Réorganisation des corps de cavalerie français (1815)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réorganisation des corps de cavalerie français et Amalgame.

Ordonnance du 11 août 1815
Réorganisation des corps de cavalerie français en 1815
Création des légions départementales
Image illustrative de l’article Réorganisation des corps de cavalerie français (1815)
Drapeau de la France de 1815 à 1830

Création 1815
Dissolution 1825
Pays Royaume de France Royaume de France
Branche Cavalerie
Batailles Aucune

Sous la Restauration, deux ordonnances royales, des 16 juillet et 30 août 1815, réorganisent les corps de cavalerie de l'armée française en 48 corps :

Historique[modifier | modifier le code]

L'ordonnance royale du 12 mai 1814 réorganise les corps de l'armée française. Cette ordonnance concerne les organisations de l'infanterie, de la cavalerie, de l'artillerie, du génie et de la Vieille Garde après l'exil de Napoléon à l'île d'Elbe.
Une autre ordonnance du Roi en date 12 août 1814 porte l'organisation de la cavalerie Française à 56 régiments[1].
À son retour de l'ile d'Elbe, le 1er mars 1815, Napoléon Ier, réorganisa les différents corps de l'armée.

L'armée s'étant ralliée à Napoléon, Louis XVIII, qui est obligé de se réfugier à l'étranger, publie, le , à Lille, une ordonnance licenciant l'armée. Par une ordonnance du 14 juin il forme un régiment de chasseur à cheval sous la dénomination de « Royal-chasseurs ».

Le 8 juillet Louis XVIII est de retour à Paris. Le roi ne pardonnait pas à l'armée l'entrain avec lequel les régiments avaient abandonné la cocarde blanche pour reprendre la cocarde tricolore et obéir à l'Empereur. Il maintint son ordonnance du 23 mars qui licenciait toutes les troupes et voulut réorganiser l'armée sur de nouvelles bases qui briseraient tous les souvenirs de l'Empire.
Ainsi, le 14 juillet, après la soumission au gouvernement royal du maréchal Davout, commandant des forces armées repliée derrière la Loire, le roi dissous et licencie l'armée Impériale par une nouvelle ordonnance royale en date du 16 juillet 1815 : « Considérons qu'il est urgent d'organiser une nouvelle armée attendu que d'après notre ordonnance du 23 mars celle qui existait se trouve licenciée.... ».

Sous la seconde Restauration, deux ordonnances royales des 16 juillet et 30 août 1815 constituèrent de nouveau les corps de cavalerie.
Ils furent réduits à 47 avec en plus de la cavalerie de la garde royale, savoir :

Comme pour les régiments d'infanterie, les régiments de cavalerie supprimés furent incorporés dans ceux conservés.

Ces dénominations furent supprimées après la révolution de juillet 1830.
Les régiments de dragons, ceux de chasseurs et de hussards prirent des noms de départements.
Une ordonnance du 17 août 1825 conserva les noms donnés aux six premiers régiments de cuirassiers, et prescrivit qu'à l'avenir les autres corps de cavaleries ne seraient plus désignés que par leur rang de numéro dans leurs armes respectives.

  • La cavalerie de la garde royale se composait de 8 régiments :
    • 2 régiments de grenadiers à cheval,
    • 2 régiments de cuirassiers
    • 1 régiment de dragons
    • 1 régiment de chasseurs cheval
    • 1 régiment de lanciers
    • 1 régiment de hussards

Par ordonnances du Roi des 16 juillet et 17 août 1825, celles-ci fixent les dénominations ou numéros que prendront à l'avenir les régiments de cavalerie de l'armée[3].

Ordonnance du 16 juillet 1815 sur la création d'une nouvelle force militaire active[modifier | modifier le code]

Louis par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre,

Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit :

Article Ier 

La force militaire active de la France consistera, savoir :

Article II 

Il sera formé, un corps royal du génie, pour être en proportion avec l'organisation générale des autres armes.

Article III 

Notre ministre secrétaire-d'état au département de la guerre nous présentera, dans le plus bref délai, l'organisation détaillée de ces différents corps. Donné à Paris, le seizième jour du mois de juillet mil huit cent quinze, de notre régne le vingt-unième.
Signé LOUIS,

Par le Roi : Le ministre secrétaire-d'état au département de la guerre. Signé, maréchal Gouvion-Saint-Cyr.

Liste des régiment départementaux en 1815 et numéro d'ordre[modifier | modifier le code]

Liste des régiments de dragons, de chasseurs à cheval et hussards prirent des noms de départements avec leur numéro d'ordre, à l'origine, en 1815.

Dragons
Chasseurs à cheval
Hussards

Infanterie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire de l'armée de terre par le général Eugène Bardin
  • Adrien Pascal, Histoire de l'armée et de tous les régiments, Paris, (notice BnF no FRBNF41672280)
  • Victor Louis Jean-François Belhomme, Histoire de l'infanterie en France, Limoges, H. Charles-Lavauzelle (notice BnF no FRBNF34065613)
  • Louis Susane, Histoire de l'ancienne infanterie française, Paris, J. Corréard, (notice BnF no FRBNF34065608)
  • François-Joseph-Michel Noël : Nouveau dictionnaire des origines, inventions et découvertes, Volume 4

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Sources
  • Les sites cités dans liens externes
  • Les ouvrages cités dans bibliographie
Notes