5e régiment de chevau-légers lanciers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

5e régiment de chevau-légers lanciers
image illustrative de l’article 5e régiment de chevau-légers lanciers
Drapeau d'armée du Premier Empire

Création
Dissolution 1815
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Branche Grande Armée
Type Régiment
Rôle Cavalerie
Guerres Guerres napoléoniennes

Le 5e régiment de chevau-légers lanciers également appelé plus simplement 5e régiment de chevau-légers ou 5e régiment de lanciers est une unité de cavalerie française issue du 10e régiment de dragons.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Colonels, chefs de brigade[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le 5e régiment de chevau-légers lanciers est formé par décret impérial du 18 juin 1811, du 10e régiment de dragons.

Le 5e régiment de chevau-légers lanciers fait la campagne de Russie de 1812 au corps d'observation de l'Elbe et au 1er corps de cavalerie de réserve de la Grande Armée avec lequel il est engagé aux batailles de La Moskowa et de Winkowo.

Il fait la campagne de 1813 en Allemagne, au 1er corps de cavalerie de la Grande Armée, ou il participe aux batailles de Wachau et de Hanau. En 1814, il est en France, au 1er corps de cavalerie, ou il participe aux batailles de Montmirail et de Vauchamps (14 février).

Lors de la réorganisation des corps de cavalerie le 12 mai 1814, le 5e régiment de chevau-légers lanciers garde en premier lieu son numéro avant de prendre la dénomination de régiment de lanciers d'Angoulême.

À son retour de l'ile d'Elbe le 1er mars 1815, Napoléon Ier, réorganisa les différents corps de l'armée. Un décret du 20 avril 1815, rendit aux anciens régiments de cavalerie les numéros qu'ils avaient perdus sous la première restauration. Le régiment reprend le nom de 5e régiment de chevau-légers lanciers et durant les Cent-Jours, affecté au 1er corps d'armée, il est aux campagnes de Belgique et de France et combat aux batailles de Ligny et de Mont-Saint-Jean.

Le 16 juillet 1815, comme l'ensemble de l'armée napoléonienne, il est licencié à la Seconde Restauration et le régiment n'est pas recréé.

Un 5e lanciers participe en 1832, à Paris, à la répression de l'insurrection des 5 et 6 juin

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adrien Pascal : Histoire de l'armée et de tous les régiments T4
  • François Joseph Michel Noel, LJM Carpentier : Nouveau dictionnaire des origines, inventions et découvertes T4
  • Jean-Baptiste Duvergier : Lois, décrets, ordonnances, règlements, avis du conseil-d'État T19
  • Pierre-François Tissot : Les fastes de la gloire : ou, Les braves recommandés à la postérité
  • Le capitaine Tricorne, Revue de Bruxelles, Nouvelle série.- année 1849, tome septième, pp. 257-263

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  • Les ouvrages cités en bibliographie
  1. Histoire de l'armée et de tous les régiments T4 Adrien Pascal