École Jeannine-Manuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


École Jeannine-Manuel
Image illustrative de l’article École Jeannine-Manuel
Vue du centre Annenberg des Arts et des Sciences
École Jeannine-Manuel
Généralités
Création 1954
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 50′ 52″ nord, 2° 17′ 28″ est
Adresse 70 rue du Théâtre
75015 Paris
Site internet www.ecolejeanninemanuel.orgVoir et modifier les données sur Wikidata
Cadre éducatif
Directeur Mme Élisabeth Zéboulon
Formation Maternelle, élémentaire, primaire collège et lycée général
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Point carte.svg

L’École Jeannine Manuel (anciennement École Active Bilingue Jeannine Manuel ou EABJM) a pour mission de promouvoir la compréhension internationale par l’éducation bilingue. Cette école bilingue est implantée à Paris, Marcq-en-Baroeul (banlieue de Lille) et Londres.

Elle est considérée comme le meilleur lycée de France depuis 8 années consécutives[1].

L’école accueille 2 400 élèves de 80 nationalités de la maternelle à la terminale dans ses campus parisiens du 7e et 15e arrondissement et près de 1 000 élèves, dont 120 internes, à Marcq-en-Barœul.

Depuis sa création en 1954, environ 20 000 élèves ont fréquenté l'École Jeannine Manuel.

Historique[modifier | modifier le code]

Engagée dans la Résistance à Londres pendant la Seconde Guerre mondiale, Jeannine Manuel participe à la libération de Paris en août 1944. Elle rentre convaincue que la peur issue de l'ignorance est la source des conflits entre les nations et les cultures et fait sienne la déclaration de la constitution de l'Unesco : "Les guerres prenant naissance dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix[2]."

Soutenue par cette conviction, l'École Active Bilingue ouvre dans un hôtel particulier de l'avenue de la Bourdonnais en septembre 1954. Pour Jeannine Manuel, "le but de l'enseignement est des former des hommes complets, ce qui signifie des individus conscients de leur présence dans le monde, intéressés par le déroulement de l'histoire qui les entoure, prêts à participer à cette histoire".

Ouverte ave neuf élèves, l'école accueille plus de cent élèves dès janvier 1955. La croissance s'accélère et, en 1960, manquant de place pour assurer la montée pédagogique de ses élèves, Jeannine Manuel crée les classes bilingues du lycée de Sèvres avec son amie, Edmée Hatinguais, inspectrice générale, ancienne directrice de l'École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres et première directrice du Centre international d'études pédagogiques, en transférant ses enseignants et des élèves du secondaire. La pédagogie bilingue y est largement inspirée par Jeannine Manuel.

Quelques années plus tard et pour pallier la pénurie de locaux, Jeannine Manuel s'associe avec un investisseur et ouvre un établissement au parc Monceau. Mais les impératifs de rentabilité deviennent incompatibles avec les objectifs pédagogiques de Jeannine Manuel et ces divergences aboutissent à une scission complète et définitive en 1979.

Jeannine Manuel conserve la petite école de l'avenue de la Bourdonnais ainsi que celle de l'avenue de Suffren et refonde son école avec les professeurs, élèves et parents acquis à son projet qui décident de la suivre. Cette école devient l'École Active Bilingue Jeannine Manuel (EABJM) et s'installe au 70, ure du Théâtre dans le 15e arrondissement. Jeannine Manuel peut alors déployer ses méthodes pédagogiques. Au parc Monceau demeure un établissement qui conserve le nom d'EAB, sans lien ni juridique ni pédagogique avec l'école Jeannine Manuel.

En 1999, quelques années après l'ouverture de l'école de Marcq-en-Barœul et du site Dupleix à Paris, les établissements de Paris et de Marcq sont regroupés dans une association loi 1901. Cette association, voulue par Jeannine Manuel afin d'assurer la pérennité de son école, est présidée par Bernard Manuel son fils aîné.

