27e régiment de chasseurs à cheval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

27e Régiment de Chasseurs à cheval
Image illustrative de l’article 27e régiment de chasseurs à cheval
20e de dragons (à gauche) et 27e de chasseurs à cheval (à droite)

Création
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Branche armée de terre
Type Régiment de Chasseurs à cheval
Rôle Cavalerie
Commandant historique Prosper-Louis d'Arenberg

le 27e régiment de Chasseurs à cheval est une unité de cavalerie l’armée française actuellement dissoute.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 30 , le prince Prosper-Louis d'Arenberg leva en Belgique et équipa à ses frais (partiellement) un régiment de cavalerie appelé d'abord « chevau-légers belges du duc d'Arenberg » ; Il s'agit de l'unique régiment de cavalerie belge ayant fait partie intégrante de la Grande Armée. Au début de sa création, il compte 4 escadrons à 2 compagnies. Mais en 1807, il ajoute un 5e escadron, dénommé 'Contingent' conformément aux exigences de Napoléon vis-à-vis de la Confédération du Rhin, escadron entièrement à charge du Prince.
  •  : Renommé 27e régiment de chasseurs à cheval, à la suite de son passage dans la ligne après décision de l'Empereur qui ainsi peut élargir ses capacités de puiser dans la population pour de nouvelles recrues, dont des conscrits. Cependant, ce régiment ne lèvera pratiquement jamais de conscrits.
  • 1814 : Le 27e régiment de chasseurs à cheval sera dissous peu de temps après l'abdication de Napoléon Ier.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Duc Prosper-Louis d'Arenberg (1785-1861)

Étendard[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Garnisons successives[modifier | modifier le code]

La dénomination des engagements est strictement celle reprise dans les  dossiers régimentaires officiels. Elle n’est aucunement tirée d’un ouvrage historique quelconque. S’échelonnant dans une échelle de gradation allant de la simple escarmouche à la bataille rangée, ces faits d’arme souvent intitulés « affaires » servent à glorifier le soldat, de même qu’à le récompenser de sa bravoure par une promotion ou toute autre gratification émanant du Ministère de la Guerre.

Guerres napoléoniennes (1803-1815)[modifier | modifier le code]

Campagnes de Pologne et du Danemark[modifier | modifier le code]

  • Niedenburg, , combat.
  • Cletzin, , combat.
  • Steinhargue, , bataille.
  • Middelfart, , escarmouche.
  • Stralsund, de juin au , siège.

Campagne d’Espagne, Nouvelle Castille[modifier | modifier le code]

  • Talavera, 27 et , bataille.
  • Almanocid, , bataille.
  • Guadalaraxa, , combat.
  • Ocaña, 18 et , bataille.
  • Almeido, , embuscade.
  • Huete, 24 et , combats.

Campagne d’Andalousie[modifier | modifier le code]

  • Sierra-Morena, , combat.
  • Moron, , embuscade.
  • Castel Blanco, , combat.
  • Huelva et Moguer, mars-, combats.
  • Gibraléon, , combat.
  • Vadotolosa, , combat.
  • Los Carwalos, , combat.
  • Moguer, , combat.
  • Utrera, , combat.
  • Lucena, , combat.
  • Guidad Real, , combat.

Campagne d’Estramadure[modifier | modifier le code]

  • Olivença, , siège.
  • Badajoz, février-, siège.
  • Gébora, , bataille.
  • Moguer, Palos, Renilla, , combats.
  • Frejenal, , combat.
  • Albuera, , bataille.
  • Usagré, , combat.
  • Badajoz, , déblocus.
  • La Caya, , combat.
  • Montijo, , bataille.
  • Arroyomolinos, , embuscade.

Retraite d’Andalousie[modifier | modifier le code]

  • Séville, , combat.
  • Baza, , combat.
  • Bornos, , combat.
  • Salamanque, , bataille.
  • Séville, , combat.
  • Trebuquena, , combat.
  • Algéziras, , combat.
  • Antequera, , combat.
  • Loja, , combat.

Retraite d’Espagne[modifier | modifier le code]

  • Cuenca, , combat.
  • San Munoz, , combat.
  • Matilla, , combat.
  • Saint Martin, , combat.
  • Vitoria, , bataille.

Campagne de Saxe[modifier | modifier le code]

  • Leipzig, , combat.
  • Dresde, 26 et , bataille.
  • Kulm, 29 et , bataille.
  • Altenburg, , embuscade.
  • Schellenberg, , escarmouche.
  • Dornburg, , embuscade.
  • Naumburg, , combat.
  • Liebertwolkwitz, , bataille.
  • Leipzig, (Wachau), 16 au , « bataille des Nations ».
  • Hanau, 30 et , bataille.
  • Kastell, , combat.

Campagne de France[modifier | modifier le code]

  • Wahal, , escarmouche.
  • Sainte-Croix, , combat.
  • Saint-Dié, , combat.
  • Saint-Dizier, , combat.
  • Brienne, , bataille.
  • La Rothière, , bataille.
  • Champaubert, , bataille.
  • Nogent-sur-Seine, , combat.
  • Montereau, , bataille.
  • Troyes, Ligny-le-Châtel, , combat.
  • Bar-sur-Aube, , combat.
  • Craonne, , bataille.
  • Sézanne, , combat.
  • Saint-Dizier, 18 et , combats.
  • Arcis-sur-Aube, , bataille.
  • Vitry-le-François, Saint-Amand, 21 et , combats.
  • Saint-Dizier, 23 au , bataille.
  • Paris, , combats.

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 27e régiment de chasseurs à cheval[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cahiers de la SABRETACHE, Les chasseurs à cheval, nouvelle série no 138 ,4e trimestre 1998.

Les Chevau-légers belges du duc d'Arenberg, le 27e Chasseurs, de la Pologne à la Campagne de France, Guy Van Eeckhoudt, (ISBN 2-914288-06-9)