23e régiment de chasseurs à cheval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 23e régiment.
23e régiment de chasseurs à cheval
Création 1792
Dissolution 1814
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Branche armée de terre
Type Régiment
Rôle Cavalerie
Inscriptions
sur l’emblème
Eckmühl 1809
Essling 1809
Wagram 1809
Guerres Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes

Le 23e régiment de chasseurs à cheval est une unité de cavalerie de l'armée française actuellement dissoute.

Création[modifier | modifier le code]

Le 23e régiment de chasseurs à cheval est créé à partir de la cavalerie de la légion des Ardennes (qui est levée par le général Dumouriez en , mesure approuvée par la Convention nationale le 10 décembre 1792). Le 10 septembre 1793, le ministre Bouchotte décide que le corps de la cavalerie de la légion fera partie de l'arme des chasseurs à cheval et lui attribue le n°23.

Guerres napoléoniennes[modifier | modifier le code]

En 1812, le chef d'escadron Marbot intègre le régiment en tant qu'adjoint du colonel La Nougarède, ce dernier étant sujet à des crises de goutte[1]. Le 23e régiment de chasseurs à cheval sera dissous peu de temps après l'abdication de Napoléon Ier, au cours de la Première Restauration.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Le colonel Marbot à la tête du 23e régiment de chasseurs à cheval en 1812

En 1793, le chef de brigade Antoine Louis Decrest de Saint-Germain prend le commandement de l'unité avant de la quitter, pour finalement y revenir après août 1795. Il conserve son poste jusqu'en 1797, date à laquelle il est remplacé par le colonel François Guérin d'Etoquigny. Sous le Premier Empire, le 23e régiment est tout d'abord placé sous les ordres de Pierre-Joseph Bruyères en 1805, puis d'Urbain François Lambert en 1806, d'Antoine-Valentin La Nougarède en 1811 et enfin de Jean-Baptiste Antoine Marcellin de Marbot en 1812.

Étendard[modifier | modifier le code]

  • Eckmühl, 1809
  • Essling,1809
  • Wagram, 1809

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Une recréation du régiment en 1915 est évoqué dans les cahiers de la Sabretache[2], mais il n'existe pas de JMO pour ce régiment sur le site journal de marche 1914-1918.

Uniformes[modifier | modifier le code]

En 1806, la tenue comprend un shako en cuir noir et un surtout vert à collet et parements de couleur capucine[3]. En 1808, le règlement est modifié et un uniforme « à la Kinski » est introduit[4]. En 1812, l'habit vert du 23e régiment comprend la distinctive capucine pour le col et son passepoil ainsi que pour les parements ; le passepoil du reste de la tenue est vert[4].

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Les chasseurs à cheval », Carnet de la Sabretache, no 138 (nouvelle série),‎
  • Jean-Baptiste Antoine Marcellin de Marbot, Mémoires du Général Baron de Marbot, vol. 2, Plon, .
  • Liliane Funcken et Fred Funcken, L'uniforme et les armes des soldats du Premier Empire : des régiments de ligne français aux troupes britanniques, prussiennes et espagnoles, t. 1, Casterman, , 157 p. (ISBN 2-203-14305-3).

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://cavaliers.blindes.free.fr/rgtdissous/23chasseurs.html