En 2014, l’école célèbre ses soixante ans et devient l’École Jeannine Manuel, ou EJM.

En 2015, avec le soutien de la Fondation, une École Jeannine Manuel ouvre ses portes au cœur de Londres[3],[4], la ville où le projet fut conçu. Elle accueille actuellement 500 élèves de la petite section à la première (terminale en ) et propose, comme en France, un cursus bilingue menant aux baccalauréats français ou au Baccalauréat International[5].

Structure[modifier | modifier le code]

L’école est une association loi 1901 à but non lucratif sous contrat d’association avec l’État depuis 1959 ce qui lui permet de bénéficier d'enseignants de l'Éducation nationale et de percevoir des subventions.

À Paris comme à Lille, l’École Jeannine Manuel est inscrite sur la liste des sections internationales fixées par arrêté ministériel. Cette reconnaissance permet à ses élèves de préparer l’option internationale (américaine) du baccalauréat français (OIB). L'OIB est un cursus bilingue, biculturel et obtenu par 1% des bacheliers généraux dans le monde.

En 2010, Elisabeth Zéboulon, directrice générale de l’école et Sean Lynch, alors directeur de la section américaine du Lycée International de Saint-Germain-en-Laye, fondent l’Association of American International Sections (AAMIS) pour soutenir le développement de l’option internationale américaine du baccalauréat (OIB). Présidée par Bernard Manuel depuis 2012, AAMIS regroupe plus de 40 lycées proposant l’OIB (américaine), dont la moitié à l’étranger, de Shanghai à San Francisco, de Beyrouth à Johannesburg.

Au plan international, l’École Jeannine Manuel fut l’une des premières écoles associées de l’UNESCO et parmi les premières World Schools du Baccalauréat International (IB). L'école est en outre accréditée par le Council of International Schools (CIS) et la New England Association of Schools and Colleges (en) (NEASC).

Spécificités[modifier | modifier le code]

Au cœur du projet de l’école est l’épanouissement de chaque élève dans un cadre scolaire international, bilingue, biculturel, ambitieux mais bienveillant[6].

L’innovation et l’expérimentation pédagogique sont partout présentes et l’école est à l’écoute de l’apport des sciences cognitives et des meilleures pratiques pédagogiques dans le monde. Les nombreuses spécificités de l’École Jeannine Manuel sont détaillées sur son site, elles comprennent notamment :

  • Programme de well being et résilience à tous les niveaux
  • Enseignement du Growth Mindset
  • Enseignement de l’anglais aux jeunes enfants avec la méthode audiovisuelle Knock-Knock™ immersive et structurante développée par Jeannine Manuel[7]
  • Accueil des élèves étrangers non francophones et des français rentrant d’une scolarité anglophone à l’étranger
  • Enseignement du chinois à partir du CE2 avec la méthode audiovisuelle d’enseignement naturel de la langue créée par l’École Jeannine Manuel[8]. Depuis 2004, le chinois est enseigné une demi-heure par jour du CE2 au CM2. L’enseignement se poursuit ensuite dans le secondaire à raison de trois périodes par semaine. Tout au long de ces dernières années, l’établissement a su nouer des partenariats avec de prestigieux établissements à Shanghai et Beijing, dont ceux de Shijia, Fudan, Beijing n°4 et Beijing n°8, permettant ainsi à ses élèves d’effectuer au moins un voyage en Chine au cours de leur scolarité. Des diplômes officiels reconnus par la Chine valident cet enseignement. La quasi-totalité d’entre eux passent ainsi et réussissent le Youth Chinese Test (YCT) 3 en 4e, de même que le HSK3 en seconde[9].
  • Les Itinéraires de questionnement scientifique (IQS), programme dérogatoire de sciences intégrées au collège, conçu sous la direction de Georges Charpak, lauréat du prix Nobel de physique en 1992

