15e bataillons ont été cités à l'ordre de l'Armée.

Refrain[modifier | modifier le code]

« N'importe quand, sur n'importe quoi, contre n'importe qui. »

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Général Andolenko, Historique de l'Arme Blindée et de la Cavalerie, Paris, 1968, Éditions Eurimprim.
  • Militaria no 316
  • Historique du 505e régiment d'artillerie d'assaut, Rennes, F. Simon, , 36 p., disponible sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]