8e régiment de chasseurs à cheval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
8e régiment de chasseurs à cheval
Image illustrative de l'article 8e régiment de chasseurs à cheval
insigne régimentaire du 8e régiment de chasseurs à cheval

Création 1749
Dissolution 1959
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Chasseurs à Cheval
Rôle Cavalerie légère
Devise Huitième, en avant.
Inscriptions
sur l’emblème
Zurich 1799
Hohenlinden 1800
Wagram 1809
La Moskowa 1812
Bataille de l'Yser 1914
Mézières 1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
une palme

Le 8e régiment de chasseurs à cheval, ou Chasseurs de Guyenne, est une unité militaire française dont l'histoire remonte au XVIIIe siècle.

Filiation[modifier | modifier le code]

  • 1749 : Volontaires de Flandres
  • 1762 : Légion de Flandres
  • 1779 : 2e Régiment de Chasseurs à cheval
  • 1784 : Chasseurs des Pyrénées
  • 1788 : Chasseurs de Guyenne
  • 1791 : 8e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1814 : Chasseurs de Bourbon
  • 1815 : 8e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1815 : Dissous
  • 1815 : Chasseurs de la Côte-d'Or
  • 1825 : 8e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1831 : Dissous (3e Chasseurs)
  • 1831 : 8e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1940 : Dissous
  • 1944 : 8e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1945 : Dissous
  • 1956 : 8e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1959 : Dissous
  • 1965 : Recréé comme régiment dérivé du 2e régiment de hussards
  • 1er juillet 1979 : Devient le régiment de reconnaissance de la 102e Division d'Infanterie Mobilisée
  • 30 juin 1994 : Dissolution

Garnisons[modifier | modifier le code]

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1851 : de Drée
  • 1852 : de Vignolles
  • 1860 : Rigaud
  • 1868 : Jamin du Fresnay
  • 1870 : de la Porte
  • 1876 : Pollard
  • 1876 : de Saint Romain
  • 1881 : Sautelet
  • 1885 : Chaverondier
  • 1891 : du Hamel du Conchy
  • 1892 : Allotte de la Fuye
  • 1893 : Heyach
  • 1895 : de Lamolère
  • 1900 : de Nolet de Malvoüe
  • 1906 : Renard
  • 1907 : Imbert
  • 1912 : Chassot
  • 1917 : Gelbert (1864-1944)
  • 1956 : Dehollain
  • 1958 : Lefevre

Chefs de corps régiment de réserve

  • 1965 : de la Chapelle
  • 1965 : de Lauzières
  • 1967 : de Vanssay
  • 1969 : de Taisne
  • 1971 : Labouche
  • 1973 : Chapuis
  • 1978 : Lefort
  • 1982 : Chauvet
  • 1985 : Delaunay
  • 1987 : Boscand
  • 1991 : Lambert

Campagnes[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

Avec le 7e régiment de chasseurs à cheval du colonel Thornton, le 8e forme la 1re brigade aux ordres du général de Vendœuvre. Cette 1re brigade, avec la 2e brigade du général de Béville, constituent la division de cavalerie commandée par le général Lichtlin. Cette division de cavalerie évolue au sein du 12e corps d'armée ayant pour commandant en chef le général de division Lebrun.

      • 23 au 26 août 1870 - Marche vers l'est.
      • 30 août 1870 - Bataille de Beaumont. Mortellement blessé, le colonel Jamin du Fresnay est remplacé par le lieutenant-colonel Goulier.

1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914-18 : Première Guerre mondiale[1]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article connexe : Seconde Guerre mondiale.

Drôle de guerre[modifier | modifier le code]

Le 8e régiment de chasseurs à cheval forme la 1re brigade de cavalerie (1re BC) avec le 1er régiment de hussards. La 1re BC fait partie de la 1re division de cavalerie lorsqu'en février 1940 les divisions de cavalerie sont transformées en divisions légères de cavalerie (DLC). La 1re BC n'est alors plus endivisionnée et dépend désormais directement de la 2e armée[2]. En cas d'intervention en Belgique, la 1re BC doit participer à la manœuvre retardatrice en Ardenne en s'alignant sur la Vierre, en liaison entre la 5e DLC à gauche et la 2e DLC à droite[3].

Bataille de France[modifier | modifier le code]

Algérie[modifier | modifier le code]

Étendard[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes sur l'Étendard[5]:

Uniformes[modifier | modifier le code]

Traditions[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Tenant garnison à Orléans depuis 1913, le 8e chasseurs s'est placé sous le patronage de Jeanne d'Arc qui délivra cette ville en 1429.

Devise[modifier | modifier le code]

Huitième, en avant !

Décorations[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi au 8e régiment de chasseurs[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Jehan et Jean-Philippe Lecce, Encyclopédie des insignes de l'Arme Blindée Cavalerie, tome II, Les chasseurs à cheval, Cheminements Éditions, 2008 (ISBN 978-2-84478-708-8)
  • Historique du 8e régiment de chasseurs : campagne 1914-1918, Luxeuil, Faivre d'Arcier, , 24 p., disponible sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://cavaliers.blindes.free.fr/rgtdissous/8chasseursh2.html
  2. Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal, , 462 p. (ISBN 2-84048-270-3), p. 37.
  3. Mary 2009, p. 37.
  4. http://cavaliers.blindes.free.fr/rgtdissous/8chasseursh.html
  5. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Régiment de cavalerie français
Liste des régiments français
Liste des grades dans l'armée française
Liste des grades dans l'armée française

Liens externes[modifier | modifier le code]