Parmi les spécificités de l'établissement, l'ancien élève Antony Blinken avoue dans Le Parisien "avoir fait ses premiers pas de diplomate en devant expliquer les choix de la politique internationale de l'Amérique, au Viêt Nam, à ses camarades de classe parisiens…[10]"

Anecdote[modifier | modifier le code]

L'Express rappelle une soirée à l'école en juin 1980 lors de laquelle, après 10 ans passés sur ses bancs Antony Blinken, alors en terminale, interprète le tube des Pink Floyd : Another Brick in the Wall. Le titre, malgré ses paroles "We don't need no education/ Hey teachers, leave the kids alone !" (nous n'avons besoin d'aucune éducation/ Hé, les profs, laissez les gosses tranquilles !), n'empêche pas les professeurs de se trémousser[11]". L'actuel secrétaire d'État de Joe Biden conserve des liens étroits avec son école en France pour laquelle il a prononcé un discours de "graduation ceremony" en 2015[11]".

Diplômes et examens préparés[modifier | modifier le code]

Classements[modifier | modifier le code]

L'École active bilingue Jeannine-Manuel (EABJM) est « une référence, un établissement d'élite »[12]. Elle est l'un des meilleurs lycées de France.

En 2021, l'école de Lille est arrivée en troisième place du classement 2020 des lycées de France de L'Express[13] Ce classement s'appuie sur différents indicateurs : le taux de réussite au bac ; le taux de mention ; le taux d'accès au baccalauréat ; la proportion de bacheliers parmi les sortants ; la valeur ajoutée et le taux de mention par lycée[14].

En 2020, L'Internaute classe l'école de Paris meilleur lycée de France pour la 8e année consécutive[1]. Ce classement se base sur le traitement des données établies par la DEPP (Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance) pour le ministère de l'Éducation nationale à partir des résultats de la précédente session du baccalauréat dans les quelque 4 300 lycées de l'Hexagone. Ces IVAL, ou Indicateurs de valeur ajoutée des lycées, correspondent aux trois critères suivants : - le taux de réussite au bac ; - le taux de mentions ; - le taux d'accès seconde-baccalauréat[1]. La même année, Le Figaro Étudiant classe l'école de Paris 5e meilleur lycée de France[14]. L'école recueille un taux de réussite au bac 2019 de 100 % en séries L, ES et S ainsi qu'un pourcentage de mentions au bac 2019 de 100 % dans les séries L et ES et de 99 % en série S[15].

Campus[modifier | modifier le code]

L'établissement compte 3 campus : le principal à Paris, le second à Marcq-en-Baroeul, près de Lille et le troisième à Londres.

  • Paris. Ouverture en 1954, dans un hôtel particulier de l'avenue de La Bourdonnais. Avant de rejoindre plus tard la rue du Théâtre.
  • Marcq-en-Barœul. En 1992, sa « petite sœur » marcquoise souhaitait fonder une école basée sur une pédagogie « active » de l’élève, où ateliers et manipulations occupent une place prépondérante, et dans laquelle l’accès aux langues est favorisé[16]".
  • Londres. L’École Jeannine-Manuel a ouvert ses portes en septembre 2015 à Londres, au 43-45 Bedford Square, au cœur de Bloomsbury. Elle accueille actuellement 560 élèves de la petite section de maternelle à la terminale et prépare ses élèves aux baccalauréats français et international[17]. L'année de son ouverture l'établissement londonien accueillait 37 nationalités parmi ses 190 élèves et prévoyait d'en recevoir 310 à la rentrée suivante[18].

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Depuis la création de la Fondation Jeannine Manuel en 2004, cette dernière permet à l'école de lever des sommes défiscalisées à hauteur de 66%. À ce titre, comme le rapporte Mediapart, les « tables platines » – des couverts aux fêtes organisées par la fondation – reviennent à 3 400 euros après défiscalisation, au lieu de 10 000 euros[22]. Cette défiscalisation aux frais du contribuable est critiquée : « aider la scolarité des classes supérieures les plus favorisées du privé, n’y a-t-il néanmoins rien de plus urgent ? » questionne Lucie Delaporte, journaliste à Mediapart.

