3e régiment de spahis algériens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 3e régiment.

3e Régiment de Spahis Algériens
Image illustrative de l’article 3e régiment de spahis algériens

Création
Dissolution 1964
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Spahis
Rôle Cavalerie
Inscriptions
sur l’emblème
Constantine 1837
Biskara 1844
l'Aurès 1845
Zaatcha 1849
Extrême-orient 1884-1885
Maroc 1907-1913
Artois 1914-1915
Orient 1916-1918
Abruzzes 1944
Rome 1944
Vosges 1944
Wurtemberg 1945
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Décorations La Croix de guerre 1914-1918
La Croix de guerre 1939-1945 3 palmes

Le 3e régiment de spahis algériens (3e RSA) était un régiment d'infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique, en activité de 1834 à 1964, qui dépendait de l’armée de terre française.

Le 3e RSA se distingue notamment lors de la Seconde Guerre mondiale, en tant que régiment de reconnaissance (3e RSAR) de la 3e division d'infanterie algérienne (3e DIA), tout d'abord lors des combats du Belvédère de la campagne d'Italie au sein du corps expéditionnaire français du général Juin puis lors de la campagne de France. Il est cité trois fois à l'ordre de l'Armée durant le conflit.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le 3e régiment de spahis algériens fait partie des trois régiments de spahis historiques, avec les 1er et 2e spahis, créés officiellement en 1835 et dont les escadrons préliminaires, irréguliers et réguliers, participaient déjà à la conquête de l'Algérie dès 1830. Ces trois formations combattront durant cinquante-six ans, dans toutes les campagnes, avant que d'autres régiments de spahis soient créés dont le premier sera, en 1886, le 4e régiment de spahis qui deviendra 4e régiment de spahis tunisiens en 1921.

  • Créé le sous le nom d’ Otages et d’escadron Turc.
  • Prend le nom le de Spahis Réguliers de Bône.
  • Versé aux Spahis le
  • Constitue le 3e Régiment de Spahis le .
  • 1921 : Devient le 3e Régiment de Spahis Algériens
  • 1958 : 3e Régiment de Spahis
  • 1964 : Dissolution et fusion dans le 6e Régiment de Dragons

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles du 3e Régiment de Spahis[modifier | modifier le code]

Guerres coloniales[modifier | modifier le code]

  • 1830-1849 : Conquête de l'Algérie : le régiment reçoit son étendard où sont inscrits les combats où il s'est illustré : "CONSTANTINE, 1837" - "BISKRA, 1844" - "L'AURES, 1844-1845" - "ZAATCHA, 1849"
  • 1854 - Guerre de Crimée : le régiment fournit des volontaires à la formation d'un escadron mixte composé des 1er, 2e et 3e spahis pour la campagne de Crimée. Cette formation est affectée à l'escorte du maréchal de Saint-Arnaud. L'escadron participe à la bataille de l'Alma le puis à celle d'Inkerman le . Il escorte désormais le général Canrobert qui a succédé au maréchal de Saint-Arnaud décédé du choléra après l'Alma. Les spahis rejoignent l'Algérie à la fin novembre.
  • 1881-1882 - expédition en Tunisie : Les 1er et 3e escadrons du 3e spahis participent à la première expédition. Un escadron assure plus particulièrement l'escorte des convois et des colonnes d'infanterie ainsi que la sécurité des pistes entre la base portuaire de La Calle et les troupes opérant en Kroumirie. Les deux escadrons rejoignent ensuite les rangs de la brigade Bonie. L'unité de cavalerie indigène qui constitue la cavalerie de la seconde expédition de 1882 ne prendra officiellement le nom de spahis qu'en 1886 et deviendra le 4e Régiment de Spahis Tunisiens (RST) en 1921. Elle sera en 1882 à la prise de Kairouan et poursuivra de nombreuses opérations de police dans le sud tunisien jusqu'en 1889.
  • 1885 - campagne d'Indochine: Le "Régiment de marche du Tonkin" est constitué avec le 1er escadron du 3e spahis, le 3e escadron du 1er spahis, le 5e escadron du 2e spahis et un escadron du 1er régiment de chasseurs d'Afrique. Cette formation, placée sous les ordres du chef d'escadrons O'Connor participe aux opérations de la conquête jusqu'en 1889. La participation du 1er escadron vaudra à l'étendard du régiment l'inscription : "EXTREME ORIENT 1884-1885".
  • 1892-1894 - campagne du Dahomey: Seuls quelques éléments détachés des 1er et 3e spahis participent à cette campagne pour renforcer en cadres l'escadron de spahis sénégalais : 4 officiers, 26 sous-officiers, brigadiers, trompettes et spahis français, 1 vétérinaire. L'ensemble est intégré à la colonne Dods. De septembre à novembre, après de violents combats à Dogba, au gué de Tchué, aux sources de Koto, à la prise de la ville de Kano, c'est la prise de d'Abomey, capitale du roi Behanzin qui met fin aux combats.
  • 1898-1900 : Un demi peloton du 3e spahis renforce les spahis sahariens de Ouargla chargés de la protection des convois de ravitaillement de la mission Fourreau-Lamy. Après avoir traversé le sahara et atteint le lac Tchad, il termineront leur odyssée par une charge inouïe lors de la bataille de Kousseri le où le commandant Lamy, chef de la mission sera tué.
  • 1907-1913 - Campagne du Maroc : Le 3e spahis est engagé dans cette campagne de 1907 à 1913, soit en unité complète, soit partiellement par escadrons détachés et participe en 1907, aux colonnes de la Chaouïa ; en 1911, à la libération de Fès et à l'occupation de Meknès ; le , combat de Sidi-bou-Othman où le colonel Mangin bat les 10.000 guerriers du mahdi El-Hiba et entre à Marrakech. Pour l'ensemble des actions du régiment au Maroc, l'étendard recevra l'inscription : "MAROC, 1907-1913"

