7e régiment de spahis algériens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

7eRégiment de Spahis Algériens
Création 1915
Dissolution 1962
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Spahis
Rôle Cavalerie
Inscriptions
sur l’emblème
MAROC 1925-1926
Guerres Guerre du Rif
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Décorations Croix de guerre 1939-1945

Le 7e Régiment de Spahis Algériens, unité de cavalerie de l'armée d'Afrique, est une formation de spahis en 1915-1917.

Le 7e Régiment de Spahis Algériens (7e RSA) est recréé en 1921 à Taza (Maroc). Le capitaine Henri de Bournazel y sert au sein du 2e escadron en 1921. Le 7e RSA participe à la campagne du Rif en 1925-1926.

Il tient ensuite garnison en France à Orange, puis à Montauban.

1939-1940[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le régiment constitue avec le 9e RSA la 2e brigade de spahis à cheval. Durant l'hiver 1939-1940, cette brigade assure la surveillance d'une zone qui s'étend de la frontière suisse à la région de Dannemarie et Altkirch. Au mois de juin 1940, il gagne le Doubs pour freiner la progression allemande à l'est de Besançon. Ainsi, entre le 14 et le 18, la brigade résiste devant Maîche, Damprichard et Vercel malgré un armement dérisoire.

À court de munitions, la brigade est contrainte de déposer les armes le 18 juin à 18 heures. Elle reçoit les honneurs de la guerre de la part de leurs adversaires et les officiers peuvent conserver leur sabre. Quelques éléments du 7e RSA parviennent cependant à gagner la Suisse.

1944-1945[modifier | modifier le code]

Une 1re brigade de spahis à cheval est reformée en Afrique du nord avec le 7e RSA et le 5e RSM. En septembre 1944, cette brigade arrive en France et rétablit l'ordre dans la région toulousaine. En hiver, elle est envoyée en Alsace dans la région de Huningue-Mulhouse et atteint le Rhin à Chalampé le 9 février 1945 après une belle manœuvre de débordement à cheval. Elle perd toutefois son chef de corps, le colonel Winsback, près de Mulhouse. Par la suite, elle nettoie la Forêt Noire et atteint finalement le col de l'Arlberg.

De l'après-guerre à la dissolution[modifier | modifier le code]

La brigade est dissoute en 1946. Elle laisse place à deux groupes d'escadrons autonomes algéro-marocains composés chacun d'un escadron du 7e RSA et du 5e RSM, stationnés à Senlis et Baden-Baden. Dès 1948, le deuxième groupe prend le nom de 7e groupe d'escadrons de spahis algériens (7e GESA) alors que l'escadron marocain laisse la place à un escadron algérien. 1955, l'unité devient simple escadron monté (7e ESA) puis 7e régiment de spahis (7e RS) avant d'être dissous en 1962.

Inscription à l'étendard[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Garnisons[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Les spahis », Carnet de la sabretache, nouvelle série n°65, 4e trimestre 1982.
  • R. Noulens (dir.), Les spahis, cavaliers de l'armée d'Afrique, Paris, 1997.