Élizabeth Zéboulon, en tant que directrice de l'école et gérante de la société Remi – une société qui vend des livres aux élèves et gère le périscolaire – a un salaire de 18 000 euros mensuel, tandis que les professeurs contractuels sont rémunérés au SMIC[22]. Par ailleurs, le président de la fondation, Bernard Manuel, profite des acquisitions immobilières de l'école car, étant propriétaire des bâtiments à travers une Société civile immobilière, les loyers sont versés à lui-même.

Selon une enquête du Journal du Dimanche, de 2017 à 2018, trois salariés ont été diagnostiqués pour un syndrome d'épuisement professionnel. Gabriel Perez, membre du Syndicat parisien de l'enseignement privé (SPEP-CFDT), décrit un « véritable dispositif de contrôle du personnel »[23]. En 2018, l'inspection du travail, après avoir été saisie, a ouvert un dossier et a auditionné plusieurs salariés, dont Élizabeth Zéboulon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Classement des lycées 2020 : le palmarès par établissement, ville et académie », le=18 03 2020
  2. « Construire la paix dans l'esprit des hommes et des femmes – La mission de l'UNESCO », sur UNESCO, (consulté le )
  3. « L’école bilingue Jeannine-Manuel s'implante à Londres », sur letudiant.fr,
  4. (en-US) November 7 et 2015, « A visit to École Jeannine Manuel, a new bilingual international school in Central London », sur London's Top Schools, (consulté le )
  5. (en-US) « Ecole Jeannine Manuel London Announces the Opening of Its Upper School », sur School House Magazine, (consulté le )
  6. « À Paris, l'école bilingue Jeannine Manuel encourage ses élèves à viser l'international », sur lefigaro.fr,
  7. « Entretien avec Mme Odile Grillard, Directrice Générale Adjointe - Bilinguisme & Pédagogie de l'École Jeannine Manuel, Paris », sur avisdenfants.com
  8. « Apprendre le chinois pour développer sa part d’Asie », sur femmexpat.com
  9. « L’École Jeannine Manuel – Un projet pédagogique unique au service de la compréhension internationale », sur Revue politique et parlementaire,
  10. « Le nouveau secrétaire d’Etat américain a fréquenté les bancs d’une école parisienne », sur Le Parisien,
  11. a et b « Enquête. Les années parisiennes d'Antony Blinken, le "Frenchie" du président Biden », sur L'Express,
  12. « Ces maternelles qui jouent aux prépas », le=11 11 2012
  13. « Palmarès des lycées 2021 », sur L'Express, .
  14. a et b « Classement des lycées 2019 - Figaro Etudiant » (consulté le )
  15. « Lycée ECOLE ACTIVE BILINGUE J.MANUEL - Le Figaro Etudiants », sur Le Figaro Etudiants
  16. « À Marcq, l’école bilingue Jeannine-Manuel fait connaître sa pédagogie spécifique », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  17. « École Jeannine Manuel Londres », sur ecolejeanninemanuel.org, (consulté le ).
  18. « Entretien avec Pauline Prévot, directrice de l’École Jeannine Manuel à Londres », sur Avenue des Ecoles
  19. « Antony Blinken, un francophone pour reprendre les rênes de la diplomatie américaine », sur https://www.france24.com/ (consulté le ).
  20. Anne Fulda, « Amanda Sthers, écrivain people », in Le Figaro, vendredi 15 février 2013, p. 16.
  21. « Gaspard Ulliel », sur Gala (consulté le ).
  22. a et b Lucie Delaporte, « A l'EABJM, on cultive l'entre-soi d'une éducation pour les très riches », sur Mediapart (consulté le )
  23. Le JDD, « Pourquoi la révolte gronde à l'école des enfants de VIP », sur lejdd.fr (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]