6e régiment de spahis marocains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

6e régiment de spahis marocains
Création 1944
Dissolution 1962
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre française
Type Régiment de cavalerie
Rôle Reconnaissance
Fourragères Croix de guerre des TOE
Décorations Croix de guerre des TOE avec deux palmes

Le 6e régiment de spahis marocains était une unité appartenant à l'armée d'Afrique qui dépendait de l'Armée de terre française.

Historique[modifier | modifier le code]

Créé en 1944 à partir d'éléments du 4e régiment de spahis marocains (lui-même dénommé alors 4e RMM), il est en garnison à Meknès et Fès avant d'être dissous une première fois en 1946, ses éléments et son étendard deviennent partie intégrante du 12e régiment de chasseurs à cheval.

En 1948, un 6e groupe d'escadrons de spahis marocains (6e GESM) est formé pour servir en Extrême-Orient. En février 1949, il débarque au Tonkin et est employé comme force d'intervention à pied.

De 1950 à 1952, il opère dans la région de Hué et de Tourane. Il participe au dégagement de My-Chanh. Progressivement, il reçoit des half-tracks et des chars M24 Chaffee. Il prend la dénomination de 6e régiment de spahis marocains (6e RSM) en 1953. Devenu régiment blindé, il prend part à l'opération Camargue. À la fin de l'année, trois escadrons portés sont déployés au Laos, alors qu'un autre escadron porté et l'escadron de chars restent au centre-Annam. Il participe à de nombreux engagements jusqu'à la fin de la guerre d'Indochine.

Envoyé en Algérie dans la zone ouest du Constantinois (ZOC), il prend l'appellation de 6e régiment de spahis en 1956. Il sert le long de la frontière orientale jusqu'à la fin du conflit.

Il est dissous en 1962.

Inscription sur l'étendard[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Garnisons[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Thierry Moné et Jean-François Tixier, Les Insignes des spahis, Lavauzelle, .
  • Raimond Noulens (dir.), Les Spahis, cavaliers de l'armée d'Afrique, Musée de l'armée, .