Guerre franco-allemande de 1870[modifier | modifier le code]

Le 3e spahis fournit avec les 1er et 2e spahis, des pelotons à la création de « l'Escadron de Marche de Spahis Algériens » sous les ordres du capitaine de Ballaincourt, ainsi qu'un escadron à celle du « Régiment d'Éclaireurs Algériens », sous les ordres du lieutenant-colonel Goursaud. Ces formations combattent à Meaux, Nanteuil le Houdin, Patay, Les Ormes, Cravant et Josnes. Le , le régiment d'éclaireurs charge en fourrageurs et écrase à Varennes une arrière-garde de cuirassiers prussiens. En , les spahis couvrent la retraite de l'Armée de la Loire. Ils se distinguent en combattant à Ambley, Savigny, Vance et Silly-le-Guillaume. Après la signature de l'armistice le , les unités de spahis rejoignent l'Algérie dès le . En Algérie, le régiment prend une part active aux expéditions réprimant les insurrections dans la province de Constantine.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En unité complète ou par escadrons, le régiment prend une part active aux opérations sur le front métropolitain en particulier lors de la bataille de l'Artois. En 1916, il quitte le front français pour le front d'Orient. L'étendard reçoit une nouvelle inscription : « ARTOIS 1914 - 1915 ». De 1916 à 1918, le régiment fait la campagne des Balkans. Il est affecté à l'Armée du Levant où, sous la dénomination de « 3e régiment de marche de spahis », il combat en Thrace et en Syrie en compagnie du « Régiment de Marche de Spahis Marocains » (RMSM) et des 1er et 4e régiments de chasseurs d'Afrique. Le , rupture du front vers Monastir ; le , prise de Prilef ; le , prise d'Uskub ; le , les spahis atteignent le Danube. Sa participation à la campagne permet une nouvelle inscription à l'étendard : "ORIENT, 1916-1918".

Campagne du Levant (1920)[modifier | modifier le code]

D' à , le 3e escadron entre dans la composition du 3e régiment mixte de cavalerie du Levant et participe en au dégagement de la ville de Marach et le à la bataille de Khan Meisseloun. En 1921, le régiment prend la dénomination de 3e régiment de spahis algériens (RSA). De 1922 à 1923, deux escadrons sont détachés à l'Armée française du Rhin. De 1923 à 1925, il participe à une nouvelle campagne au Maroc avec la participation successive de trois escadrons au combat d'El-Mers le , aux opérations de l'Ouergha de mars à et à la campagne du Rif en 1925.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1939-1943[modifier | modifier le code]

En 1939, le 3e RSA fournit deux escadrons montés pour la constitution de 2 Groupements de Reconnaissance Divisionnaires (GRDI) : Le GRDI 83 qui sera dissous en décembre, le GRDI 87 qui obtiendra une citation à l'ordre du corps d'armée pour son action entre l'Aisne et la Loire en . En , il se déplace sur le front tunisien et retourne sur Oran où il entre dans la composition de la 6e Division Légère de Cavalerie (), il se déplace à nouveau sur Tunis pour assurer le maintien de l'Ordre (mai-). De 1942 à 1943, il séjourne sur la frontière tunisienne.

