23e régiment de dragons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

23e régiment de dragons
Image illustrative de l’article 23e régiment de dragons
Cavalier du 23e dragons de la Grande Armée

Création 1670
Dissolution 1928
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment de dragons
Rôle Cavalerie
Surnom Royal Piémont
Devise Noli irritare leonem
(Personne n'irrite le lion)
Inscriptions
sur l’emblème
Mayence 1793
Wagram 1809
La Moskova 1812
Dresde 1813
Picardie 1914
Champagne 1918
Guerres Guerres napoléoniennes
Première Guerre mondiale
Décorations Croix de guerre 1914-1918 avec palme.

Le 23e régiment de dragons (ou 23e RD), est une unité de cavalerie de l'armée française, formé sous le 1er Empire à partir du 14e régiment de cavalerie issu du régiment Royal-Piémont cavalerie un régiment de cavalerie français d'Ancien Régime créé en 1671. Elle est actuellement dissoute.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1670 : levé à Turin par le duc de Savoie qui le céda à Louis XIV. Colonel prince de Piémont (premier roi de Sardaigne).
  • 1671 : Prince de Piémont.
  • 1690 : Royal-Piémont. Resta étranger jusqu'en 1690, lorsqu'il fut confisqué par le roi.
  • 1791 : 14e régiment de cavalerie[1].
  • 1803 : 23e régiment de dragons[1].
  • 1814 : Dissous[1].
  • 1873 : 23e régiment de dragons[1].
  • 1928 : Dissous.

Colonels/chefs de corps[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Uniforme du Royal Piémont cavalerie en 1757.

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Le 23e régiment de dragons est licencié en 1814[1].

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Caserne des Dragons vers 1909, Quartier Louvois, Reims

Le régiment est recréé en 1873, à partir de quatre escadrons, issus du 2e, 4e, 7e et 8e régiment de dragons[1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Défilés de dragons du 23e (et du 6e) à Vincennes le .

Grande Guerre 1914-1918.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

« A fait preuve d'une ténacité et d'une énergie combative admirables. » Citation à l'ordre de l'armée, 1918.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Un détachement du 23e dragons présente les honneurs au maréchal Foch lors de la conférence de Saint-Germain-en-Laye, juin 1919.

En 1921, le régiment est rattaché à la 5e brigade de dragons de la 5e division de cavalerie[3]. Il est dissout en 1928[réf. nécessaire].

Étendard[modifier | modifier le code]

Les noms des batailles s'inscrivent en lettres d'or sur l'étendard[4]:

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre 1914-1918 française.jpg avec 1 palme.

Personnalités ayant servi au régiment[modifier | modifier le code]

Le lieutenant Clavé du 23e RD à un championnat d'équitation à New York en 1927.

Source[modifier | modifier le code]

  • Historiques des corps de troupe de l'armée française (1569-1900), Ministère de la Guerre, Paris, Berger-Levrault, 1900
  • Général Andolenko, Recueil d'historique de l'arme blindée et de la cavalerie, Paris, Eurimprim, 1968
  • Général Suzane, Histoire de la cavalerie française, Paris, Dumaine, 1874.
  • Journal de marche du 23e Régiment de Dragons pendant la Campagne 1914-1918, Montauban, Imprimerie Georges Forestié, , 65 p., lire en ligne sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Maurice Loir, Au drapeau ! Récits militaires extraits des mémoires de G. Bussière et E. Legouis, du Cte de Ségur, du maréchal Masséna, du général Vte de Pelleport,... et des journaux, , 313 p. (lire en ligne), p. 288
  2. Almanach Hachette pour 1914 (rubrique "armée" )
  3. « Tableau de l'organisation des divisions et des groupements régionaux de cavalerie à la date du 1er août 1921 », Revue de cavalerie,‎ (lire en ligne)
  4. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  5. « Ministère de la culture - Base Léonore », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le ).