Campagne d’Italie (1944)[modifier | modifier le code]

Devenu 3e "Régiment de Spahis Algériens de Reconnaissance" (RSAR) de la 3e Division d'Infanterie Algérienne (DIA) au sein du corps expéditionnaire français en Italie le régiment participe aux combats des Abruzzes du 9 au , de San-Elia du au , du Belvédère le , de San-Oliva le qui mène à la prise de Pico, de la série de combats qui à partir du aboutissent à la prise de Rome puis à Capodimonto le . Deux nouvelles inscriptions s'ajoutent à l'étendard: "LES ABRUZZES, 1944" - "ROME, 1944"

Campagne de France et d'Allemagne (1944-1945)[modifier | modifier le code]

Embarqué à Tarente le , le régiment débarque à Saint-Tropez, pénètre dans Toulon () puis libère Baume-les-Dames. Il combat dans les Vosges (4 au ), participe à la défense de Strasbourg () et combat en basse Alsace (18 au . Il franchit le Rhin, combat dans le Palatinat et atteint Stuttgart le . Ces actions lui valent deux nouvelles inscriptions à l'étendard : "LES VOSGES, 1944" - "WURTEMBERG, 1945"

Pertes[modifier | modifier le code]

Le total des pertes subies par le 3e RSAR entre 1943 et 1945 est de 103 hommes tués (90 Européens et 13 Maghrébins) pour un effectif théorique d'un peu plus d'un millier d'hommes (85 % d'Européens et 15 % de Maghrébins)[1]:

Nombre de tués par campagne Européens Maghrébins Total
Campagne d'Italie (1943-44) 54 9 63
Campagne de France (1944-45) 27 4 31
Campagne d'Allemagne (1945) 9 0 9
Total (1943-1945) 90 (87 %) 13 (13 %) 103

Après-Guerre[modifier | modifier le code]

De 1946 à 1964, la guerre terminée, le régiment est en occupation en Allemagne et stationne successivement en Rhénanie-Palatinat à Boppard [2] (1946-1947), à Mayence (1948-1949), et à Coblence (1949-1951), en Hesse à Fritzlar (1951-1956) puis dans le Bade-Wurtemberg à Pforzheim et finalement de retour en Rhénanie-Palatinat à Lachen. Renommé 3e régiment de spahis le , il est dissous le pour devenir le 6e régiment de dragons.

Étendard du régiment[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[3] :

3e régiment de spahis algériens - drapeau.svg

Traditions[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Sa devise est Entreprends sans crainte et tu réussiras.

Inscriptions de bataille[modifier | modifier le code]

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, quatre inscriptions de batailles sont ajoutées à l'étendard du 3e Spahis

  • Abruzzes 1944
  • Rome 1944
  • Vosges 1944
  • Wurtemberg 1945

Décorations[modifier | modifier le code]

Citations à l'ordre de l'Armée[modifier | modifier le code]

Régiment[modifier | modifier le code]

  • - 3e Régiment de Spahis de Reconnaissance - Italie : Bataille de Cappezzatte, San Groce, Majo, Mont Pile, Ligne "Gustave", San Elia, Casale Marino.
  • - 3e Régiment de Spahis de Reconnaissance - Italie : Belvedere, Ligne "Hitler", San Oliva, San Giovanni Incario, Palestria, Tuscania
  • - 3e Régiment de Spahis de Reconnaissance - Italie : Abruzzes, Rome, Sienne - France : Saint-Tropez, Toulon, Le Beausset, Ollioules, Baume-les-Dames, Vosges, Alsace, Strasbourg, Basse Alsace et Palatinat, Saint-Leon, Kronau, BauerBach, Grossvillars, KaiserWeiher, Gross-Sachcenheim

Escadrons[modifier | modifier le code]

  • - 1er Escadron de char - 3e RSAR
  • - 2e Escadron - 3e RSAR
  • - 3e Escadron - 3e RSAR
  • - 4e Escadron - 3e RSAR

Chant du régiment[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • lieutenant-colonel Seignol, Historique du 3e régiment de spahis algériens de 1892 à 1923, Paris, Berger-Levrault, 110 p., disponible sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anthony Clayton (trad. de l'anglais par Paul Gaujac), Histoire de l'armée française en Afrique : 1830-1962 [« France, soldiers and Africa »], Paris, A. Michel, , 550 p. (ISBN 978-2-226-06790-6, OCLC 30502545), p. 342
  2. Albert Hamiaux, « Villes de Garnisons » (consulté le 28 février 2016)
  3. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  • Panache Rouge I & II du Lieutenant Colonel Lassale et couvrant les périodes italienne de 1944 et française / allemande de 1944 et 1945.
  • Maurice Loir Au drapeau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]